L'araignée blanche

L'alpiniste autrichien Heinrich Harrer en 1961.

En 1958, l'alpiniste autrichien Heinrich Harrer est au micro de la radio pour parler de son livre "L'araignée blanche : l'histoire de la face nord de l'Eiger" qui retrace l'épopée de la première ascension de cette paroi mythique située sur dans les Alpes suisses.

Quasiment verticale, la plupart du temps à l'ombre, exposée aux intempéries et sujette à de nombreuses chutes de pierres, cette paroi de 1800 mètres, située au-dessus de la station de Grindelwald, dans le canton de Berne avait vu la mort de 9 des 12 alpinistes qui s'y étaient frotté les années précédentes, à tel point que les autorités suisses en déconseillaient l'ascension et que les guides du cru menaçaient de ne pas aller secourir les imprudents. Encore aujourd'hui, la face nord de l'Eiger reste une des ascensions les plus périlleuses au monde.