Le parcours de Besson

Benno Besson, directeur de la Comédie de Genève [RTS]
  • Personnalités
  • Audio 39 min.

16 juin 1982

Spectacle première

Benno Besson, nommé directeur de la Comédie de Genève en 1982, revient en compagnie de Patrick Ferla sur son parcours. Natif d'Yverdon, où il montera en compagnie d'étudiants plusieurs pièces qui tourneront dans les villages du Nord vaudois, mais peu enclin à partir vers Lausanne ou Genève en raison d'un certain "complexe du Gros de Vaud", Besson se tourne vers Zürich.

Il travaillera ensuite à Paris, notamment avec Jean-Marie Serreau. Mais c'est à Zürich que se fera sa rencontre déterminante avec Bertolt Brecht, en 1947. A eux deux, ils créent à Berlin-Est le Berliner Ensemble, pour lequel Besson produira plus de cinquante créations, tant classiques que contemporaines. A partir de 1969, il dirige la Volksbühne, toujours à Berlin.

Directeur de la Comédie de Genève de 1982 à 1989, il gagnera le pari de produire un théâtre à la fois exigeant et populaire, comme le prouvera le succès monumental de sa première création genevoise, L'Oiseau vert de Carlo Gozzi, qui sera repris par la suite en Europe et au Canada.

(Source photo: TSR 1982)

La troupe de la Comédie de Genève a été créée par Ernest Fournier, Genevois menant carrière en France et sociétaire de la Comédie Française. Cette troupe joue dès décembre 1909 à la salle de Plainpalais, aujourd’hui Théâtre Pitoëff. Le succès est au rendez-vous, et dès 1911, Fournier entreprend de se faire construire son propre théâtre, soutenu par l’Union pour l’Art social.

Inauguré en janvier 1913, le Théâtre de la Comédie de Genève a traversé tout le XX et a vu défiler à ses commandes sept directeurs et une directrice. Si son créateur, après la crise de 1929, y perd ses moyens et sa santé, le comédien français Maurice Jacquelin saura dès 1939 donner une nouvelle dynamique à la Comédie, en s’ouvrant aux auteurs locaux, avec une prédilection pour un théâtre de « boulevard helvétique ».

Racheté par la Ville en 1947, pour éviter une faillite, le bâtiment n’abritera plus une troupe à l’année, Jacquelin réduisant les réalisations genevoises et complétant sa programmation avec des tourneurs parisiens.

André Talmès, qui lui succède en 1959, amplifiera encore l’importance des tournées parisiennes, particulièrement les fameux galas Karsenty-Herbert, tout en proposant cinq réalisations genevoises par saison, dans le registre à la fois des grands classiques et du théâtre de boulevard.

L’arrivée de Richard Vachoux en 1974 marque une rupture avec la tradition. Vachoux rompt avec les tourneurs parisiens et développe des collaborations avec la Suisse romande et la France voisine. La Fondation d’Art Dramatique lui permet de résoudre une grave financière et le remet en selle jusqu’en 1982.

De 1982 à 1989, c’est Benno Besson, qui reprend les rênes de la Comédie. Malgré l’exigence de sa mise en scène et des choix plutôt pointus, il y obtient un franc succès public qui étendra la renommée de la Comédie en Europe.

Lui  succèderont Claude Stratz, de 1989 à 1999, dans une même veine contemporaine, complétée par la relecture des grands classiques, et Anne Bisang, de 1999 à 2011, qui injectera une dose bienvenue de féminisme dans les productions maison, tout en développant ce lieu de culture en y installant un restaurant, une galerie et en y organisant de nombreuses activités pour tisser des liens entre l’art et son public.

En 2011, c’est Hervé Loichemol qui reprend la direction de la Comédie, avec deux objectifs ambitieux : faire vivre la scène actuelle du boulevard des Philosophes au cours des prochaines années, et préparer l’avènement de la Nouvelle Comédie, ce qui ne sera pas une mince affaire.