Coluche le clown

Le chansonnier-fantaisiste Coluche, vêtu de sa traditionnelle salopette rayée sur la scène de l'Olympia en 1975. [AFP]
  • Humour
  • Audio 57 min.

1 décembre 1977

En questions

Le 1er décembre 1977, Coluche est l'invité du journaliste Jacques Bofford, avant son spectacle au Victoria Hall à Genève.

Difficile de résumer en quelques lignes un entretien aussi riche, authentique et subtil. Celui qui disait dans une chanson "je suis l'andouille qui fait l'imbécile, j'ai été lancé comme un paquet de lessive" revient sur ses débuts, sa volonté de réussir, la genèse de ses sketchs. Coluche fait partie de la troupe du Café de la gare avec Romain Bouteille, puis fonde en 1971 la troupe Le Vrai Chic parisien. Il commence à jouer seul, premier sketch connu en 1974, c'est le début de sa carrière solo.

Avec sa salopette et ses chaussures jaunes, Coluche revendique le statut de clown. Mais il se défend des étiquettes qu'on lui colle à la peau, comme celle de "premier comique engagé". Pour lui, le but de la manoeuvre est de faire rire. Et de rappeler que le rire est une arme contre la bêtise, quelle qu'elle soit.

(Source photo: AFP, Coluche à l'Olympia en 1975)

Humoriste français, Michel Gérard Joseph Colucci alias Coluche, est né à Paris le 28 octobre 1944.

Issu du «Café de la Gare», troupe créée par Romain Bouteille, Coluche passe très rapidement de la scène au cabaret, puis devant les caméras de cinéma où il interpète des rôles comique mais parfois dramatique, comme dans Tchao Pantin, de Claude Berri en 1983, qui lui vaudra un César. Il s'essaie également à la radio sur Europe1.

Tour à tour admiré, craint, dénigré, Coluche s'est imposé comme le provocateur des années quatre-vingt, allant jusqu'à se déclarer candidat à l'élection présidentielle de 1981 et organisant, en 1985, un canular par son faux mariage avec l'humoriste Thierry Le Luron.

Au cœur de l'hiver 1985-86, Coluche lance les «Restos du coeur». Sa célèbre salopette lui avait été donnée à ses débuts par le mouvement Emmaüs, Coluche renvoya l'ascenseur en remettant un chèque d'un montant important à l'abbé Pierre pour ce mouvement.

Passionné de sports mécaniques, il s'est engagé sur le Paris-Dakar. Coluche a d'ailleurs tenté et obtenu le record du monde sur piste de vitesse en moto. Une passion qui le coûtera la vie: il meurt le 19 juin 1986 dans un accident de moto.