Modifié

Du fou au patient, regards sur la maladie psychique

Histoire de la psychiatrie [RTS]
Histoire de la psychiatrie [RTS]
Depuis le début du 20e siècle, la vision et la prise en charge de la maladie psychique n’ont cessé d’évoluer, tant au niveau des traitements qu’au niveau de l’organisation institutionnelle. Du "fou" qu'il faut enfermer, la psychiatrie va ensuite envisager le malade mental comme un patient nécessitant des soins médicaux. Un mouvement de fond, dans lequel la Suisse a joué son rôle. Les archives de la RTS nous permettent d’en suivre quelques étapes.

Histoire de la folie

La perception de la folie s’est transformée au fil du temps. Si au Moyen-Age les fous avaient leur place dans la cité, l’âge classique fut marqué par un grand enfermement. Au 19e siècle, la folie se mue en objet scientifique. La découverte de la psychanalyse constituera une nouvelle étape, comme le fut la découverte des premiers médicaments et traitements de choc. En 1971, l’émissions Dimensions revient sur cette histoire.

Patient psychiatrique enchaîné [RTS]
Histoire de la psychiatrie / Dimensions / 2 min. / le 22 novembre 1971

 

Le Burghölzli et Carl Gustav Jung

La Suisse a fait figure de pionnière dans le domaine du soin et de la recherche sur la maladie mentale. Dès la fin du 19e siècle, la clinique du Burghölzli, près de Zurich, est mondialement réputée. Elle sera notamment dirigée par les psychiatres Auguste Forel et Eugen Bleuler.

La clinique du Burghölzli. [RTS]La clinique du Burghölzli. [RTS]

En 1900, la clinique accueille un nouveau médecin, Carl Gustav Jung. Ce dernier considère les désordres mentaux avant tout comme des dysfonctionnements de la personnalité. Il développe une méthode basée sur les associations verbales afin d’établir les profils psychologiques des patients. A la même époque, il découvre l’œuvre du psychanalyste viennois Sigmund Freud. Un échange intellectuel intense a lieu entre les deux hommes. Mais peu à peu, des dissensions viennent fissurer cette relation. En 1913, la rupture est consommée. Jung poursuivra son chemin hors du cadre de l'orthodoxie freudienne.

Carl-Gustav Jung [RTS]
Jung et Freud / Dimensions / 5 min. / le 29 mai 1981

La psychiatrie d'après-guerre

Hôpital psychiatrique de Malévoz. [RTS]Hôpital psychiatrique de Malévoz. [RTS]

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, la psychiatrie traverse une crise profonde.  Durant le conflit, des campagnes d’élimination des malades mentaux ont été orchestrées par le régime nazi en Allemagne. Ailleurs, des milliers de résidents d’établissements psychiatriques sont morts dans des conditions épouvantables, faute de soins. Le système asilaire traditionnel, calqué sur le modèle carcéral, est complètement remis en question. En Suisse romande, le Fribourgeois André Repond se tourne vers une psychiatrie résolument humaniste. Né en 1886, il fut l’élève d’Eugen Bleuler au Burghölzli. Formé à la psychanalyse, il défend la dignité des patients et lutte contre les préjugés entourant la maladie mentale. Directeur de l’hôpital de Malévoz, au-dessus de Monthey, on lui doit également la création en Valais du premier centre psycho-pédagogique de Suisse.

Interrogé en 1959 par le journaliste Alexandre Burger, il évoque l’importance du cadre de vie des patients, ainsi que la bienveillance et l’affection dont doit faire preuve le médecin à leur égard.

André Repond, psychiatre et directeur de la clinique de Malévoz [RTS]
André Repond, psychiatre moderne / Actualités / 4 min. / le 6 avril 1959

Malgré les efforts des médecins et du personnel soignant, les préjugés en matière de maladie mentale perdurent. En 1971, la TSR revient en reportage dans l’établissement de Malévoz et s’entretient avec une jeune femme malade.

L'hôpital psychiatrique de Malevoz [RTS]
Les stigmates de la maladie mentale / Les jeunes aussi / 2 min. / le 2 octobre 1967

Antipsychiatrie et psychiatrie institutionnelle

Poussant à l’extrême la critique de la psychiatrie traditionnelle, les tenants du mouvement antipsychiatrique désignent cette dernière comme un outil de répression sociale. Selon eux, la folie serait avant tout le symptôme d’une société malade. Moins radical, le mouvement de psychiatrie institutionnelle va mettre au centre la liberté de circulation du patient, ainsi qu’une place active dans l’organisation de sa vie en institution. Directeur de l’hôpital de Bel-Air à Genève de 1959 à 1976, le psychiatre Julian de Ajuriaguerra a été très proche de ce mouvement.

Julian de Ajuriaguerra, psychiatre [RTS]
Julian de Ajuriaguerra, psychiatre / Dimensions / 2 min. / le 22 novembre 1971

Créée en 1953 par le psychiatre Jean Oury, la clinique de la Borde, dans la Loire, est un exemple abouti d'application de la psychiatrie institutionnelle. La liberté de circulation y est totale. Les patients contribuent au fonctionnement de l'institution, mais également aux décisions concernant leur vie quotidienne. En 1971, une équipe de la TSR visitait cet établissement hors norme.

La clinique de la Borde [RTS]
La clinique de la Borde / Dimensions / 6 min. / le 22 novembre 1971

Et aujourd'hui ?

Toujours en activité, la Borde demeure un modèle de structure ouverte et inclusive pour les malades souffrant de troubles psychiques. Pourtant, les préjugés demeurent tenaces. Le jour où la maladie mentale sera devenue aux yeux du grand public une maladie comme les autres n'est encore pas arrivé.

Slogan de la Mad Pride de Genève 2019 [RTS]Slogan de la Mad Pride de Genève 2019 [RTS]

Les malades atteints de troubles psychiques souhaitent néanmoins plus de visibilité pour lutter contre la stigmatisation. Encore récemment dans nos rues, les manifestations de la "Mad pride" exemplifient cette lutte vers l'accès à une citoyenneté à part entière.

Sophie Meyer pour Les Archives de la RTS

Publié Modifié