Journées du Patrimoine

Grand Format Patrimoine

RTS

Introduction

Les Journées européennes du Patrimoine ont lieu les 12 et 13 septembre autour du thème de la verticalité. A Genève, la RTS projetait d'ouvrir sa tour au public. Cette visite, qui englobait des projections d'archives restaurées pour l'occasion, a dû être annulée en raison des risques liés à la pandémie de Covid-19. Dans cette nouvelle proposition, nous vous invitons, grâce à nos archives, à une visite virtuelle de notre tour, mais aussi à celle de plusieurs sites genevois au programme de ces Journées 2020.

Verticalité

Chapitre 01

Dans le domaine architectural, on associe volontiers verticalité et tour. Dès les années 60, la ville et le canton de Genève, poussés par un afflux de nouveaux arrivants, se sont lancés dans de nombreux projets de grands ensembles locatifs.

Une des tours de Lancy, 1975 [RTS]Une des tours de Lancy, 1975 [RTS]

Mais la verticalité ne s'exprime pas qu'à travers des bâtiments modernes : elle s'incarne dans le symbole même de la ville, le jet d'eau. Dans les monuments et les habitations de la vieille ville. Elle peut également s'associer à certains ouvrages d'art ou nous conduire à la contemplation du ciel et des étoiles.

Liste numérotée des visites des Journées du patrimoine dans le canton de Genève

L'élévation dans la vieille ville de Genève (visite no2)

Chapitre 02

Laurent Bleuze - RTS

La vieille ville de Genève en 1954. Les trois tours de la cathédrale dominent un paysage de rues et de ruelles parfois étroites comme une tranchée. De la Place de Neuve s'impose la ceinture de bâtiments qui surmontaient les anciens remparts. Dans le parc des Bastions, la haute stature des Réformateurs rappelle l'importance religieuse de la cité.

Genève et sa cathédrale en 1954. [RTS]
Divers - Publié le 1 janvier 1954

Au 16e et au 18e siècle, Genève a accueilli de nombreux réfugiés huguenots fuyant les persécutions. Enserrée entre ses remparts, la ville a connu une forte densification, notamment grâce au recours à la surélévation des immeubles. Une solution que les promoteurs vont remettre à l'ordre du jour quelques siècles plus tard.

Une pratique ancestrale [RTS]
19h30 - Publié le 29 juin 2016

La tour de la RTS (visite no5)

Chapitre 03

Avec son cœur de béton armé et sa structure métallique, la tour de la télévision a surgi dans le ciel de Genève à la toute fin des années 60. 17 étages et 60 mètres de haut : il s’agit encore aujourd'hui du plus haut bâtiment de la ville. Dans un reportage de 1969, l'architecte, Arthur Bugnat, présente son projet (en fin de sujet, grâce à un procédé de « time-lapse », on peut suivre en accéléré la progression de ce chantier sur plus d’une année).

La tour de la télévision de Genève en 1980. [RTS]
Carrefour - Publié le 29 novembre 1969

Lien à l'intégrale du reportage

En 2004, la SSR lance un concours international pour la rénovation de la tour de la télévision. Les architectes genevois Inès Lamunière et Patrick Devanthéry remportent le mandat. Autour de l’idée de «la ville à tous les étages », ils travaillent sur l’ouverture, la transparence, la fluidité et la communication. Il veulent également alléger la silhouette hiératique du bâtiment conçu par Arthur Bugnat.

La tour de la RTS à Genève, 2013 [Laurent Bleuze - RTS]
Documentaires - Publié le 26 mars 2011

Lien à l'intégrale du reportage.

Le jet d'eau (visite no6)

Chapitre 04

RTS

En 1883, le Bâtiment des Forces Motrices est construit sur le site de la Coulouvrenière. Cette usine devait fournir une partie de l’eau potable à la population et une partie de l’eau motrice pour alimenter les turbines des ateliers des bords du Rhône.

Chantier de réaménagement du jet d'eau de Genève. [RTS]Chantier de réaménagement du jet d'eau de Genève. [RTS]

Le premier directeur du service des eaux eut alors l’idée d’utiliser l’eau résiduelle pour actionner un jet d’eau. Ce dernier fut déplacé en 1891 aux Eaux-Vives, dans la rade de Genève. En 1970, une équipe de l'émission La Suisse est belle consacre un reportage au plus célèbre "monument" de la ville.

Le Jet d'eau de Genève en 1977. [RTS]
La Suisse est belle - Publié le 26 septembre 1970

Lien à l'intégrale du reportage

Plus près des étoiles (visite no9)

Chapitre 05

RTS

La recherche scientifique en Suisse a longtemps souffert d'une dispersion d'énergie et de moyens. Dans le courant des années 60, les universités de Genève et de Lausanne décident de mettre leurs ressources en commun pour créer l'Observatoire astronomique de Sauverny (aujourd'hui Observatoire de Genève). Situé à cheval entre les cantons de Vaud et de Genève, cet institut aux objectifs ambitieux fait un pari sur l'avenir.

Le télescope de l'Observatoire astronomique de Sauverny, 1967 [RTS]
Vivre au vingtième siècle - Publié le 24 avril 1967

Lien à l'intégrale du reportage

1995 marque un véritable électrochoc dans le monde de l'astrophysique : le Genevois Michel Mayor et son collègue Didier Queloz mettent en lumière une planète extrasolaire ou exoplanète, qu'ils baptisent "51 Pegasi b". Cette découverte réalisée par des chercheurs de l'Observatoire de Genève révolutionne la vision de l'univers et ouvre la porte à d'autres mondes.

Didier Quéloz et Michel Mayor en 1995. [RTS]
Téléscope - Publié le 22 mai 1996

Les tours de Carouge (visite no13)

Chapitre 06

Les tours de Carouge en 1971. [RTS]Les tours de Carouge en 1971. [RTS]

En 1971, la TSR évoque dans un reportage l'originalité urbanistique et architecturale de Carouge. Poste avancé du royaume de Sardaigne sous l'Ancien Régime, la ville, ennemie politique de Genève, s'est développée à la fin du 18e siècle. Rues perpendiculaires, maisons au rez-de-chaussée en arcades dépassant rarement deux étages, riche arborisation des espaces urbains : tant par son plan que par son style, Carouge est un lieu à part.

De lourdes menaces planent cependant sur la cité. La spéculation immobilière a conduit à la disparition de rues entières. Des bâtiments massifs viennent bousculer les ordonnancements harmonieux du 18e siècle. Il n’est pas question de s’opposer systématiquement au développement de l’agglomération. Des exemples d’intégration réussie existent. C’est le cas par exemple des tours de Carouge. Construites à l’extérieur du centre-ville, ces constructions prolongent le paysage de la ville sans pour autant le dénaturer.

Carouge, une ville menacée? [RTS]
Dimensions - Publié le 18 mars 1971

Lien à l'intégrale du reportage

Le Lignon (visite no15)

Chapitre 07

RTS

C'est en 1962 que l'Etat de Genève décide de construire, sur le domaine agricole du Lignon, à Vernier, une nouvelle cité aux lignes futuristes. Le projet sera confié à Georges Addor, Dominique Julliard, Louis Payot et Jacques Bolliger. Sont prévues deux tours de 26 et 30 étages, ainsi qu’une barre d'immeubles de 15 étages d'une longueur de plus d'un kilomètre qui en fera le plus long bâtiment du monde. Les travaux débutent en septembre 1963. En septembre 1966, le chantier bat son plein. L'architecte en chef, Georges Addor, présente ce projet urbanistique prévu pour accueillir 10'000 habitants.

La cité satellite du Lignon (version courte) [RTS]
Carrefour - Publié le 29 septembre 1966

Lien à l'intégrale du reportage

La cité du Lignon est une ville dans la ville. On y trouve une école, deux églises, des surfaces commerciales. A ceci s’ajoutent une permanence médicale, des centres de loisirs, un club pour les aînés. En 1975, le Lignon fête ses 10 ans d'existence. L'émission Un jour une heure s’interroge : fait-il vraiment bon vivre ici ?

La cité-satellite du Lignon en 1975 [RTS]
Un jour une heure - Publié le 3 février 1975

Lien à l'intégrale du reportage

Le château d'eau de Jussy (visite no17)

Chapitre 08

RTS

En mai 2019, l'émission d'actualités régionales Couleurs locales prend la voie des airs pour survoler les châteaux d'eau de la campagne genevoise. Certains de ces réservoirs possèdent une véritable valeur architecturale. Comptant parmi les plus belles réalisations, le château d'eau de Jussy, construit en 1911, dresse sa silhouette singulière au milieu des vignes et des champs.

Le château d'eau de Jussy, 2019 [RTS]
Couleurs locales - Publié le 17 mai 2019

Restauration des archives de la RTS

Chapitre 09

La RTS pratique une politique de restauration de ses archives audiovisuelles selon les standards internationaux préconisés. Cette politique vise à sauvegarder le patrimoine audiovisuel suisse et à le mettre à disposition de son public dans les meilleures conditions possibles de qualité ou de projection.

Comme pour tout, les supports sur lesquels sont enregistrés les émissions se dégradent avec le temps qui passe, et ceci, hélas, malgré les mesures de protection. Restaurer et numériser un document audiovisuel demande donc des moyens conséquents, car il nécessite des compétences d’expert et des outils spécialisés ; c’est un long travail mais il est très gratifiant : images et sons vont renaître, pour être diffusés avec une qualité digne de leur contenu. Dans le cadre de ces journées du Patrimoine 2020, nous avons restauré et numérisé plusieurs films 16mm : le documentaire sur la ville de Carouge (1971), le reportage sur construction de la tour de la télévision (1969) et les deux émissions consacrées au Lignon (1966 et 1975).