Grand Format Archives

"Notre histoire compte"

Introduction

En ce début juillet, la Ville de Genève profite du retour de la Pride dans ses murs pour mettre à l'honneur les mobilisations des lesbiennes, gays, bisexuel.le.s, trans*, intersexes, queer et plus (LGBTIQ+) qui ont marqué son histoire. Terre de refuge des protestants fuyant les persécutions, Genève s'est aussi souvent montrée plus ouverte qu'ailleurs envers les minorités sexuelles. Actions militantes ou associatives, culture, fêtes et sociabilités : voici quelques jalons d'une histoire locale très riche, souvent méconnue et encore largement inexplorée.

Chapitre 01

Militantisme lesbien et MLF

Au début des années 70, le Mouvement de libération des femmes essaime à Genève. Parmi les pionnières genevoises, un nombre non négligeable de lesbiennes. Celles-ci constituent dès 1972 un sous-groupe distinct. Durant des années, homosexuelles et hétérosexuelles vont militer côte à côte. C'est le cas en 1976, lorsque le MFL a maille à partir avec les autorités genevoises.

76.05.04
Un jour une heure - Publié le 04 mai 1976

1976. Depuis plusieurs mois, les femmes du MLF demandent à la Ville de Genève de mettre à leur disposition un local de réunion. Comme rien ne bouge, elles décident au mois de mai d’occuper un vieux bistrot désaffecté du quartier des Grottes. Une équipe de la TSR les rencontre.

Trois mois plus tard, en août 1976, les militantes sont expulsées, une partie du bâtiment détruit à la pelle mécanique et le reste muré. Le 12 août, les femmes du MLF partent en cortège jusqu'en vieille ville de Genève pour y mener une action de représailles.

Manifestation ds femmes en 1976
Ouvertures - Publié le 14 mai 1980

Centre femmes

Après la démolition de leur local des Grottes, les féministes attendent février 1977 pour se voir enfin attribuer un lieu de réunion au boulevard St-Georges. Si pendant un temps plusieurs associations se partagent l’espace, les lesbiennes vont rapidement s’y retrouver les seules locataires. Lieu d'accueil et d'entraide, le Centre femmes sera également le cadre d'un rassemblement festif rapidement mythique dans le milieu homosexuel : le Bal des chattes sauvages.

Bal des Chattes
Bal des Chattes [Archives Lestime - ]

Chapitre 02

Sortir du placard

Au moment de mai 68, un mouvement se fait connaître en France : le Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR).  Un groupe analogue, mixte, voit le jour à Genève en 1973. Il n'aura qu'une existence éphémère, car rapidement homosexuels et lesbiennes se séparent. En 1978, le Groupe Homosexuel de Genève (GHOG) lui succède. Composé d'hommes gays, s'alliant aux lesbiennes à l'occasion de certaines luttes, il se battra pour l'abolition du certificat de bonnes vies et moeurs et sera à l'origine d'actions politiques et culturelles parfois coup de poing. 

Nous ne sommes plus des victimes consentantes, nous sortons du ghetto.

5 militants du groupe GHOG, 1980

En 1978 a lieu à Genève le Festival Cinéma et homosexualité. Initié par le GHOG, auquel se sont joints des groupes de gays et de lesbiennes lausannois et genevois, c'est la première manifestation du genre en Suisse romande. Une équipe de la TSR est sur place et donne la parole aux organisatrices et organisateurs.

Des jeunes gays et lesbiennes militent pour leurs droits.
Un jour une heure - Publié le 02 novembre 1978

En février 1980, l'émission L'antenne est à vous bouscule les téléspectateurs en donnant carte blanche au Groupe homosexuel de Genève (GHOG). Dans une mise en scène inventive et provocatrice, cinq militants dénoncent les préjugés et revendiquent de pouvoir vivre "à visage découvert" une vie amoureuse différente.

Les activistes du Groupe homosexuel genevois tombent le masque, 1980.
L'antenne est à vous - Publié le 27 février 1980

Vanille-Fraise

En 1979, la création du groupe Vanille-Fraise marque une scission des lesbiennes avec le MLF. Les activistes de Vanille-Fraise vont mener tout une série d'actions militantes. Parmi celles-ci, la "Goudou-Manif" de 1982, première manifestation en Suisse exclusivement composée de lesbiennes. Un pari courageux, à une époque où la vie homosexuelle ne s'affiche guère dans l'espace public. Si certaines participantes défilent à visage découvert, d'autres se cachent derrière des lunettes ou des masques.

Manifestation de lesbiennes à Genève: la "Goudou-Manif" de 1982.
Télé journal - Publié le 22 mai 1982

Chapitre 03

Les associations : Dialogai, 360°, Lestime et les autres...

Dialogai

Après les années subversives incarnées par Groupe homosexuel genevois, la création en 1982 de Dialogai marque un tournant. Sensible à la détresse exprimée par des gays vivant souvent des existences clandestines hors des centres urbains, l'association se veut un lieu d'aide et d'écoute. Une permanence téléphonique est créée, avec un succès immédiat. Dialogai sera en première ligne au moment de l'apparition du virus du sida. Dès 1985, l'association deviendra l'antenne locale de l'Aide suisse contre le sida.

En 1990, Dialogai invite des militants français d'Act up pour une table ronde. L'association genevoise dénonce la frilosité des autorités suisses en matière de lutte contre le sida.

Dialogai contre le sida
Journal romand - Publié le 01 février 1990

10 ans d'existence
Télé journal - Publié le 28 juillet 1992

En 1992, on célèbre à Genève les 10 ans de l'existence du centre Dialogai. L'occasion pour la journaliste Nadia Braendle d'en rencontrer les membres.  

360°

En 1997, un collectif proche du squat Chez Brigitte organise la première Pride de Suisse romande. Dans la foulée naît l’idée d’une association composée d'un pôle social, d'un magazine (360°) et d'un pôle festif (360fever). En cette aube du 21e siècle, 360° s’inscrit dans un esprit de mixité entre gays et lesbiennes et veut porter la voix de groupes souvent ignorés et discriminés comme les bi.e.s et les trans*. Si l’association et la rédaction de la revue tiennent arcade rue de la Navigation, l’esprit 360 souffle sur Genève depuis plus de 20 ans à travers des soirées organisées dans différents lieux de la ville.

Magazine 360 degrés
Mise au point - Publié le 14 juin 1998

Lestime

Après avoir occupé des locaux dans différents endroits de la ville, de Champel au quartier du Lignon, les lesbiennes s'installent en 2002 au coeur du quartier des Grottes. Après "Centre femmes", puis "Centre femmes Natalie Barney", l'association se choisit un nouveau nom : Lestime. Désormais durablement subventionnée, Lestime assume sa visibilité, et sa première présidente, Catherine Gaillard (qui siège au Conseil municipal et en sera même la présidente) sera une des premières figures politiques de Suisse romande à faire son coming-out.

Extrait du documentaire "Qui a peur des Amazones ?", produit par Lestime et réalisé par Carole Roussopoulos en 2003:

Association Lestime, 2002.
Edition Archives - Publié le 02 juillet 2019

Chapitre 04

Bars et boîtes de nuit

En mars 1980, le magazine d'informations Tell Quel consacre son émission aux cafés, boîtes de nuit et autres lieux de rencontre pour homosexuels qui commencent à se développer en Suisse romande. A Genève, La Garçonnière accueille des spectacles de travestis qui attirent une clientèle dépassant largement la communauté gay. Cette dernière serait-elle en passe de sortir de son ghetto ? La situation n'est pas si rose. Comme le constate un gérant, les bars gays existent aussi parce que les homosexuels sont refoulés ailleurs.

 

Bars et boîtes pour homosexuels à Genève, 1980.
Tell Quel - Publié le 20 mars 1981

La Bretelle et Chez Brigitte

Les ghettos, c'est précisément ce que veut briser Marie-Claire lorsqu'elle ouvre en 1979 La Bretelle à la rue des Etuves. Le miracle a lieu : à la Bretelle, lesbiennes, gays, bi.e.s, trans* se fréquentent et rencontrent les habitués du quartier. Plus tard, avec l'émergence du mouvement squat, d'autres bars voient le jour. Plus alternatifs, mais cultivant le même désir de métissage et de diversité. C'est le cas de Chez Brigitte, bar attenant au squat éponyme.

Marie-Claire, l'âme du bistrot La Bretelle
Genève région - Publié le 04 juillet 1997

Chapitre 05

Fiertés

La première Pride de Suisse romande

Les défilés de la Pride ou Marche des fiertés commémorent les émeutes qui se sont produites en 1969 à New York, il y a tout juste 50 ans, suite à une descente de police particulièrement violente dans un bar gay, le Stonewall Inn.

Pionnière, Genève accueille le 5 juillet 1997 la première Pride de Suisse romande. Le Téléjournal ne manque pas l'événement. Joyeux cortège bigarré, excentrique, voire provocateur, la Pride constitue aussi une tribune pour exposer des revendications. Cette année-là, on se mobilise pour un projet de partenariat civil entre personnes de même sexe.

1997, la première Pride romande a lieu à Genève
Le Téléjournal - Publié le 05 juillet 1997

L'amour s'affiche

En 2004, Dialogai débute une campagne qui souhaite offrir une meilleure visibilité aux gays et aux lesbiennes. On pourra désormais voir dans la ville des affiches montrant des couples homosexuels s'embrassant. La journaliste de la TSR Genevière Dentan recueille les réactions de la population genevoise. Si la voix de l'ouverture et de la bienveillance est présente, les préjugés semblent encore chez certains bien tenaces.

Une meilleure visibilité
Tj - Publié le 18 mars 2004

Chapitre 06

Conclusion

Au fil des ans, grâce aux travail des associations et le soutien des pouvoirs publics, une partie de la population LGBTIQ+ de Genève, particulièrement les gays et les lesbiennes, ont réussi à faire entendre leurs voix et à faire respecter leurs droits. Cette reconnaissance ne doit cependant pas masquer le fait que les discriminations touchent encore de plein fouet les personnes trans* et les personnes non binaires (ne se situant pas dans les catégories de genre socialement reconnues), dont les revendications ne sont encore que peu entendues. La rue, le monde du travail, l'administration représentent encore pour elles des espaces violents, non sûrs. Les combats ne sont donc pas terminés et restent encore nombreux.  

Chapitre 07

Sources

Sources vidéos RTS :

Occupation d’un bistrot aux Grottes / Un jour, une Heure / 04.05.1976 

Manifestation MLF / Ouvertures / 14.05.1980

Festival de cinéma gay / Un jour, Une Heure / 02.11.1978

Les gays sortent du placard / L’Antenne est à vous / GHOG Groupe Homosexuel de Genève 27.02.1980

La goudou-Manif / Téléjournal / 22.05.1982

Dialogai contre le Sida / Journal Romand / 01.02.1990

10 ans de Dialogai / Télé journal / 28.07.1992

360 degrés / Mise au Point / Le fond de l’air est gay / 14.06.1998

Bars et boîtes pour homosexuels / Tell Quel / Le gay printemps / 20.03.1980

La Bretelle et Brigitte / Genève Région / 04.07.1997 

Première Gay Pride à Genève / Le téléjournal / 05.07.1997

Une meilleure visibilité / TJ / 18.04.2004

 

Source vidéos externe:

Lestime / Extrait du documentaire "Qui a peur des Amazones ?", réalisé par Carole Roussopoulos, 2003. Merci à Lestime, qui a produit ce documentaire pour avoir mis à notre disposition cet extrait.

Sources photos :

Captures d'écran émissions RTS / RTS

Fonds photos RTS Orphea

Photographie de la banner : La Goudou-Manif, Genève, 1982 : Slogan « Hors de la nuit des normes, hors de l’énorme ennui ». Merci à Marie de Montmollin pour avoir mis à notre disposition cette photo de son fonds privé.

Sources affiche :

Centre Femmes :  Affiche du Bal des Chattes sauvages, Fonds d’archives de l’association Lestime.  

Crédits

  • Pour les archives de la RTS

    Martine Cameroni et Sophie Meyer