Modifié

La recette d'une émission

Yvonne L'Huillier lors de l'enregistrement de la séquence culinaire de l'émission Actualité au féminin, 1971 [RTS]
Yvonne L'Huillier lors de l'enregistrement de la séquence culinaire de l'émission Actualité au féminin, 1971 [RTS]
En fin d’année dernière, le site des archives a reçu un message d’un internaute, Marc-André L’Huillier, qui recherchait des images de sa mère. Cette dernière, écrivait-il, présentait des recettes de cuisine à la TSR dans les années 1965-1975. Nous avons retrouvé ces archives. Yvonne L’Huillier travaillait pour l'émission Actualité au féminin. Chaque semaine, elle préparait une recette dans sa propre cuisine, transformée pour l’occasion en studio. Cette séquence était commentée par une des voix de l'époque, notamment Georges Hardy. Yvonne L’Huillier est toujours restée dans l’anonymat. Grâce à son fils, nous pouvons donc enfin mettre un nom sur un visage.

Nous avons eu envie d’en savoir plus sur les conditions de tournage de ces rubriques. Marc-André L’Huillier a eu la gentillesse de fouiller dans ses souvenirs d’enfance pour répondre à nos questions. Son témoignage apporte un éclairage intéressant sur la manière parfois artisanale dont la TSR fabriquait ses émissions dans le passé.

Comment se passaient les tournages? Marc-André L’Huillier: ils avaient lieu tous les mardis matin jusqu’à midi dans la cuisine de notre appartement. Le plus souvent, un seul cameraman venait à la maison. Une recette était réalisée par semaine (préparation, cuisson, présentation). L’émission passait, sauf erreur le vendredi. Après le tournage, on avait la chance de manger les mets préparés pour l'émission.

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre mère, Yvonne L’Huillier, et sur sa collaboration avec l’émission Actualité au féminin ? Ma mère était professeur de cuisine. Je ne sais pas comment a débuté sa collaboration à l’émission. Par contre je sais qu’elle faisait elle-même les recherches pour de nouvelles recettes et les proposait à la rédaction. Elle était défrayée pour son travail. Elle assurait également la diffusion des recettes auprès des téléspectateurs qui écrivaient à la TSR. Les recettes étaient tapées à la machine à écrire et ronéotypées. C’était avant l’arrivée des photocopieuses… Après son expérience à la TSR, elle a enseigné à l’ECG Jean-Piaget. Elle a également travaillé pour la Fédération Romande des Consommatrices, sans doute comme bénévole.

Quels sont vos souvenirs marquants de ces tournages? Quand mon frère et moi rentrions de l’école le mardi à midi, l’appartement était transformé en studio de tournage avec la cuisine au centre. On s’amusait beaucoup avec les rouleaux de pellicules de prises ratées que le cameraman laissait sur le sol. On les déroulait comme de longs serpentins en faisant le tour de l’appartement.

Un jour, j’ai moi-même confectionné un pavé au chocolat devant la caméra. C’était une recette originale. Nous avions organisé un faux anniversaire avec des copains d’école pour déguster le dessert autour de la table de la salle à manger. Tout le monde a été assez fier de se retrouver à la télévision le vendredi suivant!

Propos recueillis par Sophie Meyer.

Publié Modifié