Marc Roger était triomphant ce lundi soir peu après 19h au Stade de la Praille. Il venait présenter aux journalistes convoqués peu avant le mystérieux repreneur potentiel qui avait déjà provoqué vendredi l'ajournement de faillite du club genevois.




On parlait depuis d'un homme d'affaires du Qatar. En fait, il s'agit d'un Franco-Libanais, Joseph Ferrayé, installé depuis de nombreuses années à Genève et qui serait prêt à mettre à disposition du Servette FC, 147 millions de francs sur cinq ans.


Marc Roger reste président



Soit 20 millions de francs par saison pour l'équipe ainsi que 20 millions pour un nouveau centre de formation et 15 millions à la Fondation du Stade de Genève. Cette somme devrait assurer les travaux de finition du stade. Bien évidemment, Marc Roger resterait à la tête du club genevois.




Une somme de 17 millions devrait être débloquée dans les prochains jours pour assurer la bonne foi du repreneur et suspendre la procédure de faillite. Rappelons que le passif du club est de 11 millions de francs.




A noter que Me Dominique Warluzel, avec qui Joseph Ferrayé est en conflit, ne devrait plus s'occuper de cette affaire!


Puits de pétrole en feu



Joseph Ferrayé est bien connu des milieux judiciaires genevois. Depuis 1991, il se bat en effet comme un beau diable, en particulier devant la justice genevoise, pour tenter de faire reconnaître ses droits sur une invention qui a permis d'éteindre en trois mois les puits de pétrole en feu au Koweit, incendiés par les soldats de Saddam Hussein juste avant leur retraite à l'issue de la première guerre du Golfe.




Cette invention, attestée par des brevets déposés en bonne et due forme auprès de différentes instances françaises et internationales, aurait dû rapporter à son auteur environ 34 milliards de francs.




Mais cet argent n'est jamais arrivé dans les poches du Franco-Libanais qui affirme aujourd'hui qu'il est sur le point de récupérer un milliard de dollars. C'est une partie de cet argent qui lui permettrait de jouer les mécènes au Servette FC.




D'après Joseph Ferrayé, une somme de près de 6 milliards de francs serait ainsi à sa disposition, mais injustement bloquée par un notaire genevois, Me Pierre Mottu. Mais le Franco-Libanais affirme qu'il a obtenu une levée de séquestre et que la restitution de la somme promise n'est qu'une hsitoire de jour.




De son côté, le notaire en question a expliqué hier soir à la chaîne de télévision locale genevoise Léman Bleu qu'il n'avait pas le premier centime de la somme que Joseph Ferrayé prétend avoir.




Reste donc à savoir si Joseph Ferrayé parviendra bien à verser les millions promis d'ici à la semaine prochaine. C'est en effet lundi 31 janvier que le juge Chenaux doit se prononcer à nouveau sur l'ajournement de faillite qu'il a accordé au servette FC vendredi dernier. Visiblement, on n'a pas fini de parler de ce feuilleton.




Nicolas Willemin, tsr.ch