Le gaucher majorquin est bien placé pour savoir que rien n'est acquis sur un court de tennis. Il avait abordé la finale de l'Open d'Australie 2014 fort des 12 succès obtenus face à Stan Wawrinka dans leurs 12 précédents duels. Et ses douleurs au dos étaient apparues alors que le Vaudois (28 ans à l'époque) avait déjà remporté avec brio le premier set de sa première finale majeure.

Kevin Anderson (31 ans) jouera lui aussi sa première finale de Grand Chelem dimanche. Le Sud-Africain n'a jamais battu Rafael Nadal, en quatre affrontements. Mais, contrairement à ce qui était le cas de Stan Wawrinka avant son rendez-vous de Melbourne, il a déjà gagné un set face au double champion de l'US Open (2010, 2013). C'était à Paris-Bercy en 2015, où le géant de 2m03 avait même manqué une balle de match dans un 8e de finale perdu 4-6 7-6 (8/6) 6-2.


Un 16e titre majeur dans le viseur de Nadal

Rafael Nadal ne va certainement pas passer à côté de cette finale, sa troisième de l'année en Grand Chelem après celles de l'Open d'Australie (défaite face à Roger Federer) et de Roland-Garros (victoire face à Stan Wawrinka). "C'est probablement le match le plus important de ma fin de saison. Je vais donc tout faire pour donner le meilleur de moi-même", a souligné le Majorquin, qui estime cependant lui aussi que son US Open est d'ores et déjà une réussite.

"J'ai commencé le tournoi en jouant comme ci comme ça. C'est déjà un grand résultat pour moi de me retrouver en finale. Mais je vais me battre pour gagner un nouveau titre", a assuré Rafa, qui reviendrait à trois longueurs de Roger Federer s'il venait à conquérir dimanche son 16e trophée en Grand Chelem.

ats/jbal