Neuf mois plus tard, Charlotte Chable a retrouvé les pistes pour son plus grand bonheur. "La vie est bien plus belle avec les skis aux pieds" écrit-elle d’ailleurs sur son compte Instagram. Et si le chemin vers les succès est encore long, la Villardoue veut croire en sa bonne étoile, celle qui l’avait propulsée aux Mondiaux de Vail en 2015. Il y a 3 ans déjà. Mais à 23 printemps, la Vaudoise a encore tout l'avenir devant elle. Si la malchance cesse, enfin, de s’acharner sur elle.

RTSsport.ch: La saison de slalom a débuté à Levi, sans vous. Quand vous reverra-t-on dans un portillon de départ?

CHARLOTTE CHABLE: Je ne sais pas encore, je n’ai pas assez skié. Je me suis entraînée en géant car c’est plus facile pour moi, je ressens moins de douleurs à mon genou et j’ai moins de craintes. J’ai repris l’entraînement en slalom il y a deux semaines mais je n’ai pas fait de manches entières. Je ne me sens donc pas encore prête à reprendre la compétition.

De retour sur les skis [RTS]De retour sur les skis / RTS Sport Bonus / 00:24 / le 12 novembre 2017 

RTSsport.ch: Prendre son temps, c’est important pour vous?

CHARLOTTE CHABLE: Oui, je ne veux pas brûler les étapes. Je prends cet hiver pour me reconstruire et être bien la saison prochaine. Les deux premières fois où je me suis blessée aux genoux, je suis revenue après six mois. Mais là, je ne peux pas me permettre de prendre de risques. C’est plus difficile de passer par-dessus les douleurs que les premières fois. Selon le chirurgien qui m’a opérée, cela peut prendre une année. C’est donc difficile de skier à fond si les douleurs se font encore ressentir.

Soit tu continues à te battre, soit tu arrêtes

Charlotte Chable
 

RTSsport.ch: Appréhendez-vous votre retour à la compétition?

CHARLOTTE CHABLE: J’ai un peu d’appréhension mais pour le moment tout se passe bien, je me réjouis de recommencer (sourire). J’ai toujours tout fait pour être prête physiquement mais j’ai quand même eu des blessures. On se pose donc forcément des questions: Est-ce que mon corps est de nouveau prêt, est-ce que si je chute ça va tenir ? On ne peut jamais être sûr à 100%. Je sais que j’ai fait correctement les choses mais cela ne me donne aucune garantie.

RTSsport.ch: Avez-vous songé à dire stop?

CHARLOTTE CHABLE: Non. Après ma première blessure au genou, je m’étais dit que j’arrêterais si cela devait m’arriver une seconde fois. Cela m’est arrivé et j’ai continué même si au fond de moi je me demandais si j’en aurais le courage. Quand ça t’arrive, tu n’as pas trop le choix. Mais je l’avoue, j’ai beaucoup pleuré les premiers jours. Cela a été très dur à accepter. Je me demandais pourquoi cela m’arrivait encore et si j’allais réussir à revenir. Il y a eu des moments très durs où je me demandais pourquoi je faisais tout ça. Et même encore maintenant, il y a des remises en question. Mais soit tu continues à te battre et tu passes au-dessus de ça, soit tu arrêtes. Et je n’ai pas envie d’arrêter (rires).

Fini les béquilles [RTS]Fini les béquilles / RTS Sport Bonus / 00:55 / le 12 novembre 2017 

RTSsport.ch: Et comment gérez-vous la peur de vous reblesser?

CHARLOTTE CHABLE: C’est difficile mais je travaille là-dessus. Inconsciemment, on n’a pas envie de se reblesser, d’avoir de nouveau mal, alors on se protège même si on aimerait surmonter notre peur. Des fois, quand je suis chez moi le soir, je repense à un entraînement où j’ai eu peur et je me dis  "c’est débile, tu pouvais le faire". Mais sur le moment, tu as comme un blocage. Tu as peur, tu te bloques et tu perds le plaisir. L’entraînement devient alors une corvée et tu te réjouis que cela soit terminé.

J’ai besoin de reprendre confiance en moi

Charlotte Chable
 

RTSsport.ch: Le fameux lâcher prise en quelque sorte…

CHARLOTTE CHABLE: Oui, mais je n’ai pas encore réussi à lâcher prise. Il faut continuer, y aller pas après pas. Même si à l’entraînement je ne skie pas toujours bien, cela me permet d’avancer. On est obligé de passer par de telles étapes pour aller mieux. Quand les conditions sont bonnes, cela se passe bien. Mais lorsque les conditions ne sont pas optimales, que la visibilité est mauvaise ou que cela tape sous les skis, j’ai encore de l’appréhension. J’ai besoin de reprendre confiance en moi. Je me dis que tout fonctionne et que je peux le faire.

RTSsport.ch: Vous avez été très souvent blessée, avez-vous cherché à en trouver les causes?

CHARLOTTE CHABLE: Oui, on en a beaucoup discuté avec mes entraineurs. J’ai un ski assez agressif, toujours à la limite et qui demande beaucoup physiquement. Du coup, mon corps est beaucoup sollicité. Chaque fois que je me suis blessée, je skiais à un très bon niveau et j’essayais d’en faire plus. C’est ça le problème. Je ne dois pas toujours aller chercher la limite et prendre le risque inutile de me blesser. Mais c’est frustrant car j’ai toujours envie de me dépasser. Sinon, le médecin qui m’a opérée m’a dit que j’avais des genoux étroits et fragiles donc morphologiquement, je n’ai pas eu tous les atouts au départ (rires).

Du soutien au quotidien [RTS]Du soutien au quotidien / RTS Sport Bonus / 00:51 / le 12 novembre 2017 

RTSsport.ch: Quels sont vos objectifs pour cette saison olympique?

CHARLOTTE CHABLE: Je n’attends pas grand-chose de cette saison. D’habitude, j’ai toujours des objectifs mais là… Je ne suis plus dans le top-30 mondial, je n’ai plus mes points en Coupe du monde, je dois repartir de zéro avec des dossards élevés. J’espère pouvoir skier un hiver sans me blesser et prendre du plaisir. L’objectif est de grapiller les points nécessaires pour bien repartir en Coupe du monde la saison prochaine. Il ne faut pas que les gens s’attendent à me voir dans le top-15 mondial. Je repars de trop loin. Je prendrai ce qui vient et j’espère qu’il y aura quelques surprises (rires).

RTSsport.ch: En février prochain auront lieu les JO en Corée du Sud. Vous y pensez quand même?

CHARLOTTE CHABLE: J’ai tiré un trait dessus car les chances de me qualifier sont minimes. Ce n’est pas irréalisable mais ce n’est pas mon objectif. Je sais que si je m’accroche à ça et que je n’y vais pas, je serai forcément déçue. Je vais skier sans penser aux Jeux et si tout d'un coup, j'arrive à me qualifier ce serait la surprise (sourire).

Villars-sur-Ollon, Floriane Galaud - @FlorianeGalaud