Après Wenger Kilian en 2010 et Sempach Matthias en 2013, c'est la troisième fois de suite qu'un Bernois s'impose dans cette manifestation très prisée surtout en Suisse alémanique.

Devant quelque 50'000 spectateurs réunis dans l'Arène de la Broye, Glarner a fait la décision à la 14e minute de la passe finale, qui durait au maximum 16 minutes. Selon les spécialistes, ce choc au sommet a offert une passe fantastique entre deux lutteurs aux caractéristiques différentes.

Les supporters bernois aux anges

Les deux antagonistes ont beaucoup tenté, mais ils se sont montrés très bons pour annihiler les tentatives d'attaque. Au fil des minutes, il semblait que la jeunesse d'Orlik était susceptible de lui donner l'avantage, mais c'est au contraire Glarner qui a réussi à mettre son adversaire les deux épaules dans la sciure, à la grande joie des nombreux supporters bernois présents.

Le nouveau roi, qui réside à Heimberg, est professeur d'éducation physique. Il vient d'une famille sportive puisque son frère n'est autre que Stefan Glarner, footballeur professionnel au FC Thoune.

Après sa victoire, le nouveau roi a tenu des propos élogieux sur son jeune adversaire. "Il a été incroyablement fort et complet pour un si jeune lutteur", a déclaré Glarner.

En tous les cas, Armon Orlik a le temps devant lui. Sauf blessure, il fera logiquement partie des favoris lors de la prochaine édition de la Fête fédérale, en 2019 à Zoug.

Un succès historique

Le titre obtenu par Glarner est le premier d'un trentenaire depuis 76 ans! Depuis 1940, il n'y avait en effet plus eu de roi de la lutte âgé de plus de 29 ans au moment de son sacre.

La passe finale entre Glarner et Orlik était aussi la première depuis 1983 à opposer un Bernois et un adversaire de l'Association du Nord-Est de la Suisse. A l'époque, l'Appenzellois Ernst Schläpfer avait remporté l'un de ses deux titres en dominant Niklaus "Chlöisu" Gasser.

ats/bond