Valentin Tanner: "La route a été dure. Après la défaite contre la Suède, il nous a fallu d'abord trouver le sommeil. Nous sommes repartis pour un jour nouveau, comme s'il s'agissait de notre premier match, en évitant la crise. Nous avions un bel état d'esprit.

Nous savions que c'était la dernière occasion de notre vie (pour une médaille olympique), et nous avons tout donné. Nous voulions finir sans regret, tout en prenant du plaisir."

Un nouveau cycle s'ouvre. Claudio (Pätz) arrête, c'était aujourd'hui son dernier match. Il a son boulot, sa vie privée, il va passer à autre chose.

A l'époque, à part notre famille, pas grand-monde croyait en nous. Mais depuis, nous avons toujours confirmé, à chaque tournoi... Je reçois énormément de messages de soutien de gens, à Genève, qui d'ordinaire n'en ont cure du curling. Ils pensaient que tout se passait en Suisse alémanique. Maintenant, ça promet une grosse fiesta à Genève!"

A lire aussi: la Suisse en bronze malgré la chute de Peter de Cruz

ats/bao