Un tigre pour protéger les athlètes: que seraient les JO sans leur fameuse mascotte? Cette année, c'est un tigre blanc, prénommé Soohorang, qui a été choisi pour incarner le pays. En Corée du Sud, le tigre blanc a longtemps été considéré comme un gardien, un animal protecteur. Pendant les Jeux, l'animal aura pour rôle de protéger aussi bien les athlètes que les spectateurs.


 

Les stars de NHL absentes: présents aux JO depuis 1998, les joueurs évoluant en NHL ne pourront pas prendre part au rendez-vous sud-coréen en raison d'un boycott "économique". Pour la Suisse, cela veut dire faire sans les Roman Josi, Kevin Fiala, Nico Hischier ou encore Nino Niederreiter…

Belle délégation suisse: la Suisse sera fortement représentée en Corée du Sud puisque 168 athlètes (88 hommes/80 femmes) seront de la partie. A Sotchi en 2014, ils étaient 163. Parmi les athlètes retenus, la patineuse Alexia Paganini est la plus jeune avec ses 16 printemps. A l’inverse, la skip du CC Aarau Silvana Tirinzoni (39 ans en juin) est la plus âgée de la délégation. Notons encore que 5 athlètes (Mathilde Gremaud, Stefanie Welti, Lisa Ruedi, Noé Roth et Alexia Paganini sont nés après l’an… 2000.

Feuz en fer de lance: A PyeongChang, Swiss Olympic espère glaner 11 médailles, comme à Sotchi il y a 4 ans. Les espoirs reposeront essentiellement sur le ski alpin avec Beat Feuz en descente et Wendy Holdener en slalom. Emmenés par Peter de Cruz, les curleurs du Team Genève auront également une belle carte à jouer tout comme la Genevoise Sarah Hoefflin en freestyle. A Sotchi, la Suisse avait terminé 7e du tableau des médailles, dominé par la Russie (33 médailles ont 11 en or).

De PyeongChang, Floriane Galaud - @FlorianeGalaud

A lire aussi: Sarah Forster: "Je signe tout de suite pour une médaille"