"On ne s'en rend encore pas bien compte", déclare Olivier Anken (57 ans). "Il y aura forcément un peu de nostalgie à la fin du dernier match. Mais c'est surtout dans quelques mois quand on passera devant le Stade de glace que ça va faire drôle, puisqu'il ne sera plus là!". L'enceinte va en effet être démolie au cours de l'été.

S'il y a ne serait-ce qu'un joueur qui a marqué de toute son empreinte l'histoire du HCB, il s'agit bien d'Olivier Anken. Le gardien légendaire a porté le maillot biennois à 627 reprises, de 1976 à 1994! Il a ainsi vécu les grandes heures du club avec lequel il a fêté les 3 titres de champion de Suisse entre 1978 et 1983.

Le pèlerinage du Stade de glace

"Il y a deux moments qui restent gravés dans ma tête. C'est le premier titre en 1978 avec l'euphorie dans le stade, ce sont des moments inoubliables. Je me souviens aussi d'un match gagné contre Berne 2-0 devant 9200 spectateurs", se remémore le natif de Morges, qui a par ailleurs participé aux Jeux olympiques de Calgary en 1988.

A l'époque, se rendre au Stade de glace était un véritable pèlerinage. Même si la capacité de la patinoire était de 9000 personnes, il y en avait bien souvent entre 9500 et 10'000! Le record officiel date de 1975 avec 9411 spectateurs.

Olivier Anken, le joueur emblématique du HC Bienne de ces 40 dernières années. [Marcel Bieri - Keystone]Olivier Anken, le joueur emblématique du HC Bienne de ces 40 dernières années. [Marcel Bieri - Keystone]

"Ce Stade de glace est comme une deuxième maison pour moi", se marre Mathieu Tschantré (30 ans). "J'y ai passé tellement de temps!". Et pour cause, l'actuel capitaine du HCB n'a jamais évolué dans un autre club que Bienne. Il est d'ailleurs le joueur ayant porté le plus ce maillot avec un peu plus de 650 matches.

Son premier, il le dispute au début du millénaire en LNB. "Je crois que c'était contre Viège. Je me rappelle juste que j'étais tellement nerveux que je n'avais rien mangé de la journée!".

"Je m'y suis toujours bien senti"

Depuis ce jour, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et la vétusté du Stade de glace rebute beaucoup de monde à y venir. Celui qui s'est notamment déjà rendu dans les vestiaires peut en témoigner. "C'est sûr que l'odeur qui y règne ne va pas me manquer", rigole Tschantré.

"La première fois que j'y ai mis les pieds (ndlr: 2001), ce n'était pas aussi dramatique que maintenant", se souvient Kevin Schläpfer. "Les contingents des équipes n'étaient pas encore aussi fournis. Mais aujourd'hui, avec 25-26 joueurs, on n'a tout simplement plus assez de place", explique l'entraîneur emblématique du HC Bienne.

"Mais malgré ce côté vétuste, je me suis toujours bien senti dans cette patinoire". On croit volontiers le "Hockeygott", qui, avant de devenir l'entraîneur du HCB en 2010, y a officié 4 ans comme joueur puis 4 ans comme directeur sportif.

De quoi se faire de jolis souvenirs et un plus particulièrement. "Comme joueur, c'est mon but en prolongation contre Sierre qui a permis à Bienne de remporter le titre de LNB en 2004". Quatre ans plus tard, Mathieu Tschantré vit, lui, son meilleur moment. "Sans hésiter, la promotion en LNA", après 13 années de "purgatoire".

Dupont, Kane et... Peter

Durant ces 4 décennies, le Stade de glace a vu passer une kyrielle de grands joueurs. Impossible de tous les citer. "Si je ne devais retenir que 2 noms, je dirais Dan Poulin et Normand Dupont", s'exclame Olivier Anken. "Durant les 7 années passées à Bienne (1984-1991), Dupont était d'une constance que j'ai rarement vu chez un autre joueur".

Pour Mathieu Tschantré, pas d'hésitation: "Emanuel Peter! C'est un coéquipier très important pour moi. Il m'a toujours soutenu et beaucoup aidé. Sans lui, je n'aurais pas été capitaine aussi longtemps", souligne celui qui occupe cette fonction depuis 7 ans. Les chemins des deux compères vont d'ailleurs se séparer, puisque après 9 saisons passées à Bienne, Peter a choisi de poursuivre sa carrière à Zoug.

Schläpfer avec Tschantré lors de la promotion de Bienne en 2008. [Peter Klaunzer]Schläpfer avec Tschantré lors de la promotion de Bienne en 2008. [Peter Klaunzer] 

Parmi les stars ayant porté le maillot seelandais, impossible de ne pas mentionner Patrick Kane et Tyler Seguin, de passage en Suisse durant le lock-out en 2012. "S'il y a un match que je n'oublierai pas, c'est la victoire 7-2 contre Genève avec le show de Kane et Seguin", s'enthousiasme la vice-présidente du HCB Stéphanie Mérillat. Une soirée mémorable pour tous les fans biennois présents ce 2 novembre 2012.

"Rester raisonnable et avancer pas à pas"

Dès septembre prochain, un nouveau chapitre va donc s'ouvrir pour le HC Bienne avec la nouvelle patinoire. Le budget du club va passer de 10 à 12,5 millions de francs. Ce n'est pas pour autant que les objectifs vont être revus à la hausse.

"On aura toujours l'un des plus petits budgets de la LNA, donc on ne visera pas les premières places la saison prochaine", avertit Stéphanie Mérillat. "Il faut rester raisonnable, avancer pas à pas et à moyen terme, le but est de nous stabiliser en milieu de classement".

La nouvelle patinoire disposera de 6500 places, dont 4400 assises. Mais les prix des billets ne vont pas prendre l'ascenseur, souligne la vice-présidente.

"Si l'on excepte une augmentation pour les places VIP, le prix des billets restera le même pour les places debout, voire même moins cher pour les jeunes. Le but n'est pas de saigner nos supporters. On souhaite qu'ils continuent à venir et encouragent d'autres personnes à faire le pas".

Nouvelle patinoire: "des gradins très pentus"

Qui dit nouvelle patinoire, dit ambiance différente voire même aseptisée. "C'est vrai que l'ambiance au Stade de glace est assez impressionnante quand je la compare à d'autres patinoires. C'est un chaudron dans lequel peu d'équipes aiment se déplacer", raconte Mathieu Tschantré.

Mais le capitaine, qui a déjà visité la nouvelle enceinte, se veut rassurant. "J'ai eu une bonne impression en la découvrant. C'est une patinoire arrondie et quand elle sera pleine, je pense que ça va être incroyable".

Un sentiment partagé par Stéphanie Mérillat. "La manière dont elle a été conçue avec ses gradins très pentus me laisse croire que cet aspect de chaudron sera conservé. Mais on devra attendre quelques mois avant de se faire une idée précise".

En attendant, les joueurs biennois ont bien l'intention de jouer les prolongations au Stade de glace et de retarder le plus possible le clap de fin.

Stéphane Altyzer