L'équipe de Suisse rentre de Stockholm avec une médaille d'argent! Face à la Suède, qu'elle avait battue 3-2 lors de son premier match du Mondial, la sélection de Sean Simpson s'est inclinée 5-1.

La Suisse, devant après 5 minutes déjà, n'a pas pu contenir l'offensive scandinave qui est montée en puissance au fil des minutes. Une fois n'est pas coutume, elle n'a pas su profiter de ses supériorités numériques pour faire trembler les filets de Jhonas Enroth.

Ce revers n'enlève rien au parcours sensationnel de Vauclair & Cie: 9 succès en 10 matches! La Suède n'avait plus fêté de titre mondial depuis 2006.

Deux Suisses dans le All-Star team

Le but du 2-1 de Henrik Sedin (en jaune) a fait mal aux Suisses. [CLAUDIO BRESCIANI  - Keystone]But Sedin [CLAUDIO BRESCIANI - Keystone]La Suède a vaincu la malédiction. Pour la première fois depuis 1986 et l'URSS, le pays hôte du Mondial a été sacré. La "Tre Kronor" glane son 9e or mondial.

Cette défaite logique des Suisses, moins tranchants que lors des parties précédentes, n'enlève rien à leur mérite. Cette médaille d'argent était inespérée il y a quelques semaines.

Qui aurait pu prédire que Roman Josi allait être élu meilleur joueur du Mondial? Et que le Bernois allait faire partie de la paire de défense du All-Star team du tournoi en compagnie du Jurassien Julien Vauclair? Ces nominations, complètement méritées au vu de leurs prestations, sont une énorme reconnaisssance pour le hockey helvétique.

Un petit miracle sur glace

Tous les joueurs l'ont répété à l'envi durant tout le tournoi lors des interviews d'après-matches: cette sélection helvétique cuvée 2013 était soudée. 

Julian Walker et Cie ont apporté une nouvelle preuve que ce ne sont pas forcément les plus grands noms sur le papier qui forment la meilleure équipe.

Avec deux joueurs de NHL seulement -Roman Josi et Raphael Diaz- la troupe de Sean Simpson a fait la nique aux plus grandes nations. Son épopée prendra place dans les annales du hockey helvétique et mondial, même si en finale, les Suédois et leurs redoutables jumeaux Sedin se sont avérés un trop gros morceau pour les boys de Simpson.

Les Suisses, stars de demain?

Simpson (en noir) a brillamment répondu à ses détracteurs durant ce Mondial 2013. [SALVATORE DI NOLFI  - Keystone]Simpson [SALVATORE DI NOLFI - Keystone]Les esprits chagrins diront que cette médaille d'argent n'a pas la saveur d'une breloque du même métal aux Jeux olympiques, où toutes les vedettes du palet ou presque sont présentes.

Reste que nombre de stars ont griffé les glaces de Stockholm et Helsinki: le Russe Alexander Ovechkin, le Canadien Steven Stamkos, le Tchèque Tomas Plekanec, les jumeaux suédois Daniel et Henrik Sedin, ou l'Américain Paul Stastny.

Et les vedettes de demain pourraient bien s'appeler Nino Niederreiter (20 ans), Denis Hollenstein (23), Roman Josi (22), Simon Moser (24), Luca Cunti (23) ou encore Reto Berra (26). Avec eux, le hockey helvétique peut assurément s'attendre à un avenir radieux.

Les absents ont toujours tort

Cette équipe de Suisse cuvée 2013 est sans doute la meilleure sélection que notre pays ait jamais connu. Avec tout le respect que l'on doit à la Nati qui avait conquis l'argent en 1935, cette dernière ne devait pas affronter des joueurs évoluant en NHL, ceux-ci ne prenant pas encore part aux Mondiaux.

Dès lors, il est permis de se demander dans quelle mesure les Helvètes ayant décliné leur sélection pour blessure ou autres motifs peuvent espérer aller aux Jeux olympiques de Sotchi en février.

Sean Simpson, qui a démontré sa valeur, a vraiment l'embarras du choix pour constituer sa sélection. D'autant que plusieurs mercenaires helvétiques de NHL étaient absents à Stockholm.

De nouveaux Suisses en NHL?

Longtemps, les hockeyeurs suisses ont eu la réputation, outre-Atlantique, d'être faibles mentalement. De rechigner à faire des charges. Et de se complaire sur leur oreiller de paresse, installés bien confortablement en LNA.

Bon gré mal gré, les recruteurs de la NHL -le prestigieux championnat nord-américain- doivent désormais définitivement revoir leur jugement. Les gardiens David Aebischer et Martin Gerber avaient mis en doute ces préjugés, Mark Streit les a froissés. L'équipe de Suisse cuvée 2013, elle, les a broyés!

Il ne serait donc pas impossible, à l'automne, de voir plusieurs nouveaux Helvètes débarquer dans l'auto-proclamée meilleure ligue du monde.      

Simpson: "Mes joueurs ont tout donné"

SEAN SIMPSON (coach de la Suisse, au micro de SRF): Toute la Suisse doit être fière de son équipe. Mes gars ont tout donné pour la nation. Rapporter l'argent, c'est un peu décevant, mais c'est tout de même un énorme accomplissement. Mes joueurs sont des modèles pour tous les hockeyeurs du pays. Ils ont montré comment le hockey se joue: avec rudesse et énergie, et en allant vers le goal adverse. J'ai vécu une belle expérience avec ce groupe, c'était sensationnel.

Niederreiter: "pas assez réalistes"

MARTIN PLÜSS (attaquant suisse): Quand tu vas en finale, tu veux gagner... Le plus beau moment de notre tournoi selon moi? La fin du match face aux Etats-Unis. Si je continue ou non avec l'équipe nationale? C'est de la musique d'avenir. Je ne sais pas de combien de temps j'aurai besoin pour digérer cette défaite.

NINO NIEDERREITER (attaquant suisse): Ca fait mal de rater le titre sur une seule partie. On est très déçu. Nous n'avons pas assez concrétisé nos occasions, au contraire de l'équipe de Suède.

RYAN GARDNER (attaquant suisse): On se rendra compte de ce qu'on a accompli durant l'été. Le futur du hockey suisse sera sûrement rose. Mais pour le moment, c'est la déception qui prend le dessus.  

Gerber: "fier de faire partie de ce groupe"

La déception est de mise pour Seger et le portier Gerber. [SALVATORE DI NOLFI - Keystone]La déception est de mise pour Seger et Gerber après le 3e but. [SALVATORE DI NOLFI - Keystone]MARTIN GERBER (gardien suisse): Ce but de Henrik Sedin en power-play sur le 2-1 nous a fait mal. On a gaspillé beaucoup d'énergie en infériorité numérique pendant cette rencontre. Je suis fier de faire partie de ce groupe soudé. Personne ne croyait en nous avant le début de ce Mondial.

ERIC BLUM (défenseur suisse): C'est la première fois qu'on n'a pas joué notre système de jeu durant 60 minutes. Ca fait mal, on voulait l'or. J'ai prouvé que je pouvais jouer à ce niveau. J'ai pris beaucoup de plaisir à disputer ce Mondial.

MORRIS TRACHSLER (attaquant suisse): Je ne sais pas s'il y a hors-jeu ou non sur le 3-1. Ca ne sert à rien de discuter de l'arbitrage. On a réussi des performances exceptionnelles durant ce tournoi.

Josi: "j'aurais préféré l'or qu'être nommé MVP"

PHILIPPE FURRER (défenseur suisse): On n'a pas aussi bien joué que lors des matches précédents dans notre zone défensive. On a accompli quelque chose de grand pour le hockey suisse. Mais pour le moment, je me sens extrêmement déçu...

ROMAN JOSI (défenseur suisse): Mon titre de meilleur joueur du Mondial? Je ne m'y attendais pas. Mais j'aurais préféré remporter la médaille d'or. La Suède était meilleure que nous ce soir. 

Suri (à gauche) aura été l'une des révélations du Mondial côté suisse. [Martti Kainulainen  - Keystone]Reto suri 1 [Martti Kainulainen - Keystone]RETO SURI (attaquant suisse): Dans les prochaines heures et les prochains jours, on devra digérer cette défaite, cet or qu'on a perdu... Ensuite, on pourra vraiment réaliser ce que nous avons accompli.

Vauclair: "j'ai encore le niveau"

JULIEN VAUCLAIR (défenseur suisse): J'ai constaté que j'avais encore le niveau international. Je n'en étais pas persuadé avant le début du tournoi. Je peux être satisfait de la manière dont j'ai joué. On a une médaille, mais ce n'est pas la bonne couleur... Les Jeux olympiques de Sotchi? Il faudra voir combien de défenseurs suisses de NHL viendront pour savoir si j'aurai une possibilité d'y participer. Je me suis fait une coupure à la fin du deuxième tiers, je m'en veux d'être revenu sur la glace par la suite (réd: il a commis une erreur qui a amené le 3-1 signé Hjalmarsson. Difficile de lui en tenir rigueur au vu de son tournoi, qu'il a fini avec un différentiel de +8).

Enroth: "La Suisse a fait un grand pas en avant"

Enroth a logiquement été élu meilleur gardien du Mondial. [Claudio Bresciani - Keystone]Enroth a logiquement été élu meilleur gardien du Mondial. [Claudio Bresciani - Keystone]JHONAS ENROTH (gardien suédois): J'ai livré les meilleures prestations de ma carrière dans ce tournoi. J'ai été solide. J'ai réussi quelques gros arrêts, mais devant moi, l'équipe a vraiment bien joué. Recevoir un titre à la maison, c'est la plus belle façon de gagner. La Suisse? Elle a fait un grand pas en avant. Elle a réussi de beaux exploits.

JOEL LUNDQVIST (attaquant suédois): Les frères Sedin nous ont donné un sacré coup de main dans ce tournoi. Le fait d'avoir évolué à domicile pour un deuxième Championnat du monde de suite nous a permis d'apprivoiser la pression inhérente au fait d'évoluer devant notre public. Je ne sais pas si les gens réalisent à quel point la Suisse est une bonne équipe.

Danielsson: "ma saison se finit en beauté"

Les Suédois en pleine jubilation. [Grigory Dukor - Reuters]La Suède fête son neuvième titre. [Grigory Dukor - Reuters]NICKLAS DANIELSSON (attaquant suédois): Ma saison se finit en beauté, après une première partie d'exercice compliquée à Berne. L'arrivée du Canadien John Tavares au SCB avait diminué mon temps de jeu et j'ai fait le choix de partir au Lev Prague en KHL. Je ne suis pas surpris par le niveau des Suisses. Je devais être l'un des seuls à les apprécier à leur juste valeur dans notre vestiaire. Quand tu joues avec les Sedin, c'est plus facile. Il suffit de te démarquer, et ils te font une magnifique passe.

LOUI ERIKSSON (attaquant suédois): C'est un beau sentiment d'être sacré champion du monde à domicile. Je savais que la Suisse est une bonne équipe. Elle a très bien joué lors de ce Championnat du monde.

De Stockholm, Michaël Taillard