La St-Galloise n'a été devancée que par la Russe Maria Paseka et par l'Américaine Jade Carey. "Je suis globalement satisfaite et suis ravie de m'en être sortie sans avoir chuté, a expliqué une Giulia Steingruber tout de même critique. Mon deuxième saut n'est pas encore optimal, même si je n'ai pas le droit de me plaindre."

La St-Galloise n'a en effet décidé que dimanche d'effectuer un Yurchenko avec deux vrilles. "J'ai remarqué à l'entraînement que j'avais retrouvé le bon feeling". Médaillée de bronze aux Jeux 2016 et triple championne d'Europe de saut, Steingruber a les moyens de conquérir samedi une première médaille mondiale dans sa discipline de prédilection.

Steingruber se montrait moins satisfaite de sa performance au sol, où elle a dû se contenter du treizième rang. Cet exercice lui tenait pourtant particulièrement à coeur, la chorégraphie étant un hommage à sa soeur décédée en début d'année. "J'espère faire mieux dans la finale du concours général, pour ma soeur", a lâché la St-Galloise qui l'abordera vendredi avec la onzième place des qualifications. Un concours auquel ne participeront pas Ilaria Käslin (30e) et Fabienne Studer (63e).

ats/lper