Exempté ainsi d'un long déplacement à Denver où l'Impact de Montréal a perdu 2-1 samedi contre les Colorado Rapids pour enterrer ses derniers rêves de playoffs, Dzemaili est donc prêt à battre le fer. "Cela fait une année que l'on attend ces deux rencontres contre la Hongrie et le Portugal", salive-t-il.

Forte mentalement

"Tout le monde nous parle de la finalissima de Lisbonne, lance le milieu zurichois. Mais pour nous, seule compte à présent la rencontre de samedi à Bâle contre la Hongrie. A nous de bien la négocier dans la mesure où elle conditionnera celle de Lisbonne. Je suis sûr que l'équipe est assez forte mentalement pour ne pas jouer dans les têtes le match de Lisbonne avant mardi."

Aucun risque

Samedi, tout indique que Dzemaili (31 ans) suivra la rencontre du banc. Vladimir Petkovic n'entend prendre aucun risque avec un joueur sous la menace d'une suspension à Lisbonne en cas d'un carton jaune. Il avait été averti à Budapest le 7 octobre dernier lors de la victoire 3-2 au match aller.

"La décision de me faire jouer incombe à l'entraîneur", lâche-t-il sobrement. Mais avec Mario Gavranovic, Steven Zuber, Eren Derdiyok et Breel Embolo, Vladimir Petkovic possède de véritables alternatives pour "inventer" une nouvelle ligne d'attaque samedi sans Dzemaili mais aussi sans Admir Mehmedi, qui est lui aussi exposé au même danger.

ats/tai