A la fin du mois de mai, Martina Voss-Tecklenburg nous a accueillis à Bienne, où elle dirige l'Académie pour les jeunes footballeuses helvétiques. Après avoir jeté un dernier regard sur l'entraînement qui se déroule sur le terrain avoisinant, la sélectionneuse nationale est revenue sur son travail au sein de l'équipe de Suisse et sa relation avec ses joueuses.

RTSsport.ch: Une qualification pour la Coupe du monde avec la Suisse, une autre pour l'Euro... Quelle est votre clé du succès?

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Il n'y a pas une seule clé du succès. C'est un processus que nous avons mis en place avec l'équipe il y a plus de 4 ans. Nous avions une vision très claire de la façon dont nous voulions jouer au football. Chaque joueuse savait ce qu'elle avait à faire. Elles ont toutes fait un pas en avant en allant à l'étranger ou en s'entraînant davantage en Suisse. Nos performances physiques se sont également améliorées. Tout cela nous a aidées à prendre confiance, à aller de l'avant et à gagner des matches. Nous savons que nous avons encore des points à améliorer. Mais c'est super de voir le chemin que l'équipe a déjà accompli.

RTSsport.ch: Vous évoquiez la confiance. Comment l'avez-vous transmise à l'équipe?

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: La confiance va de pair avec la communication. Je parle beaucoup avec mes joueuses et pas seulement de football. Je veux connaître la personne qui se cache derrière la footballeuse. Je veux savoir ce qui les préoccupe. C'est très important. J'obtiens ainsi beaucoup de mon équipe. J'ai envie qu'elles aient le sentiment que je suis là pour elles et pour l'équipe. Je profite également beaucoup de joueuses comme Lara Dickenmann, Martina Moser ou Caroline Abbé. Elles me disent ce qu'on pourrait améliorer, ce dont elles ont besoin. Je suis ouverte à leurs propos.


 

RTSsport.ch: Vous semblez très proches de vos joueuses. Vous rigolez beaucoup avec elles tout en n'oubliant pas la discipline...

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Effectivement, je suis très proche d'elles. Elles savent ce qui est important pour le fonctionnement de l’équipe. Nous avons besoin de discipline à certains moments. Si chacune fait ce qu'elle veut sur le terrain, cela ne peut pas fonctionner. Mais je leur laisse également beaucoup de liberté, ce sont des adultes. Elles savent ce qu'elles doivent faire.

RTSsport.ch: Quelle ambiance règne dans l'équipe?

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Il y a un très bon état d’esprit. Les filles discutent tout le temps. Même quand cela fait 3 semaines qu'elles sont ensemble, elles trouvent encore des choses à se raconter (rires)! Je trouve cela super. Elles parlent de plein de choses, elles jouent, elles se lancent des défis, les jeunes demandent des conseils aux plus expérimentées... Tout ceci contribue au bon état d'esprit de l'équipe.

RTSsport.ch: Cet état d'esprit se traduit sur vos performances...

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Absolument. C'est important de sentir le soutien de ses coéquipières et de son entraîneur. Je souhaite que chacune soit consciente qu'elle est importante pour l'équipe. Les filles qui jouent moins et les plus jeunes ont besoin de savoir qu'une Lara Dickenmann a confiance en elles. Ce n'est pas facile, c'est un processus. Au début, il y avait 2 groupes: celles qui évoluaient à l’étranger et celles qui jouent en Suisse. Désormais, ce n'est plus le cas, elles forment une vraie équipe.

RTSsport.ch: L'équipe est également devenue plus ambitieuse depuis 4 ans...

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Oui, les joueuses qui évoluent à l'étranger ont amené leur ambition. Mais j'aimerais que les jeunes joueuses en Suisse prennent aussi conscience de leurs qualités. Je leur demande toujours où elles se situent: dans le top 5, le top 5 à 10 ou 10 à 15. Elles me répondent toutes "top 5 à 10", alors qu'elles appartiennent au top 5. En Allemagne, les meilleures joueuses affirment qu'elles appartiennent au top 5. Nous avons besoin de ce type de joueuses qui savent qu'elles sont douées et le disent. C'est un processus qui prend du temps. Je pense que cela relève aussi de la culture du pays. Mais je suis convaincue qu'on peut apprendre cela.

RTSsport.ch: D'où vous vient justement votre ambition, votre volonté de gagner ?

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Je ne sais pas d’où cela vient (rires)! C’est mon caractère. Lorsque j'étais enfant, je voulais déjà toujours gagner. Je voulais gagner aux cartes, aux jeux, au foot, à la course… C’est inné. Je voulais toujours être la meilleure dans ce que je faisais, surtout en sport! Parfois, cela a déteint sur mon entourage. Je pensais que si je voulais être la meilleure, les autres devaient aussi le vouloir. Dans le sport de haut niveau, tu dois avoir de l’ambition, mais tu as aussi besoin de relâchement. Tu dois avoir les deux.

RTSsport.ch: Vous êtes sous contrat avec l'ASF jusqu'à l'été 2018. Comment voyez-vous votre avenir?

MARTINA VOSS-TECKLENBURG: Les prochaines échéances après l'Euro sont les qualifications pour la Coupe du monde 2019. Nous avons de réelles chances de nous qualifier et je veux évidemment disputer ce Mondial. Ensuite, de nouvelles opportunités s'offriront peut-être. Je ne sais pas. Pour moi, c'est important d'avoir le sentiment que je peux amener quelque chose à l’équipe. Je ne veux pas avoir l'impression que les joueuses ne m'écoutent plus et qu'une progression n'est plus possible. Le jour où j'aurai le sentiment de ne plus amener de nouvelles idées, je me poserai des questions. Mais je ne pense pas encore à cela.

 Jennifer Ballmer - @jenni_ballmer