Championne du monde ! Face au Nigeria, qui évoluait dans sa capitale Abuja devant 64'000 spectateurs acquis à sa cause, la Suisse a remporté la Coupe du monde des moins de 17 ans en s'imposant 1-0 en finale. La délivrance est venue d'une tête de Seferovic à la 63e. Historique, puisque jamais une sélection de l'ASF n'avait triomphé dans un Mondial jusque-là.

Ce sacre a confirmé que la Suisse avait sa place à la table des meilleurs pays formateurs de la planète. Et que les joueurs à croix blanche de cette classe d'âge n'ont véritablement rien à envier à leurs adversaires, puisque le seul autre titre international conquis par des Helvètes était celui de champion d'Europe en 2002 chez les M17 déjà.

Siegrist impeccable tout au long du match

A la base de ce succès, la parfaite organisation défensive mise en place par le sélectionneur Dany Ryser et symbolisée en finale par les miracles de Benjamin Siegrist - désigné meilleur gardien du tournoi - et l'intransigeance de Charyl Chappuis dans l'axe. Car la tâche de la Suisse, à savoir contenir la vivacité des Nigérians, n'était pas facile.

D'ailleurs, l'entame de rencontre fut douloureuse pour les Helvètes. Etouffés par la furia nigériane, les protégés de Ryser ne devaient leur maintien à flots qu'à Siegrist, auteur notamment de deux arrêts déterminants aux 5e et 6e minutes, sur des tentatives d'Ajagun et Oliha, et qui avait été sauvé sur sa ligne à la 4e par Kamber sur un premier tir d'Ajagun.

Sonné après un choc avec Emmanuel, le portier d'Aston Villa passait quelques minutes avec le soigneur, ce qui permettait à la Suisse de respirer. Etouffés, peut-être aussi crispés, les protégés de Ryser mirent du temps à trouver leur souffle et les solutions pour bloquer les percées individuelles de leurs véloces adversaires, notamment Envoh, Ajagun et Emmanuel.

Le réalisme offensif suisse extraordinaire

Les Rougets ont écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du foot suisse. [Keystone]Les Rougets ont écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du foot suisse. [Keystone] Malmenée, imprécise, dominée dans le jeu, la Suisse fit cependant honneur à sa réputation d'équipe réaliste et efficace. Redoutablement efficace même. Peu après l'heure de jeu, Buff bottait un corner sur la tête de Seferovic, qui s'offrait son cinquième but dans la compétition, terminant ainsi à égalité avec Emmanuel au sommet de la hiérarchie des buteurs. L'attaquant des Grasshoppers concluait de cette manière un magnifique tournoi pour lui et son comparse Nassim Ben Khalifa (GC lui aussi).

Par la suite, le Nigeria doutait, ne trouvait pas de solution devant la très solidaire défense helvétique. Et n'avait pas plus de chance qu'en première mi-temps, Otubanjo trouvant la transversale sur une tête puis Siegrist réalisant un nouveau miracle face à Okoro (78e).

L'avenir en question

Place maintenant aux questions concernant l'avenir de cette génération exceptionnelle. Les treize binationaux resteront-ils dans le giron de l'ASF une fois l'âge adulte atteint, ou préféreront-ils défendre les couleurs de leurs pays d'origine, à l'image des Petric, Rakitic ou Kuzmanovic ? Et, surtout, quelles tournures vont prendre les carrières respectives de ces jeunes «héros» ?

Car une telle ligne à son palmarès n'est nullement la garantie d'un passage flamboyant au professionnalisme, et encore moins d'un futur international assuré. De la sélection championne d'Europe M17 en 2002, seuls Philippe Senderos, Tranquillo Barnetta, Reto Ziegler et - dans une moindre mesure - Sandro Burki ont par la suite tutoyé les sommets et l'équipe nationale A.

Or, si quelques autres encore, comme Bühler, Siqueira-Barras, Diethelm et Antic, ont pu mener des carrières à des niveaux intéressants, bien des hommes dirigés à l'époque par Markus Frei sont ensuite retombés dans l'anonymat de la Challenge League, voire même des ligues inférieures.




Les 21 Suisses champions du monde:

Gardiens:

Joel Kiassumbua (06.04.1992/Lucerne)

Benjamin Siegrist (31.01.1992/Aston Villa)

Raphael Spiegel (19.12.1992/Grasshopper)

Défenseurs:

Charyl Chappuis (12.01.1992/Grasshopper)

André Gonçalves (23.01.1992/Zurich)

Sead Hajrovic (04.06.1993/Arsenal)

Janick Kamber (26.02.1992/Bâle)

Bruno Martignoni (13.12.1992/Locarno)

Ricardo Rodriguez (25.08.1992/Bâle)

Robin Vecchi (03.01.1992/Bâle)

Frédéric Veseli (20.11.1992/Manchester City)

Milieux et attaquants:

Nassim Ben Khalifa (13.01.1992/Grasshopper)

Roman Buess (21.09.1992/Bâle)

Oliver Buff (03.08.1992/Zurich)

Pajtim Kasami (02.06.1992/Lazio Rome)

Igor Mijatovic (21.11.1992/Bellinzone)

Maik Nakic (17.01.1992/Sion)

Kofi Nimeley (11.12.1992/Bâle)

Haris Seferovic (22.02.1992/Grasshopper)

Matteo Tosetti (15.02.1992/Locarno)

Granit Xhaka (27.09.1992/Bâle)

si/rsch