En une semaine, le Portugais a assommé le Bayern Munich avec cinq buts inscrits en quarts de C1 (2-1, 4-2 ap) même si deux d'entre eux semblent entachés de hors-jeu.

L'attaquant de 32 ans, qui restait pourtant sur six matches sans marquer dans l'épreuve-reine européenne, est ainsi devenu le premier homme à atteindre les 100 buts en C1: 101 au total, dont un en tour préliminaire.

"Monsieur Ligue des champions", a écrit le journal madrilène As. "Le roi de l'Europe", titre le quotidien sportif Marca, pour qui Ronaldo a "établi un record à la portée des seuls élus".

Au passage, "CR7" a distancé son grand rival barcelonais Lionel Messi (94 buts). Quant au troisième de ce classement des meilleurs buteurs européens, c'est l'ancien Madrilène Raul Gonzalez (71 buts), déjà à des années lumières de ces deux étoiles.


 

"Ronaldo est hors catégorie. Il y a peu de joueurs qui arriveront à faire ce qu'il a fait et on le sait tous", a jugé l'entraîneur du Real Zinédine Zidane, se disant "impressionné".

Entre éclat et éclipses

Mais l'astre a aussi sa part d'ombre. Son second semestre 2016 a été médiocre, malgré l'obtention en décembre de son quatrième Ballon d'Or après la victoire portugaise à l'Euro. Eclaboussé par un vaste scandale de fraude fiscale présumée, il a même été conspué par le public madrilène pour ses ternes performances en janvier.

D'où un sentiment de revanche: après son premier but mardi, le natif de Madère a mis son doigt sur sa bouche, comme pour intimer le silence à ses détracteurs. Et il a ensuite réglé ses comptes.

"Je demande simplement à ne pas être sifflé, a-t-il lancé. Je donne toujours le maximum à chaque match, même si parfois je ne marque pas."

ats/adav