Modifié

La "Dream Team" en or après une finale de rêve

Comme à Pékin, les Etats-Unis ont pris le dessus sur les Espagnols. [Charles Krupa - Keystone]
Comme à Pékin, les Etats-Unis ont pris le dessus sur les Espagnols. [Charles Krupa - Keystone]
Promise à l'or dès le début du tournoi, la "Dream Team" n'a pas failli en finale face à l'Espagne. Les Américains ont néanmoins dû batailler ferme pour venir à bout des Espagnols, qui ne se sont inclinés que de sept points (107-100). Les Etats-Unis conservent ainsi leur titre et remportent l'or pour la quinzième fois de leur histoire.

La valeureuse "Roja" a offert leur match le plus difficile du tournoi aux USA, arrivés en finale avec une marge moyenne de victoire de 35 points (dont un record de 83 points contre le Nigeria), malgré un petit avertissement contre la Lituanie (99-94) lors du 1er tour.

Juan Carlos Navarro (21 points dont 19 avant la mi-temps) et Pau Gasol (24 points dont 13 d'affilée pour débuter le troisième quart temps) ont maintenu l'Espagne dans le match presque jusqu'au bout (90-86 à trois minutes de la fin) alors que les Américains se sont reposés sur Kevin Durant (30 points), la meilleure performance d'un Américain aux JO, qui a libéré les Etats-Unis à trois points (5 paniers) dans des moments critiques.

Les Etats-Unis bousculés par la "Roja"

Dans un match haché,  les USA n'ont pas pu installer leur jeu rapide et leur domination physique et ont été longtemps pris au piège du jeu placé de l'Espagne. A peine bousculés par dix points de Navarro dans les trois premières minutes, les Américains ont rapidement pu creuser un écart à deux chiffres (+10). Mais ce furent leurs seuls moments de facilité.

Accrocheuse en défense, l'Espagne s'est hissée en tête après 13 minutes de jeu avec un 9-0 (39-37) en rivalisant sous le panneau et en se montrant très précis à trois points (54% à la mi-temps), surtout par l'intenable Navarro, qui répondait systématiquement à Durant.

L'Espagne n'était même pas ébranlée quand Marc Gasol prenait sa quatrième faute après seulement 16 minutes, et atteignait la mi-temps avec un point de retard (59-58). Pau Gasol sonnait la charge en début de troisième quart-temps. Avec lui et Ibaka, les Espagnols ridiculisaient les Américains à l'intérieur mais Durant se chargeait de maintenir le cap pour les Etats-Unis.

La "Dream Team" fait la différence dans le "money-time"

Kobe Bryant a cueilli sa 2e médaille d'or olympique. [Mark Ralston  - Keystone]
Kobe Bryant a cueilli sa 2e médaille d'or olympique. [Mark Ralston - Keystone]

D'un dunk et d'un panier à trois points, LeBron James rassuraient quand même le banc américain, qui exultait quand Pau Gasol faisait une faute sur Chris Paul pour redonner le ballon aux USA avec moins de deux minutes à jouer et une avance de 9 points (102-93). Il n'y avait plus qu'à gérer et à savourer pour Kobe Bryant and Co, qui montaient encore au sommet de l'Olympe.

Dans le match pour la médaille de bronze, la Russie s'est imposée face à l'Argentine (81-77).

afp/jbla

Publié Modifié

Les "Experts" conservent leur titre

La France a conservé son titre olympique en handball messieurs, en battant la Suède 22 à 21 (mi-temps: 10-8) en finale. Elle devient la première nation à réaliser cet exploit dans le handball masculin, si l'on excepte l'URSS, sacrée en 1988, puis en 1992 sous le nom d'Equipe unifié. Le bronze est revenu à la Croatie.

Les volleyeurs russes sont devenus champions olympiques en battant le Brésil 3 à 2 (19-25, 20-25, 29-27, 25-22, 15-9) après avoir sauvé deux balles de match dans le troisième set en finale. C'est le premier titre de la Russie depuis les Jeux de Moscou en 1980, du temps de l'Union soviétique.