D'un souffle, à la photo-finish: Nicola Spirig est devenue Championne olympique au terme d'un sprint épique dans Hyde Park, apportant à la Suisse une quatrième médaille en douze ans en triathlon aux JO, la deuxième en or. La Zurichoise a fait valoir ses formidables qualités de finisseuse et son sens tactique, déjà maintes fois éprouvés sur le circuit.

"Neuf centièmes de différence (après deux heures d'effort)... J'ai déjà souvent vu des arrivées serrées, mais à ce point, je ne crois pas", a glissé le coach national Iwan Schuwey, qui quittera son poste en octobre, sur cette apothéose londonienne. Le résultat de Spirig n'est pas le moins attendu - la Zurichoise de 30 ans domine sa discipline cette saison - mais dont le dénouement fut dramatique et fabuleux, le plus incertain en tout cas de l'histoire (récente) de ce sport entré aux JO en 2000.

"Je suis sans voix, c'est stupéfiant", a déclaré Nicola Spirig, qui a dû attendre de longues minutes avant que son succès soit officialisé. Elle avait franchi la ligne épaule contre épaule avec la Suédoise Lisa Norden, revenue fort de l'arrière après que Spirig a lancé le sprint, à 400 m de l'arrivée. "L'attente fut très dure, et c'est finalement un officiel qui m'a dit que j'avais gagné", a expliqué la championne.

A 30 ans, Spirig couronne une carrière déjà très riche: trois titres européens (2009, 2010 et 2012), un titre de Championne du monde en 2010 et de nombreux succès sur le circuit, y compris en athlétisme.

Il aura fallu de longues minutes au jury pour départager Spirig et Norden. [Tim Wimborne - Reuters]Il aura fallu de longues minutes au jury pour départager Spirig et Norden. [Tim Wimborne - Reuters]"Je voulais l'or et pas seulement une médaille"

Spirig avait fait le plein de confiance et savait qu'elle pouvait s'appuyer sur ses talents de coureuse, en plus de sa force à vélo qui lui permet de gaspiller un minimum d'énergie sur sa bécane quand ses rivales s'époumonent. Elle peut ainsi s'attaquer aux 10 km de course à pied dans un bon état de fraîcheur.

"Mon finish, je le travaille beaucoup à l'entraînement, où je prépare à la fois mon corps et mon mental. J'ai l'habitude de boucler mes séances sur piste par des 200 m ou des 400 m très rapides. Chaque séance d'entraînement est intense, je me donne à 100 %", a expliqué la Championne olympique.

"Je voulais l'or, pas seulement une médaille, et tout s'est passé comme mon coach Brett Sutton l'avait prévu. A la fin, j'ai vu Norden revenir en regardant l'écran géant devant moi... Cette arrivée serrée montre que la densité est devenue très forte devant." Lisa Norden a été classée 2e dans le même temps, l'Australienne Erin Densham prenant le bronze à 2 secondes. Mais pour la Soleuroise Daniela Ryf, ce fut le calvaire: jamais dans le coup, elle a fini 40e à 6'49.

si/adav