Sacré avec 48'' de marge sur Damiano Caruso et 1'08 sur Steven Kruijswijk, Simon Spilak s'est adjugé une victoire qui ne souffre aucune discussion. Un succès qu'il a construit vendredi dans l'étape de Sölden, où il avait écrasé la concurrence dans l'ascension du Tiefenbachferner. Cela lui a permis d'épingler son 2e Tour de Suisse après l'édition 2015 lorsqu'il s'était, contrairement à cette année, imposé sur le fil à l'issue de l'ultime contre-la-montre de Berne avec 5'' d'avance sur Geraint Thomas.

Egalement habitué à briller sur le Tour de Romandie - 1er en 2010, 2e en 2013, 2014 et 2015 -, le Slovène est bien l'un des coureurs les plus redoutables sur les routes helvétiques. Il faut dire que le format des courses d'environ d'une semaine convient parfaitement à ses qualités. Ce n'est, en revanche, pas le cas des grands Tours, où il n'a jamais réussi à s'illustrer.

ats/bao