Sanchez, qui avait terminé en 3e position la veille, s'est imposé à la photo-finish devant le Belge Gianni Meersman. C'est au terme d'une fin de course absolument passionnante que le puncher espagnol de la Rabobank, victime d'une crevaison arrière lors du premier jour, s'est adjugé cette 3e étape, qui s'est jouée principalement dans l'ultime ascension.


Dans cette dernière montée, à 5 km de l'arrivée, le maillot vert letton Gatis Smukulis, qui avait tenté une échappée solitaire 15 km auparavant, n'a pas à résisté au retour des poursuivants. Avant cette ascension finale, à 20 km de l'arrivée, Smukulis avait tenté le tout pour le tout en faisant faux bond à ses compagnons de tête sur qui il a pris pratiquement 20 secondes et 400 mètres à 9 km de la fin de l'étape.


Bradley Wiggins conserve son maillot jaune mais la concurrence le sert de près. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]Bradley Wiggins conserve son maillot jaune mais la concurrence le sert de près. [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - Keystone]L'esprit tourné vers samedi et dimanche

A noter que la plupart du peloton semblait déjà concentrée sur les deux étapes de samedi et dimanche. En effet, ce week-end, le Tour de Romandie entre dans sa phase décisive. La lutte pour le maillot jaune débute samedi avec une étape de montagne entre Bulle et Sion (184 km). Après le Col des Mosses en guise de hors-d'oeuvre, les coureurs enchaîneront les trois ascensions de Basse-Nendaz, Veysonnaz et St-Martin, avant la longue descente (25 km) sur Sion.


A moins que des écarts conséquents ne soient creusés, le suspense devrait toutefois rester entier pour l'ultime étape de dimanche, un contre-la-montre de 16,2 km à Crans-Montana. Des qualités de rouleur et de grimpeur seront nécessaires pour ce chrono atypique. La montée entre Mollens et Aminona (4 km à 10%) devrait être la clef de cette étape, mais aussi de cette 66e édition du Tour de Romandie.


si/fayet