Chris Froome n'a encore jamais gagné l'or dans le contre-la-montre des Mondiaux. Pas plus en individuel, épreuve qu'il n'a disputée qu'une seule fois au début de sa carrière (18e en 2009 à Mendrisio), que par équipes (3e en 2013 et 2017). Le Britannique, médaillé de bronze à deux reprises dans cette discipline aux JO, a enlevé au début du mois le "chrono" de la Vuelta.

Mais Tom Dumoulin, sans doute devenu la référence dans le contre-la-montre par la fluidité de son style et son aptitude à développer la puissance, aura son mot à dire. Si le parcours, qui se termine par l'ascension du Mont Flöyen, convient à Froome en raison de la côte finale (3,4 km à 9 %), il est loin de handicaper son adversaire néerlandais.

Dans la ville norvégienne, le "chrono" est loin toutefois de se résumer à un duel. Le troisième homme a de bonnes chances de s'appeler Rohan Dennis, à condition que l'Australien se montre aussi efficace que dans le contre-la-montre par équipes (2e).

ats/fg