Il faut dire que lorsque l'homme aux 11 titres mondiaux et 8 médailles d'or olympique a pris le témoin, la Jamaïque était distancée. Bolt a semblé d'abord tout tenter pour refaire une de ces fins de course de feu qui avaient marqué ses grandes années, mais il a été stoppé net. Une fin de carrière inimaginable, invraisemblable, presque indigne pour un champion de sa trempe, qui aura ravi des centaines de millions de fans de par le monde au cours des neuf ans - depuis 2008 - où il aura dominé le sprint mondial.

La Jamaïque n'a pas fini la course, et les Britanniques (Chijindu Ujah, Adam Gemili, Daniel Talbot et Nathaneel Mitchell-Blake) pouvaient filer vers l'or dans une ambiance phénoménale, en 37''47. Les Etats-Unis prennent l'argent, avec Justin Gatlin comme 2e relayeur, et les étonnants Japonais, le bronze.

Pour Bolt (31 ans), cette dernière aura évidemment un goût amer. Celui qui est surnommé L'Eclair, ou la Foudre, repartira de Londres avec le bronze seulement du 100 m. Il aura tout fait pour s'offrir une sortie digne de sa légende. Il n'en devient que plus humain après avoir échoué. Son oeuvre (18 médailles d'or planétaires aux Mondiaux et JO, 3 records du monde, dont ses mythiques 9''58 sur 100m et 19''19 sur 200m) n'en est en rien entamée. Il a eu les acclamations qu'il mérite!

ats/alt

A lire aussi: Les relayeuses suisses se classent 5es de la finale

Mo Farah battu sur 5000 m

L'ultime marche de Laura Polli