Le géant allemand, dont la décision est directement liée aux scandales qui frappent l'IAAF selon la BBC, aurait averti la fédération internationale qu'il songeait à mettre un terme à son contrat, après la publication d'un rapport de l'Agence mondiale antidopage (AMA) en novembre, détaillant "une culture profondément enracinée de la tricherie" dans l'athlétisme russe.

"Adidas est contre le dopage sous toutes ses formes. C'est pourquoi nous sommes en contact étroit avec l'IAAF pour en apprendre plus sur le processus de réformes" au sein de l'instance, a expliqué une porte-parole de la marque aux trois bandes.

L'accord de sponsoring, d'une durée de 11 ans et d'un montant de 33 millions de dollars (environ 31 millions d'euros), a été signé en 2008 et devait courir jusqu'en 2019.

afp/jbla