Modifié le 17 juin 2016

Les réveils religieux du XIXe siècle en Suisse (1/5)

Le pasteur Ami Bost, fondateur de la "société des amis" à Genève.
Les réveils religieux du XIXe siècle en Suisse (1/5) A vue d'esprit / 29 min. / le 08 février 2016
La Suisse du XIXe siècle traverse une multitude de changements profonds: révolution industrielle, naissance de l'Etat moderne sur fond de "Kulturkampf" et de guerre du Sonderbund, famine et fortes tensions politiques. Ces bouleversements s'accompagnent de poussées de ferveur religieuse nouvelle.

En Suisse romande, un réveil spirituel se propage depuis Genève. Il bouleverse le paysage réformé et certains groupes de croyants s’autonomisent, affrontant des persécutions religieuses. A Genève, puis dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel, les dissensions politiques autour des liens entre Eglise et Etat conduiront à la création d’une Eglise Libre à côté de l’Eglise Nationale.

De nouveaux mouvements d’origine anglo-saxonne s’invitent, fruit d’une intense activité missionnaire. Méthodistes, darbystes, salutistes, mormons et d’autres encore s’installent pour longtemps. Le catholicisme n’est pas en reste: retour des jésuites, dévotion mariale, ferveur papale et multiplication des ordres religieux sont au programme.

En compagnie de ses invités, Jean-Christophe Emery se propose de parcourir les grandes avenues de ce XIXe siècle foisonnant d’aspirations religieuses très diverses.

 

Références

Altermatt, Urs: "Le catholicisme au défi de la modernité. L'histoire sociale des catholiques suisses aux XIXe et XXe siècles". Postf. de Francis Python. Lausanne, Payot, 1994.

Amsler, Frédéric et Scholl, Sarah (dir): "L’apprentissage du pluralisme religieux. Le cas genevois au XIXe siècle". Labor et Fides, 2013.

 

Genève se réveille

En 1810, le jeune étudiant en théologie Ami Bost fonde une "société des amis" à Genève. C’est le premier acte de ce que l’on nommera le "Réveil de Genève". Il deviendra le milieu d’incubation des futures Eglises Evangéliques et autres courants darbystes ou salutistes. Il donnera aussi naissance à l’Eglise Libre de Genève. Progressivement, ces élans de spiritualité dessinent une nouvelle géographie religieuse de la Cité de Calvin. Leur fécondité philanthropique et leur ferveur missionnaire conféreront un large rayonnement à ces courants minoritaires.

Avec Valérie Lathion, historienne, chargée d'enseignement au Département d'histoire générale de l’Université de Genève.

Publié le 08 février 2016 - Modifié le 17 juin 2016