Août 2012
LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
3456789

Les petits matins

Georges Pop, Manuela Salvi et Claude Défago
du lundi au vendredi entre 5h00 et 6h00

lundi 6 août 2012

Corinne Perthuis, porte-parole de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève
Corinne Perthuis, porte-parole de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. [Sandro Lisci - RTS]

Corinne Perthuis, porte-parole de l'Organisation internationale du travail (OIT) à Genève. [Sandro Lisci - RTS]

Elle a toujours dévoré le monde avec curiosité. En 1976, sa participation à la Course autour du monde a confirmé sa passion pour la vie des gens et son goût des voyages. Elle avait 20 ans. Après des études de droit et d'histoire, elle se lance dans le journalisme. Et c'est dans le service public français qu'elle va exercer ses talents de reporter. Elle s'intéresse particulièrement à l'URSS de Gorbatchev. Elle va décrypter cette période fascinante pour les téléspectateurs de France 2. Elle quitte la caméra pour endosser le rôle de porte-parole et découvrir les coulisses du Haut commissariat pour les réfugiés à Paris. Depuis 9 ans, elle officie à l'Organisation internationale travail (OIT) à Genève dont elle défend les couleurs, avec un credo: le travail fait partie de la vie. Ce n'est pas une marchandise.


Sport matin

JO: les courses sur pistes passionnent les Britanniques

L’ébullition est à son comble au vélodrome olympique de Londres depuis le début des courses sur pistes. Les pistards britanniques, nouvelles coqueluches de la nation, prouvent qu’ils restent maîtres dans cette discipline, en raflant la majorité des médailles. Le reportage sur place de Catherine Ilic et Cyril Delemer.
Décalage horaire

Campagne de promotion de la Bolivie

La Bolivie, sa jungle amazonienne, ses cimes andines et le lac Titicaca: magnifique et trop peu connu. La Paz lance une campagne de promotion sans précédent, du jamais vu pour faire connaître les attraits du pays. Un slogan: "la Bolive t'attend". Le président Evo Morales a décidé d'investir plus d'un million de francs par année dans un secteur aujourd'hui considéré comme vital. Le défi est d'autant plus important que les infrastructures sont très peu développées et que la Bolivie reste la destination la plus coûteuse d'Amérique du Sud.