2011 la tête dans l'éprouvette

L'Année internationale de la chimie dans "Impatience"

Mardi, 08 février 2011 à 08:36

Eprouvettes, pipettes & Cie [Christian Delbert. - Fotolia]

Plongée dans le monde mystérieux des molécules, liaisons et autres pipettes. En cette année internationale de la chimie, c’est l’occasion rêvée pour découvrir les facettes méconnues de cette discipline primordiale – et souvent considérée avec beaucoup de méfiance. 2011 fait également honneur aux femmes, puisque il marque le 100e anniversaire du deuxième Prix Nobel de Marie Curie. Une commémoration qui permet de revenir sur le rôle, souvent occulté, des femmes dans la science.

Le radon

Mardi, 06 décembre 2011 à 00:00

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite et fin de la visite du tableau périodique de Mendeleïev… Pour cette ultime étape de notre voyage dans la classification périodique des éléments chimiques, c’est du radon, numéro atomique 86, que Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, a choisi de nous parler.

Le radon fait partie de la famille des gaz dits rares, ou nobles. Incolore et inodore, il est présent de manière naturelle sur Terre. Mais quand il s’accumule dans un endroit, il peut faire des dégâts. Il se désintègre alors en produits radioactifs, qui peuvent par exemple attaquer nos poumons.

Cependant, Claude Friedli nous raconte, qu’à une époque, boire de l’eau contaminée par le radon était à la mode, et réputé pour ses effets curatifs !

Et pour cette dernière visite, une fois n’est pas coutume, notre guide chimique de l’année infuse… du choux rouge. Une expérience ludique à faire à la maison pendant les fêtes.

Une chronique de Natalie Bougeard.

L'iode

Mardi, 29 novembre 2011 à 00:00

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Aujourd'hui, l’iode. C’est une mauvaise réputation qui me colle à la peau. Vous entendez iode, vous pensez à Fukushima, Tchernobyl, bref… à un accident nucléaire. Alors que je ne suis pas que ça !

Je rends possible de nombreux examens médicaux, je sers à accélérer des réactions dans l’industrie, je fais la pluie et le beau temps quand on m’utilise pour ensemencer les nuages. Et surtout, vous avez besoin de moi ! A dose homéopathique, bien sûr.

Claude Friedli, professeur honoraire de chimie, vous explique tout cela bien mieux que moi. Et puis, s’il m’a choisi comme représentant de l’avant-dernière colonne du tableau périodique c’est que je ne dois pas être si méchant que cela !

Une chronique de Natalie Bougeard.

L'Oxygène

Jeudi, 03 novembre 2011 à 00:00

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev. Gaz incolore, inodore et sans saveur, je me liquéfie à –182.96 degrés. Mon nom est rond comme un O. Je vous insuffle la vie. Je suis… l’oxygène.

Découvert à la fin du 18ème siècle, l’oxygène est un élément important du tableau périodique des éléments chimiques. A tel point que la famille dont il fait partie, appelée chalcogène, est souvent rebaptisée famille de l’oxygène.

Il représente 62.5% de la masse de votre corps et 23% de l’air. Il est présent sous deux formes très connues: le dioxygène (O2) et l’ozone (O3).

Claude Friedli, Professeur honoraire de chimie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, revient sur l’histoire de cet élément indispensable à la vie humaine ainsi que ses formes et ses applications très diverses.

Un dossier de Natalie Bougeard.

L'antimoine

Lundi, 03 octobre 2011 à 11:13

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Mon sigle est Sb. Sb comme stibine, car c’est ainsi que m’appelaient les Romains. Mais aujourd’hui, je suis davantage connu sous le nom d’antimoine...

Pourquoi antimoine? Parce que selon la légende, j’ai fait passer quelques-uns de ces religieux de vie à trépas lors d’expériences alchimiques. Mais ne m’accusez pas que de crimes! Je suis certes un poison particulièrement perfide, mais je peux aussi servir de médicament: j’ai sauvé le roi Louis XIV et suis aujourd’hui encore employé pour combattre des maladies comme la leishmaniose.

Claude Friedli, Professeur de chimie honoraire à l’EPFL, vous conte mon histoire tumultueuse.

Une chronique de Natalie Bougeard.

Le carbone

Mardi, 30 août 2011 à 10:04

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev. Je cristallise pour former le diamant, et parer vos doigts. Mais vous me trouvez aussi  dans la mine de votre crayon gris, sous forme de graphite. Ou dans la suie de vos cheminées. Je suis... le carbone.

L'an passé j'ai même gagné un prix Nobel, celui de physique. Car je forme un cristal prometteur en terme d'applications électroniques: le graphène. Plus prosaïquement, je sers aussi d'essence, à vos voitures et à vous même, puisque vous m'absorbez sous forme de sucres pour refaire le plein d'énergie.

Je le dis sans arrogance aucune: je suis à l'origine de tout. Notamment du changement climatique, car ma présence est devenue quelque peu insistante dans la basse atmosphère. Je suis le C et je suis partout. Il faut dire que sans carbone, la vie n’existerait pas.

Et c’est bien pour cela que Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, m’a choisi comme symbole représentatif de cette 14ème colonne du tableau périodique de Mendeleïev.

Un dossier de Natalie Bougeard

Du Borax au bore

Mardi, 02 août 2011 à 08:00

Dans le cadre de l’année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev. Aujourd'hui: le borax.

Je suis le numéro 5. Treizième régiment. Je suis le seul élément non métallique de ma famille, mais je brille quand même - mon nom vient d’ailleurs du persan boûraq, qui veut dire brillant. Je suis connu depuis la nuit des temps et fus un ingrédient prisé par les alchimistes au Moyen-Âge. Aujourd’hui, vous me trouvez dans des lessives, certains de vos verres ou les semi conducteurs.

Claude Friedli, Professeur honoraire à l’EPFL m’a choisi comme représentant de la colonne 13, car je suis "le sale gosse de la famille" !

Une chronique de Natalie Bougeard.

Les terres rares

Jeudi, 14 juillet 2011 à 07:45

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Aujourd'hui, les terres rares. Dans la famille des terres rares, dix-sept éléments se partagent la vedette. C’est qu’ils sont précieux, car indispensables pour nous, homo numericus.

Entre le néodyme, le cérium et le gadolinium, difficile de savoir lequel choisir. Il faut dire qu’ils sont tous utiles, et omniprésents: dans les téléphones portables, les fours auto nettoyants, les baladeurs mp3, les batteries et catalyseurs de voiture ou l’imagerie médicale. Autant dire qu’il n’est pas évident d’imaginer s’en passer.

Cependant, à les utiliser sans compter, nous risquons bien de nous en mordre les doigts. Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, revient sur les enjeux géostratégiques qui agitent le monde des terres rares. Il explique aussi leurs particularités et leur histoire.

Un dossier de Natalie Bougeard.

Le technetium

Jeudi, 09 juin 2011 à 10:05

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Les mois filent et nous en sommes déjà au milieu du tableau! A la découverte du technétium, sa radioactivité et sa présence dans les hôpitaux.

Mon nom vient du grec technetos, qui veut dire artificiel. Normal, j’ai été le premier élément chimique produit artificiellement. Je suis le numéro 43 et mon surnom est Tc. Je suis extrêmement rare et, surtout, tous mes isotopes sont instables – donc radioactifs…

Claude Friedli, Professeur honoraire de chimie à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, m’a choisi pour illustrer la famille des métaux de transition. Pourquoi ? Parce que les scientifiques ont eu bien du mal à me mettre la main dessus mais que désormais je vous sers beaucoup – notamment en médecine !

Une chronique de Natalie Bougeard.

Th = Thorium

Mardi, 24 mai 2011 à 09:08

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... J’ai été découverte en 1829 par Jöns Jacob Berzelius, le fameux chimiste suédois. Il m’a appelé Thor, comme le dieu scandinave du tonnerre. C’est pour cela que mon diminutif est Th. Je suis le nonantième élément du tableau périodique, et je fais partie de la famille des actinides. Je suis, je suis... le thorium.

Je suis un élément faiblement radioactif et un combustible fissile controversé. L’uranium est l’un des mes cousins, pourtant nous sommes très différents. Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL fait les présentations.

Une chronique de Natalie Bougeard.

Sr = Strontium

Mercredi, 11 mai 2011 à 00:00

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Mon numéro c’est le 38. Mon nom de code : Sr. Je fais partie des alcalino terreux. Et vous avez sûrement entendu parler de moi ces dernières semaines du côté de Fukushima. Je suis, je suis… le Strontium.

Le strontium est un élément très rare à la surface de la Terre. Vous le trouverez dans des minerais aux noms bizarres, tels que la célestine ou la strontianite. Il existe sous forme de quatre éléments stables et naturels, mais l’un de ses isotopes (le cinquième) est instable – et radioactif. C’est un produit de la fission nucléaire, qui peut se trouver en quantité anormale dans l’environnement notamment lors d’essais ou d’accidents nucléaires.

Alors, le strontium est-il Dr. Jeckill ou M. Hyde ? Réponse avec Claude Friedli, professeur honoraire de l’EPFL.

Une chronique de Natalie Bougeard.

K= potassium

Mercredi, 06 avril 2011 à 17:30

Dans le cadre de l’Année internationale de la chimie, suite de la visite du tableau périodique de Mendeleïev... Mon nom de famille, c'est Alcalin. Mon numéro: le 19. Je suis un métal et j’émets une lumière violette quand on me chauffe. On me trouve abondamment dans la cendre. Je suis, je suis… je suis le K comme potassium. Pourquoi K et pas P?

Le chimiste suédois Jöns Jacob Berzelius m’a appelé Kalium, dérivé de l’arabe al quali, qui veut dire cendre. Alors pourquoi potassium en français? Parce que "potash", qui veut dire cendre du pot en anglais, qui devient potassium... C'est aussi simple que cela !

Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, revient, dans ce troisième épisode du voyage dans le tableau périodique des éléments, sur le potassium et en particulier sur son rôle pour la lignée humaine.

Une chronique de Natalie Bougeard

Au début était H

Vendredi, 25 février 2011 à 09:24

Mon premier s’appelle H. Mon dernier est Uuo. Je suis? Je suis la classification périodique des éléments – encore appelée tableau de Mendeleïev. 2011 la tête dans l’éprouvette, c'est une année de découverte de la chimie. Aujourd'hui: l'hydrogène.

Le tableau périodique des éléments est un pilier de la chimie et un outil indispensable pour les scientifiques. Zoom sur l'histoire de cette classification étonnante.

Aujourd’hui, premier coup d’éprouvette dans ce tableau mythique – et pratique. Notre première rencontre ? Le fameux H 1.00794. C’est sur cet élément indispensable et multiple que revient Claude Friedli, Professeur honoraire de chimie à l’EPFL.

Une chronique de Natalie Bougeard.

Mendeleïev au tableau!

Vendredi, 28 janvier 2011 à 13:15

Mon premier s’appelle H. Mon dernier est Uuo. Je suis? Je suis la classification périodique des éléments – encore appelée tableau de Mendeleïev. Le tableau périodique des éléments est un pilier de la chimie et un outil indispensable pour les scientifiques. Histoire de cette classification étonnante.

Evidemment, cette table n’est pas tombée du ciel, elle s’inscrit dans une histoire. Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, revient sur la genèse de ce tableau et nous explique à quoi il sert. 

Un dossier de Natalie Bougeard.

Histoire de la chimie

Mercredi, 26 janvier 2011 à 13:13

En cette année de la chimie, coup d’œil dans le rétroviseur… …pour voir d’où vient cette science, et par quelles découvertes elle est devenue ce qu’on appelle maintenant la "chimie moderne".

Tout commença… avec une femme au Moyen-Orient, entre des pots de cosmétiques et de produits de beauté. Puis vint l’alchimie, ses dosages, et sa recherche de la transformation. Avant que n’émerge la chimie dite "moderne", accompagnée d’une recherche assidue sur la nature de la matière, son organisation, sa classification.

Claude Friedli, professeur honoraire de chimie à l’EPFL, revient sur cette histoire de la chimie. Son histoire ne sera pas exhaustive - il faudrait des heures d’émissions pour qu’elle le soit ! - puisqu’il s’arrêtera lorsque voit le jour l’alphabet chimique, que vous pouvez retrouver dans un fameux tableau : le tableau de Mendeleiev.

Une chronique de Natalie Bougeard