Modifié le 29 mars 2018

Une nouvelle initiative veut interdire les énergies fossiles en Suisse

Les initiants demandent la suppression des véhicules diesel et à essence.
Lancement d'une nouvelle initiative populaire sur le climat Le 12h30 / 2 min. / le 26 mars 2018
Une nouvelle initiative sur la protection du climat est en préparation. Le texte révélé lundi par le Tages Anzeiger propose d'interdire les énergies fossiles en Suisse d'ici 2050.

Cette initiative dite "Pour la protection des glaciers" émane de la société civile et est soutenue par Greenpeace et le WWF notamment. Elle demande une application très stricte de l'accord de Paris sur le climat, en interdisant les énergies fossiles en Suisse d'ici 2050.

Avec ce texte, les initiants entendent influencer les débats à venir sur la révision de la loi sur le CO2. Le Conseil fédéral a en effet proposé de réduire les gaz à effet de serre de 50% d'ici 2030, mais sans aucune taxe sur l'essence. Ce n'est pas un objectif suffisant, selon les auteurs de cette nouvelle initiative populaire.

Pour Anne Mahrer, ancienne conseillère nationale Verte, et co-présidente de l'association "les aînés pour la protection du climat", qui soutient le texte, il faut un texte plus ambitieux.

"Sortir des énergies fossiles, c'est la moindre des choses qu'on puisse faire", a-t-elle relevé dans le 12h30 de lundi.

L'initiative a été rédigée par l'avocat zurichois Heribert Rausch et le journaliste zurichois Marcel Hänggi, deux défenseurs de l'environnement bien connus en Suisse alémanique. Ils espèrent avoir constitué un comité d'initiative d'ici le mois de mai prochain, composé de représentants de tous les secteurs d'activités. Leur objectif: commencer la récolte de signatures au début de l'année prochaine.

Soutien des Verts?

Pour l'instant, les Verts ne participent pas à ce projet, mais la présidence des Verts, contactée par la RTS, dit se réjouir d'une initiative qui met à l'agenda un thème urgent. Le parti écologiste réfléchissait d'ailleurs à une initiative similaire et pourrait par conséquent très bien s'associer à celle de la société civile.

Tout reste ouvert à 18 mois des élections fédérales. La gauche et les Verts ont tout intérêt à faire du climat un des thèmes forts de la campagne, d'autant plus que, selon le dernier baromètre électoral de la SSR, l'environnement figure à la 4ème place des principales préoccupations des Suisses. 

Marc Menichini/lan

Publié le 26 mars 2018 - Modifié le 29 mars 2018