Modifié le 07 mars 2018

Christoph Blocher et Oskar Freysinger quittent la direction de l'UDC

Christoph Blocher a indiqué le mardi 6 mars 2018 son intention de rester engagé dans le comité "UE-Non".
Christoph Blocher et Oskar Freysinger quittent la direction de l'UDC Forum / 3 min. / le 06 mars 2018
Christoph Blocher et Oskar Freysinger quittent la direction de l'UDC, a annoncé le parti mardi à Berne. Magdalena Martullo-Blocher (GR) et le conseiller national Marco Chiesa (TI) sont proposés comme nouveaux vice-présidents.

Christoph Blocher, 77 ans, ne quitte pas la politique pour autant. L'ancien conseiller fédéral compte investir toute son énergie au comité "UE-Non" pour la sauvegarde de la démocratie directe et contre le transfert du pouvoir législatif suisse à Bruxelles via un accord-cadre, a-t-il expliqué.

Christoph Blocher a quitté la vice-présidence de l'UDC en 2016 pour en devenir le responsable stratégique. Il était en fonction depuis 2008, après son éviction du Conseil fédéral.

L'arrivée de Magdalena Martullo-Blocher à la tête du parti ne signifie pas la création d'une dynastie, a affirmé le politicien. "Je ne l'ai pas forcée". Le tribun zurichois salue également le rajeunissement de la direction du parti. Grâce à son départ, la moyenne d'âge va retomber à 48 ans.

"Parfois, on arrive à me convaincre", admet Magdalena Martullo-Blocher

La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher hésitait à accepter la vice-présidence du parti, avait-elle confié à la presse. "Parfois, on arrive à me convaincre", admet au 19h30 de la RTS la fille du bâtisseur de l'UDC moderne.

A la tête du groupe EMS Chemie depuis 14 ans, l'élue grisonne enchaîne les journées marathon depuis son élection au Conseil national en 2015. Malgré son goût du combat évident, elle non plus ne croit pas en une dynastie Blocher.

Je n'ai pas été élue parce que les citoyens pensaient que j'étais comme mon père

Magdalena Martullo-Blocher, conseillère nationale (UDC/GR)

"Je n'ai certainement pas été élue parce que les citoyens pensaient que j'étais comme mon père", estime-t-elle. "Le peuple sait que je suis sa fille, mais je suis différente... pas si différente non plus, nous sommes de la même famille", concède la cheffe d'entreprise.

>> Son portrait dans le 19h30:

Direction de l'UDC: affaire de famille
19h30 - Publié le 06 mars 2018
 

Equité à l'UDC

La composition de la nouvelle direction de l'UDC est idéale, a relevé mardi Céline Amaudruz. Trois régions linguistiques seront représentées à la vice-présidence qui comptera en outre deux femmes, a souligné la conseillère nationale genevoise.

Le bureau désigné pour la période 2018-2020 sera complété par la conseillère nationale Sandra Sollberger (BL) et les conseillers nationaux Marcel Dettling (SZ), Thomas Matter (ZH) et Adrian Amstutz (BE). C'est ce dernier qui sera désormais responsable de la stratégie. L'assemblée des délégués se réunira le 24 mars à Klosters (GR) pour confirmer ces propositions.

Le président du groupe parlementaire Thomas Aeschi siège d'office au Bureau. L'ancien conseiller national zurichois Walter Frey reste quant à lui à disposition de l'UDC pour des conseils en communication et de marketing, ainsi qu'au sein de la Fondation pour une politique bourgeoise. Le conseiller national nidwaldien Peter Keller est nommé responsable du programme politique 2019-2023.

ats/cab/tmun

Publié le 06 mars 2018 - Modifié le 07 mars 2018