Modifié le 12 janvier 2018

Les diplomates suisses toujours interdits d'accès à la bande de Gaza

Au coeur de la polémique avec Israël, des clichés où des diplomates suisses figurent aux côtés des dirigeants du Hamas Ismail Haniyeh et Yahya Sinwar.
Les diplomates suisses sont toujours interdits d'accès à la bande de Gaza Forum / 3 min. / le 12 janvier 2018
Les diplomates suisses ne sont toujours pas autorisés à pénétrer dans la bande de Gaza. Cette interdiction décrétée par Israël fin novembre est toujours en vigueur, a constaté la RTS vendredi.

La décision avait été prise à la suite de la publication de plusieurs photographies montrant des diplomates suisses aux côtés de dirigeants du mouvement du Hamas, considéré par Israël comme un groupe terroriste.

>> Lire aussi: Israël refuse l’entrée des diplomates suisses à Gaza jusqu'à nouvel avis

Au lendemain de l’annonce israélienne, le Département des Affaires étrangères (DFAE) laissait entendre qu’il ne s’agissait que d’un malentendu, et que les choses pourraient rentrer rapidement dans l’ordre. Force est de constater que les crispations subsistent aujourd'hui.

Prudence du DFAE

Le DFAE a réagi à ce blocage persistant par une prise de position officielle plutôt laconique, expliquant "être en contact avec les autorités israéliennes compétentes". Il ajoute que "des progrès ont été accomplis" et que "les discussions continueront".

Cette prudente discrétion de la part des autorités suisses s'explique par le fait que Berne veut à tout prix éviter d'envenimer la situation. Si la Suisse en dit trop, Israël pourrait se braquer et stopper toutes les tractations qui doivent permettre aux diplomates suisses de voyager à nouveau à Gaza.

Bras de fer à l'avantage d'Israël

En réalité, Israël a presque intérêt à maintenir ce bras de fer avec la Suisse, ou du moins à ne pas rendre publiques d’éventuelles concessions qu’il ferait. En interdisant aux diplomates suisses l'accès à cette région contrôlée par le Hamas, l'Etat hébreu envoie un signal à la communauté internationale, en faisant savoir que le Hamas, avec qui la Suisse dialoguait jusqu'au mois de novembre, n'est pas un partenaire respectable (lire encadré).

Cette situation brouille le dialogue avec le Hamas, et complique le travail entrepris par la Suisse depuis plusieurs années en vue d'une réconciliation entre le mouvement islamiste et l'autorité palestinienne. Or, ces contacts avec le Hamas sont précieux, puisque la Suisse est l'un des rares pays à entretenir ce type de liens dans la bande de Gaza. Un blocage persistant pourrait, à terme, compromettre les efforts entrepris par la Confédération dans la région.

Pietro Bugnon/kkub

Publié le 12 janvier 2018 - Modifié le 12 janvier 2018

Imbroglio diplomatique dû à une "maladresse"

La photographie où l'on voit un diplomate suisse aux côtés d’un représentant du Hamas a fortement déplu à Israël. Le fait que la Suisse soit en contact avec le mouvement islamiste palestinien était connu des services israéliens. L'Etat hébreu n’a en revanche pas du tout apprécié le fait que la Suisse s’affiche officiellement aux côtés du Hamas, par la publication du cliché.
 
Au sein de la diplomatie helvétique, un certain malaise règne aujourd'hui, car la Suisse a sa part de responsabilité dans cet imbroglio diplomatique. Les négociateurs du DFAE n'auraient en effet pas dû accepter d'être photographiés. Au sein du Département, un responsable parle de "maladresse". Cette source souligne toutefois que la réaction d'Israël a été plutôt vive, voire exagérée.