Modifié mardi à 18:11

Le BPA veut diminuer le nombres de morts sur les routes grâce à Via Sicura

Nettoyage d'un tunnel après une collision frontale sur l'autoroute A1, à proximité de Zurich.
Nettoyage d'un tunnel après une collision frontale sur l'autoroute A1, à proximité de Zurich. [Police cantonale de Saint-Gall - Keystone]
Le Bureau de prévention des accidents (BPA) entend diminuer de moitié le nombre de tués sur les routes d'ici dix ans. Selon lui, la législation en vigueur et les mesures de Via Sicura sont adéquates pour y parvenir.

Le BPA en est convaincu: il est possible de réduire le nombre de tués sur les routes à moins de 100 par année, a-t-il fait savoir mardi à l'occasion de son 19e forum.

Actuellement, 216 personnes meurent chaque année sur les routes, rappelle le BPA. Par rapport à aujourd'hui, 116 vies pourraient ainsi être épargnées tous les ans. Selon lui, ces objectifs sont atteignables, "sous réserve que la politique de sécurité routière ne change pas de cap".

Besoin de "cohérence"

L'instance de prévention estime qu'il n'est pas nécessaire d'introduire de nouvelles prescriptions, mais souligne l'importance d'une "mise en oeuvre cohérente des mesures de Via Sicura".

Elle rappelle par ailleurs qu'un rapport commandé par le Parlement indique que "Via Sicura est efficace, mais que son potentiel n'est pas encore épuisé".

ats/kg

Publié mardi à 17:55 - Modifié mardi à 18:11

Possible assouplissement de Via Sicura

Malgré ce que souhaite le BPA, la pression monte à Berne sur Via Sicura. Face à la grogne que suscitent certaines sanctions contre les chauffards, le Conseil fédéral s'est montré en juin prêt à ouvrir la discussion.

Dans un rapport, il estime "envisageable" de renoncer à fixer une peine de prison minimale pour un délit de chauffard et d'abaisser à six mois la durée minimale de retrait du permis de conduire.