Publié le 10 novembre 2017

Un Suisse sur cinq renonce à se soigner pour des raisons financières

Une infirmière prodigue des soins à une patiente dans une chambre du Centre hospitalier universitaire vaudois, CHUV, à Lausanne.
Une infirmière prodigue des soins à une patiente dans une chambre du Centre hospitalier universitaire vaudois, CHUV, à Lausanne. [Jean-Christophe Bott]
Un taux élevé de Suisses - 20,9% - ont renoncé à consulter un médecin pour des raisons financières en 2016. Ce constat ressort du panorama 2017 de la santé publié vendredi par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l'OCDE, la situation est comparativement encore plus préoccupante en Pologne avec un taux de renoncement de 33%. Aux Etats-Unis, 22,3% des Américains ont aussi préféré s'abstenir.

Le rapport note également une hausse généralisée de l'usage des médicaments génériques, même s'ils représentent moins d'un quart des ventes totales en Suisse.

Espérance de vie

Autre constat: l'OCDE estime que les Etats-Unis ont dépensé pour la santé nettement plus que tous les autres pays analysés. Un niveau de dépenses 25% supérieur à celui de la Suisse, qui se classe deuxième. En 2016, "les Etats-Unis ont consacré 17,2% de leur PIB à la santé, près de cinq points de plus que la Suisse", note le rapport.

Par ailleurs, la Suisse continue d'être l'un des pays où l'espérance de vie reste la plus élevée. Un Suisse peut espérer vivre jusqu'à 80,8 ans et une Suissesse jusqu'à 85,1 ans.

ats/pym

Publié le 10 novembre 2017