Modifié le 07 novembre 2017

Les JO vont-ils doper le tourisme? L'Euro 08 avait fait fuir les vacanciers

La "déferlante orange" pendant l'Euro 2008 n'avait pas suffi à remplir les hôtels.
La "déferlante orange" pendant l'Euro 2008 n'avait pas suffi à remplir les hôtels. [Patrick Straub - Keystone]
Les Jeux olympiques vont profiter à l'industrie touristique, assurent les organisateurs de Sion 2026 et leurs soutiens politiques. Pourtant, les vacanciers avaient délaissé le pays durant l'Euro 2008.

"Quand on dit qu'il n'y a pas de retombées économiques, c'est archi-faux", s'exclamait le vice-président de Sion 2026 Bernard Rüeger, attaqué sur les coûts des Jeux, le 25 octobre dans l'émission Infrarouge. Et d'avancer l'impact sur le tourisme, qui devrait bénéficier de "1,5 à 2,4 millions de nuitées" grâce aux JO.

Ces chiffres se trouvent dans les études préliminaires réalisées pour Swiss Olympic. Avec toutes les dépenses qui accompagnent les visiteurs olympiques, ceux-ci rapporteraient entre un quart et un tiers du chiffre d'affaires des Jeux, soit entre 1 et 1,7 milliard de francs.

Hôtels boudés pendant l'Euro 2008

Seul grand événement sportif organisé en Suisse dans un passé récent, et comparable aux JO, l'Euro 2008 de football a toutefois montré deux éléments: les prévisions étaient surestimées et le nombre global de nuitées dans l'hôtellerie a baissé durant le mois de la manifestation.

Selon le rapport d'impact de l'Euro commandé par l'Office fédéral du sport, le tournoi a amené 394'000 nuitées aux hôteliers suisses. C'est 18% de moins que le scénario minimaliste des études préliminaires, du même cabinet, qui tablaient sur une fourchette allant de 480'000 à 600'000 nuitées.

"Les prévisions sont souvent optimistes car ceux qui les commandent soutiennent la candidature, c'est un instrument de communication", estime Jean-Loup Chappelet, spécialiste des grandes manifestations sportives.

Quand les vacanciers fuient

L'effet d'éviction, c'est-à-dire quand l'événement fait fuir ceux qu'il n'intéresse pas, avait été sous-estimé avant l'Euro 2008. En tenant compte de cet effet, le rapport d'impact estime que le nombre de nuitées nettes liées à la compétition s'élève à 200'000.

Etonnamment, le nombre total de nuitées dans le pays en juin 2008, au plus fort de la manifestation, s'est avéré plus faible que celui enregistré à la même période un an plus tôt (-2,6%). Même les hôteliers des villes accueillant les matches, à l'exception de Bâle, ont connu une diminution du nombre de clients.

Le jackpot espéré par l'industrie touristique n'a pas été au rendez-vous. Au final, les fans de l'Euro ont représenté moins de 1% des nuitées enregistrées sur l'ensemble de l'année 2008.

"Impact marginal pour les destinations connues"

Comme pour l'Euro, les retombées économiques durant les Jeux ne sont pas à chercher du côté du tourisme, selon Jean-Loup Chappelet. "Avec l'effet d'éviction, ce type de manifestation n'apporte pas d'augmentation touristique, ou elle reste faible", constate le professeur à l'Institut de hautes études en administration publique de l'Université de Lausanne.

Après les Jeux également, l'impact sur le tourisme est "marginal pour les destinations connues comme la Suisse, Paris ou Londres", précise-t-il.

Bénéfique avant les Jeux

Jean-Loup Chappelet distingue trois phases: avant, pendant et après les Jeux. Et, selon lui, c'est surtout pendant la phase de préparation du tournoi, "souvent négligée par les économistes", que l'impact est important pour la région.

"Ces retombées dépendent des fonds qui viennent de l'extérieur du territoire olympique, c'est-à-dire la vente des billets, le sponsoring domestique et la contribution du CIO", analyse-t-il, "pour autant que les mandats ne soient pas donnés à des entreprises en dehors du territoire". Autrement dit, plus les investissements qui sortent de la poche de l'organisateur sont faibles et les rentrées extérieures importantes, plus l'événement profite à la région.

A ce jeu-là, Sion 2026 s'en sort plutôt bien, selon le spécialiste, parce que le projet se base essentiellement sur des infrastructures existantes. Estimées à 1,149 milliard, les recettes extérieures couvrent près de la moitié du budget. Le reste est financé par la Confédération, à hauteur d'environ un milliard, et les cantons, pour 243 millions.

Alors, les Jeux en valent-ils le coût? "On ne le saura qu'à la fin", conclut Jean-Loup Chappelet. Avant cela, la population valaisanne devra décider en juin prochain s'ils en valent la chandelle.

>> Lire aussi: Le Conseil d'Etat valaisan part en campagne en vue des JO d'hiver Sion 2026

Valentin Tombez

Publié le 07 novembre 2017 - Modifié le 07 novembre 2017

La malédiction du budget des Jeux olympiques

L'histoire se répète depuis 30 ans. Le budget initial des Jeux est constamment dépassé, voire explosé. En moyenne, les coûts excèdent de 2 fois et demie (156%) les prévisions, d'après une étude de l'Université d'Oxford qui a analysé la période 1960-2016.

Le surcoût moyen des Jeux d'hiver reste plus bas que celui des Jeux d'été et il a légèrement baissé ces dernières années. En ne prenant en compte que les Jeux organisés après 1999, il s'élève tout de même à 101% de dépassement. Un chiffre poussé vers le haut par Sotchi en 2014.

Pour Sion 2026, qui table sur un budget de 2,4 milliards de francs, les coûts avoisineraient les 5 milliards si ce taux s'appliquait à l'organisation valaisanne.