Avec Ignazio Cassis, le Tessin revient au Conseil fédéral.

Le suivi de l'élection au Conseil fédéral

Publié le 19 septembre 2017 - Modifié le 20 septembre 2017

Elu au Conseil fédéral, Ignazio Cassis promet de "s'engager pour le pays"

- Le candidat tessinois Ignazio Cassis a été élu mercredi au second tour de l'élection au Conseil fédéral avec 125 voix. Il devient le 117e conseiller fédéral et 8e représentant de son canton à ce poste.

- Dans son premier discours, le nouveau conseiller fédéral a promis de "s'engager pour le pays", se posant notamment en défenseur de la voie bilatérale avec l'UE et dénonçant "les positions extrêmes qui ne font pas avancer".

- Les candidats non élus Pierre Maudet (90 voix au 2e tour) et Isabelle Moret (28) ont réagi tous les deux en félicitant le nouveau conseiller fédéral.

- L'Assemblée fédérale avait dans un premier temps rendu hommage à Didier Burkhalter, "un homme de coeur et d'engagement". Dans son discours, Didier Burkhalter a lui expliqué qu'il y a "un temps pour tout" et a notamment remercié son épouse.

Suivi assuré par Juliette Galeazzi, Victorien Kissling, avec Cécile Rais et Théo Allegrezza à Berne

  • 13h50

    Fin du suivi minute par minute

    La joie des Tessinois, la déception des Romands et des femmes, le sans-faute du PLR, les craintes de la gauche et les attentes de l'UDC, l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral n'a laissé personne indifférent mercredi. Lire les principales réactions:

    Déception romande et féminine après l'élection d'Ignazio Cassis

     

    Retrouvez aussi les principaux éléments, commentaires et réactions à cette matinée électorale sur notre site RTSinfo.ch, dans nos prochaines émissions d'informations sur RTS La Première et RTS Un, ainsi que dans notre dossier spécial:

     

  • 13h30

    "La force des institutions suisses"

    "L'élection sans hésitation du représentant de la minorité italophone montre la force et tout le sens des institutions suisses", estime Linda Bourget, cheffe de la rubrique politique de la rédaction TV de la RTS.

     

    "Si Ignazio Cassis, un homme jugé compétent, crédible, un poids-lourd du Parlement, n'avait pas été élu ce matin (...), cela aurait porté un coup à l'identité suisse qui repose sur cet art délicat de la cohabitation entre les cultures."

    Election au Conseil fédéral: l'analyse de Linda Bourget
    12h45 - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 13h15

    L'analyse des conséquences pour les Romands

    "Isabelle Moret a perdu des plumes dans cette campagne, elle s'est affaiblie. C'est certain, elle ne sera jamais conseillère fédérale", analyse au 12h30 Vincent Bourquin, rédacteur en chef adjoint de la rédaction radio de la RTS.

     

    "Pierre Maudet a fait une très bonne campagne et s'est fait connaître en Suisse alémanique et au Parlement. Alors même s'il a perdu et qu'il doit rebondir très vite pour la course au Conseil d'Etat genevois, il a encore des chances de devenir conseiller fédéral à l'avenir", poursuit-il.

     

    Vincent Bourquin.
    Le 12h30 - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 12h45

    Ignazio Cassis: "Aujourd'hui est un jour de fête"

    A peine élu, Ignazio Cassis a salué "un jour de fête" lors de sa première conférence de presse. "Une nouvelle page s'ouvre dans ma vie. Je vais m'engager pour mon pays".

     

    Promettant de respecter ses collègues, le nouveau conseiller fédéral s'est posé en défenseur de la voie bilatérale avec l'Union européenne (UE). Des questions institutionnelles doivent être réglées. Il importe peu que ce soit sous la forme d'un accord cadre ou non.

     

    "Les positions extrêmes ne font pas avancer", a encore précisé le Tessinois, ajoutant que sa campagne l'a aidé à comprendre comment fonctionnait la cohésion du pays.

     

    Sa position par rapport aux autres partis

     

     "L'UDC a vu que je suis un libéral d'un point de vue économique. Mais d'autres personnes d'autres partis ont aussi des attentes envers moi, et j'ai aussi des positions de gauche, notamment en matière de société", a-t-il déclaré au 12h30 de RTS La Première.

    Le nouveau conseiller fédéral Ignazio Cassis face à la presse.
    Le 12h30 - Publié le 20 septembre 2017

     

    Une nouvelle vision de la réalité

     

    A la question de savoir comme la politique va changer avec son arrivée au Conseil fédéral, Ignazio Cassis a répondu au 12h45 de la RTS qu'elle "sera enrichie par une langue, une culture et une vision de la réalité qui est celle de la partie italophone de la Suisse".

     

    Ignazio Cassis: "J'ai douté jusqu'à la dernière minute"
    L'actu en vidéo - Publié le 21 septembre 2017
     

  • 12h35

    Quelle répartition des départements?

    Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), occupé par le démissionnaire PLR Didier Burkhalter, est désormais disponible. Ignazio Cassis pourrait aussi se retrouver au DFJP, au DFI, voire au DDPS.

     

    Mais les ministres en poste pourraient préférer attendre quelques années pour une rocade. La tradition veut que le Conseil fédéral se réunisse avec le nouvel élu. La rencontre aura lieu vendredi. Les ministres déjà en poste font part de leur choix de dicastère par ordre d'ancienneté. Le dernier arrivé se prononce en dernier. En cas de concurrence pour un département, le gouvernement vote.

     

    Le Tessinois a dit se réjouir de reprendre les rênes de n'importe quel département.

     

    Interrogé dans Le 12h30, le Valaisan Philippe Nantermod, vice-président du PLR, a glissé - à titre personnel - qu'il aimerait voir Ignazio Cassis au Département de l'Intérieur.

    Le conseiller national Philippe Nantermod (PDC-VS).
    Le 12h30 - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 12h30

    Les cloches ont sonné au Tessin

     

  • 11h50

    Les réactions parti par parti

    L'UDC salue un gouvernement "plus à droite"

    L'UDC est satisfaite de l'élection d'Ignazio Cassis, qu'elle a majoritairement soutenu, estimant que c'était "le tour du Tessin". Si le Tessinois a été élu, c'est notamment grâce aux voix de l'UDC. "J'espère qu'il ne l'oubliera pas", a souligné le président Albert Rösti.

     

    Le parti devrait avoir une influence "un peu plus grande" au sein du gouvernement que si Isabelle Moret ou Pierre Maudet avait été élu, Ignazio Cassis étant le candidat le plus à droite des trois. Les positionnements pro-européens et anti-armée ont notamment joué en défaveur du candidat genevois.

    Le PS et les Verts défendent les femmes

    Le Parti socialiste (PS) a salué mercredi l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral. Dans un communiqué, il rappelle au nouvel élu  son devoir de gouverner dans l'intérêt de la majorité de la population, "au-delà des intérêts particuliers des partis ou des groupes d'intérêt".

     

    Mais le PS déplore "la sous-représentation féminine" persistante au Conseil fédéral. "Il est de la responsabilité des partis bourgeois de garantir une représentation plus équilibrée lors des prochaines élections au gouvernement", précise-t-il.

     

    Pour la présidente des Verts, le PLR a un problème avec les femmes. "Depuis 1848, 69 hommes libéraux-radicaux ont été élus au Conseil fédéral et seulement une femme PLR. Seule l'UDC est plus conservatrice", écrit Regula Rytz dans un tweet.

    Le PDC appelle à la collégialité

    De son côté, le Parti démocrate-chrétien (PDC) a adressé ses meilleurs voeux à Ignazio Cassis. "Le PDC attend le respect de la collégialité, la conduite d'une politique qui dépasse les frontières partisanes et la volonté de jeter des ponts", indique-t-il dans un communiqué.

  • 11h40

    Le portrait du nouvel élu

    Après dix ans au Conseil national, le nouveau conseiller fédéral Ignazio Cassis est vu comme un homme fort à Berne. Le Tessinois de 56 ans y défendait à la fois les assureurs maladie et la légalisation du cannabis.

    >> Lire Ignazio Cassis, à la fois lobbyiste des assureurs et partisan du cannabis 

  • 11h26

    Le PLR doit choisir un nouveau chef de groupe

    Le groupe parlementaire PLR doit se trouver un nouveau chef après l'élection d'Ignazio Cassis. La décision devrait tomber dix jours avant la session d'hiver. En attendant, le Zurichois Beat Walti assure l'intérim.

     

    La marche à suivre sera définie ces prochains jours, a indiqué le secrétaire général du PLR Samuel Lanz mercredi. Aucune personne n'a signalé son intérêt pour l'instant. Ignazio Cassis a repris la présidence du groupe en novembre 2015, succédant à l'Uranaise Gabi Huber.

  • 11h10

    Ignazio Cassis acclamé

    Fanfare et applaudissements ont accompagné Ignazio Cassis lors de sa descente des marches du Palais fédéral.

     

    Le nouveau conseiller fédéral a ensuite pris son premier bain de foule. Les Tessinois, très nombreux, ont acclamé leur nouveau représentant scandant "Ignazio", "Forza!" ou encore "Auguri". Le canton n'avait plus eu de représentant au gouvernement depuis Flavio Cotti, en 1999.

     

  • 11h04

    "Grande joie" du gouvernement tessinois

    Le gouvernement tessinois a pris connaissance avec "une grande joie" de l'élection d'Ignazio Cassis. Ce choix met fin à une longue absence du Tessin à cette fonction et fait preuve de respect envers les différentes cultures et langues du pays.

     

    "La représentation du Tessin au Conseil fédéral participe à la reconnaissance de l'identité du pays qui a non seulement des cultures et des langues différentes, mais aussi des minorités à intégrer dans les processus politiques."

  • 10h56

    La Compagnie 1602 présente pour Pierre Maudet

    Conviée en cas d'élection de Pierre Maudet, la Compagnie 1602, l'association historique et patriotique genevoise présente à tous les grands événements du canton, a attendu son conseiller d'Etat vaincu pour lui réserver un accueil sympathique.

    Félicité, Pierre Maudet a lui conclu d'un "post tenebras lux" ("après les ténèbres, la lumière"), la devise du canton de Genève.

  • 10h34

    La photo du nouveau Conseil fédéral

    Le porte-parole du Conseil fédéral a publié sur Twitter une photo du nouveau gouvernement avec, de gauche à droite, Doris Leuthard, Alain Berset, Ueli Maurer, Simonetta Sommaruga, Johann Schneider-Ammann, Guy Parmelin, Ignazio Cassis et le chancelier Walter Thurnherr.

     

  • 10h20

    Une "stratégie" défaillante?

    Interrogés par la RTS, plusieurs conseillers nationaux romands sont revenus sur la stratégie du PLR et des Romands.

     

    Le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat a par exemple regretté que le PLR n'ait pas présenté un ticket à deux qui résolvent la question tessinoise et celle des femmes, alors que la Verte genevoise Lisa Mazzone a évoqué "une victoire de l'UDC" .

    Le socialiste valaisan Mathias Reynard a de son côté évoqué l'absence de "stratégie romande forte".

  • 10h10

    Les Tessinois dans l'attente

    La délégation tessinoise, avec des ballons aux couleurs du canton, attend son nouveau conseiller fédéral.

     

     

  • 10h00

    Isabelle Moret se pose en "pionnière" pour les femmes

    Interrogée sur sa défaite, Isabelle Moret a dressé un bilan positif de sa campagne. "J'ai acquis du respect auprès de mes collègues", a estimé la Vaudoise qui se pose en "pionnière".

     

    "Il y avait depuis longtemps déjà une volonté, y compris au sein de mon parti, d'avoir le retour d'un italophone au Conseil fédéral", a-t-elle rappelé. "Grâce à ma candidature, la question des femmes va à nouveau se poser".

     

    Isabelle Moret se pose en "pionnière" pour les femmes
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 09h55

    La réaction de Pierre Maudet

    Pierre Maudet, qui félicite Ignazio Cassis pour son élection, explique à la RTS ressentir un "sentiment de déception, mais de force". Et le candidat genevois de citer Nelson Mandela: "je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends."

     

    "En six semaines de campagne, j’ai beaucoup appris, sur mon pays, sur son avenir et sur moi-même".

     

    Pierre Maudet dit avoir "beaucoup appris" dans cette campagne
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

     

    A la question de savoir ce qui lui a manqué pour remporter l’élection, Pierre Maudet estime que "c’est un calcul politique qui préside à ce choix-là."

     

    Même s’il rappelle que c’est son premier échec électoral, le Genevois rappelle que tous les candidats étaient du même parti "et au final, c’est mon parti qui a gagné".

  • 09h50

    Ignazio Cassis rencontre ses collègues de gouvernement

     

  • 09h43

    Déception côté romand

    Déception pour Genève était le maître mot parmi les représentants du canton présents à Berne ce matin.

    Côté vaudois, c'est le manque de soutien pour la candidature féminine d'Isabelle Moret que regrettent certains.

  • 09h33

    La réaction du PLR

    Dans un communiqué, le PLR déclare se réjouir de l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral:

     

    "Par ce vote, l'Assemblée fédérale montre l'importance qu'elle accorde à la représentation linguistique et culturelle de la Suisse. Avec le Tessinois, le Gouvernement gagne un membre compétent et expérimenté qui mettra tout en œuvre pour défendre les intérêts de la Suisse et répondre aux défis de notre pays. Le PLR souhaite plein succès à Ignazio Cassis dans ses nouvelles fonctions et remercie également Pierre Maudet et Isabelle Moret pour leurs excellentes candidatures."

     

    Interrogé par la RTS, le vice-président du PLR Christian Lüscher estime que son "parti a fait tout juste":

     

    Christian Lüscher.
    Emission spéciale de l'Info - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 09h27

    Ignazio Cassis prête serment

    Le Tessinois a prêté serment, devenant ainsi officiellement le 117e conseiller fédéral, et huitième représentant de son canton au gouvernement.

    Ignazio Cassis prête serment devant l'Assemblee fédérale
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 09h22

    Ignazio Cassis: "La Suisse qui pense en italien siège à nouveau au gouvernement"

    "C'est avec un immense plaisir et beaucoup de respect que je vous dis merci du fond du coeur", a déclaré Ignazio Cassis devant l'Assemblée.

     

    Ignazio Cassis accepte son élection devant 'Assemblee fédérale
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

     

    "Après dix-huit longues années, la Suisse qui pense, qui parle, qui écrit en italien siège à nouveau au gouvernement fédéral. Je lis dans votre décision la volonté de renforcer la cohésion nationale dans le respect de la Constitution", a-t-il ajouté, évoquant au passage

    Notre position géographique au coeur de l'Europe est une chance. En même temps, c'est un défi

    Ignazio Cassis
     

    "La Suisse est confrontée comme les pays qui nous entourent à des grands défis sur le plan de la liberté, de la sécurité et de la prospérité. En ce moment, les régions frontalières sentent ces pressions de manière plus forte que le reste de la Suisse. Avec votre choix, vous avez reconnu cette réalité", a-t-il poursuivi avant de se poser en "forgeron de l'unité nationale".

     

  • 09h20

    Réaction de joie au Tessin

     

  • 09h15

    IGNAZIO CASSIS ELU AU CONSEIL FEDERAL

    Avec 125 voix, Ignazio Cassis est devenu le 117e conseiller fédéral après deux tours de scrutin. Pierre Maudet a obtenu 90 voix et Isabelle Moret 28 voix.

     

    Ignazio Cassis devient le 117e conseiller fédéral
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 09h07

    A Collina d'Oro, un suivi attentif du scrutin

     

  • 08h55

    Ignazio Cassis en tête au premier tour

    Après le premier tour de vote, Ignazio Cassis obtient 109 voix et mène devant Pierre Maudet (62 voix) et Isabelle Moret (55 voix). Personne n'a obtenu la majorité absolue.

     

  • 08h30

    Début du premier tour de vote

    Les premiers bulletins de vote ont été distribués pour le premier tour de l'élection.

     

    Maudet ou Moret, attention de ne pas confondre, met en garde le président du National.

  • 08h20

    Didier Burkhalter: "Il y a un temps pour tout"

    "Partir, c'est mourir un peu, mais c'est aussi vivre en faisant des clins d'oeil à la liberté", a déclaré le conseiller fédéral démissionnaire, Didier Burkhalter, dans son discours devant l'Assemblée fédérale.

    Le discours d'adieu de Didier Burkhalter au Conseil fédéral
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017

     

    Le Neuchâtelois, la voix tendue, a tissé tout son propos autour de la question du temps qui passe. "Il y a un temps pour tout. Encore faut-il écouter et ressentir ce temps", a-t-il ajouté.

     

    C'est en mettant notre neutralité au service du monde que notre pays est le mieux respecté

    Didier Burkhalter, conseiller fédéral

     

    Celui qui a dirigé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) pendant près de six ans a notamment salué dans ce discours, émotionnel mais aussi très politique, son respect des institutions suisses. Il a aussi rappelé les valeurs qui lui étaient chères, le vote du 9 févier, son passage à l'OSCE et l'importance de la solidarité, avant de rendre hommage à son épouse.

     

  • 08h16

    L'hommage à Didier Burkhalter

    Les parlementaires ont pris congé mercredi matin du conseiller fédéral Didier Burkhalter. Dans son allocution, le président de l'Assemblée fédérale Jürg Stahl (UDC/ZH) a rendu hommage à un homme de coeur et d'engagement.

    Hommage du président de l'Assemblée fédérale à Didier Burkhalter
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

    Sa capacité à nouer des relations personnelles et son talent oratoire l'ont beaucoup aidé à faire face aux défis ardus de la politique étrangère, a relevé Jürg Stahl. Et d'évoquer notamment son implication, au sein de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), en faveur d'une solution au conflit ukrainien.

     

    Jürg Stahl a ensuite loué le travail du Neuchâtelois au Département des affaires étrangères. Celui-ci était d'ailleurs la veille encore à New York, à l'Assemblée de l'ONU. Le libéral-radical a développé une "diplomatie du coeur et de la proximité", permettant le retour au premier plan de la "Genève internationale".

     

    Outre sa personnalité simple et chaleureuse, ainsi que son courage, le président a mis en avant le profond respect de Didier Burkhalter à l'endroit des institutions. Le natif d'Auvernier (NE) aime d'ailleurs à dire que "dans la politique suisse, les institutions sont plus importantes que les politiciens".

  • 08h00

    La session est ouverte

    Le président du Conseil national Jürg Stahl a ouvert la session en lisant la lecture de la lettre de démission de Didier Burkhalter.

     

  • 07h58

    Isabelle Moret et Ignazio Cassis arrivent

    Ignazio Cassis et Isabelle Moret rejoignent la salle du Conseil national pour participer à l'élection. Pierre Maudet s'est déjà isolé dans un lieu tenu secret.

     

  • 07h45

    Les Romands mobilisés à Berne

    Outre les parlementaires, plusieurs élus cantonaux ont fait le déplacement à Berne pour soutenir leurs candidats.

    Le Conseil d'Etat genevois in corpore s'est même fendu d'un selfie sur la Place fédérale.

  • 07h40

    Claude Ruey: "Pierre Maudet a amené le débat politique"

    Invité de la Matinale, l'ancien conseiller national PLR vaudois Claude Ruey a souligné une certaine évolution des moeurs dans la campagne. "Aujourd'hui les candidats sont connus très longtemps à l'avance, ils font un tour de Suisse, sont interviewés dans les journaux." Et de préciser qu'ainsi, les groupes connaissent aussi mieux les candidats avant les auditions dans les groupes.

     

    "Ce qui m'a surpris, c'est qu'on a beaucoup parlé de l'origine, du genre, et qu'il a fallu attendre que Pierre Maudet soit présent pour qu'on se mette à parler du fond, de la ligne politique. Ce qu'on doit à Pierre Maudet dans ces débats ces derniers jours, c'est qu'il a amené du programme et que les autres ont aussi pu parler de la ligne politique."

     

    "Un cocu de Blocher"

     

    Par ailleurs, revenant sur l'élection de Christophe Blocher, Claude Ruey se souvient sans détour. "Je suis un cocu de Blocher. Il nous a dit des choses qu'il n'a pas respectées" une fois élu.

     

    "Ce n'était pas le patriote que je croyais. En fait, il est beaucoup moins suisse que ce que j'imaginais, parce qu'une fois au Conseil fédéral, il n'a pas toujours respecté le secret de fonction, il n'a pas toujours respecté la collégialité."

  • 07h32

    Le PS planche encore sur sa stratégie

  • 07h29

    Début de journée à Berne

    Les parlementaires commencent à affluer vers le Palais fédéral. L'heure du Tessin a-t-elle sonné, s'interroge sur Twitter le conseiller national de la Lega, Norman Gobbi.

  • 07h14

    Matinée d'élection, mode d'emploi

    Les 246 parlementaires se réunissent dès 08h00 sous la Coupole où la cérémonie commence par la lecture de la lettre de démission de Didier Burkhalter par le secrétaire général de l'Assemblée générale, Philippe Schwach.

     

    Après cela, le président du National, Jürg Stahl (UDC/ZH) rendra hommage au Neuchâtelois. Didier Burkhalter prononcera ensuite un discours d'adieu, après huit ans au Conseil fédéral.

     

    Suivra ensuite l'élection avec un premier tour, où les parlementaires sont libres d'inscrire le nom de n'importe quel citoyen sur leur bulletin. Le deuxième tour suit, obéissant aux mêmes règles que le précédent. Il faut compter entre 15 et 20 minutes par tour, dépouillement compris. Au troisième tour, seuls les prétendants ayant obtenu plus de dix voix au précédent participent.

  • 07h00

    La Matinale en direct de Berne

    La Matinale de RTS La première est en direct de Berne pour suivre l'élection:

    Les trois candidats PLR à la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral.
    L'actu en vidéo - Publié le 20 septembre 2017
     

  • 06h30

    Le programme de la journée au PLR

    Le PLR a communiqué le programme de sa journée. A 11h, le ou la nouvel(le) élu(e) rencontrera la population sur la Place fédérale.

     

  • 06h00

    Jour d'élection après une nuit "très calme"

    Qui pourra s'asseoir dans le siège vacant du PLR Didier Burkhalter au Conseil fédéral? Après une "Nuit des longs couteaux" qualifiée de "très calme" par les observateurs, l'Assemblée fédérale se réunit dès 08h00 pour choisir entre Ignazio Cassis, Isabelle Moret et Pierre Maudet.

     

    Le PS fait durer le suspense: il ne donne toujours aucune recommandation de vote pour l'élection. A l'issue des auditions hier, le groupe socialiste a annoncé qu'il se donnait encore la nuit pour réfléchir, mais qu'il choisirait entre les trois candidats PLR.

  • LE SUIVI DE LA NUIT

    Ignazio Cassis sur toutes les lèvres

    Journalistes parlementaires, Anna Fazioli (Corriere del Ticino), Linda Bourget (RTS) et Markus Häfliger (Tages-Anzeiger) prédisent tous une élection d'Ignazio Cassis. Ils voient mal ce qui pourrait empêcher le Tessinois de devenir conseiller fédéral, alors que la droite se resserrerait encore plus derrière lui mardi.

     

    Selon les dernières informations qui circulent à l'Hôtel Bellevue, le PS chercherait à trouver une majorité derrière un autre candidat qu'Ignazio Cassis. Mais d'après un journaliste de la RSI, Fabio Storni, cela va être "très difficile": "Il faut que le Parti socialiste s'accorde sur qui mettre ces voix, et il y a tellement d'intérêts en jeu que c'est très difficile de satisfaire tout le monde".

     

    Soirée "des petits couteaux"

    Vu la faible probabilité d'une surprise, le journaliste Alain Rebetez parle même d'une soirée "des petits couteaux et des cuillères en plastique".

     

    >> Le bilan de la soirée de notre correspondant Loïs Siggen Lopez:

     

  • Quel quota favoriser?

    L'UDC pro-Tessin, les Verts pro-femmes

    "C'est important pour la cohésion de la Suisse que la langue italienne soit représentée", a affirmé dans Infrarouge le président de l'UDC Albert Rösti.

     

    En ce qui concerne les femmes, "il y a un manque de représentativité qu'il faut combler", a répliqué la Verte Lisa Mazzone.

  • Isabelle Moret évalue ses chances

    "Les personnes qui en savent le moins, ce sont les candidats"

    "Les auditions se sont bien passées. C'est mon terrain, parler des dossiers que je connais, avec des collègues parlementaires que je connais aussi", a affirmé Isabelle Moret, qui dit avoir eu "beaucoup de plaisir" à faire campagne.

     

    Comment la Vaudoise évalue ses chances à quelques heures du vote? "Une élection au Conseil fédéral, c'est un poker menteur. Et les personnes qui en savent le moins, ce sont les candidats. (...) On verra bien à la fin."

     

  • Candidature sauvage

    "Le PS votera dans le ticket"

    Le goupe socialiste n'a pour l'instant pas donné de recommandation de vote. Dans Infrarouge, le chef du groupe Roger Nordmann a toutefois assuré que les socialistes ne voteraient pas pour quelqu'un en dehors du ticket PLR.

     

    "Le PLR a présenté trois candidats, ce qui mérite d'être honoré", a déclaré le Vaudois. Aucun n'est "inéligible".

     

  • Ignazio Cassis, le favori

    "C'est une étiquette très lourde"

    Grand favori de l'élection, le Tessinois Ignazio Cassis a déclaré dans l'émission Infrarouge que "c'est une étiquette très lourde que j'ai depuis trois mois, ce n'est pas facile de faire un marathon avec cette étiquette."

     

    Concernant l'attente du Tessin, qui n'est plus représenté au Conseil fédéral depuis près de 20 ans, Ignazio Cassis a rappelé que "la Suisse est faite par des quotas".

     

  • Au souper de la délégation genevoise

    "C'est la nuit de tous les possibles"

    A 21h30, certains politiciens sont encore à table. Loïs Siggen Lopez est allé voir la délégation genevoise au Café fédéral. Au menu: les dernières rumeurs et l'optimisme du conseiller d'Etat Serge Dal Busco, pour qui "c'est la nuit de tous les possibles".

     

  • Hôtel Bellevue à Berne

    Les parlementaires se retrouvent

    A quelques mètres du Palais fédéral, l'hôtel Bellevue accueille les parlementaires à la veille des élections de conseillers fédéraux. Les élus y affinent leur stratégie ou viennent simplement boire un verre. En 2007, l'éviction de Christoph Blocher s'était en partie jouée dans ce lieu.

     

     

    >> Nos correspondants sur place:

     

  • Qui soutient qui?

    Le bilan après les dernières auditions

    Succession de Burkhalter: l'Assemblée fédérale doit trancher
    19h30 - Publié le 19 septembre 2017

     

    "On assiste à une concurrence acharnée entre les deux Romands", constate Linda Bourget à Berne.

    >> L'analyse de notre correspondante:

    Succession de Burkhalter: le point avec Linda Bourget, à Berne
    19h30 - Publié le 19 septembre 2017
     

  • Dans les coulisses

    "Qui se fera sortir en premier?"

    Qui va se prendre la baffe demain matin? Isabelle Moret ou Pierre Maudet? C'est la question que se pose notre correspondant à Berne.

     

  • Live Facebook

    Les réponses de nos journalistes à vos questions

    Le compte-à-rebours est lancé avant la désignation du successeur de Didier Burkhalter. Cette dernière soirée avant l'élection réservera-t-elle des surprises et des tractations de dernière minute?

    En direct de l'Hôtel Bellevue à Berne, nos journalistes Pierre-Olivier Volet et Christian Favre ont répondu à vos questions en direct sur Facebook. Un dialogue à revoir ci-dessous.

     

  • Quelle sera l'identité politique du Conseil fédéral?

    Débat entre les vice-présidents des partis

    L'identité politique du Conseil fédéral est en jeu avec l'arrivée d'un nouveau membre. Débat entre les vice-présidents de quatre partis: Céline Amaudruz (UDC), Géraldine Savary, (PS), Yannick Buttet (PDC) et Philippe Nantermod (PLR).

    La salle du Conseil fédéral dans les pas perdus du National.
    Forum - Publié le 19 septembre 2017
     

  • Isabelle Moret revient sur sa campagne

    "J'ai une bonne résistance au stress"

    Après deux mois intenses, Isabelle Moret est revenue dans l'émission Forum sur sa campagne. "L'élection au Conseil fédéral, c'est une partie de poker menteur", a déclaré la Vaudoise.

    Isabelle Moret à la sortie de son audition auprès du groupe socialiste.
    Forum - Publié le 19 septembre 2017
     

  • Fin des auditions

    "Le jeu reste ouvert"

    Après la fin des auditions, notre correspondant à Berne Loïs Siggen Lopez fait le point: "Nous entrons dans la dernière ligne droite".

    >> Le point dans l'émission Forum:

    La salle du Conseil National.
    Forum - Publié le 19 septembre 2017
     

  • Recommandation du Parti socialiste

    Décision reportée à mercredi

    A l'issue des auditions, le Parti socialiste a annoncé en fin d'après-midi qu'il reportait sa recommandation de vote à mercredi. Certains membres ont besoin de la nuit pour se décider.

     

  • Auditions des candidats

    Les Verts soutiennent Isabelle Moret

    Isabelle Moret, Ignazio Cassis et Pierre Maudet sont interrogés mardi tour à tour par les parlementaires du PS, du PBD et du PVL.

     

    Les Verts ont annoncé mardi qu'ils soutiendront "majoritairement" Isabelle Moret, à la suite des auditions qui se sont déroulées la semaine dernière. La Vaudoise a livré une prestation "extrêmement convaincante".

     

    Le PDC refuse lui d'émettre une consigne de vote. Les trois candidats sont "qualifiés pour le Conseil fédéral et éligibles".

     

    Absence de décision chez les sept Vert'libéraux, divisés: leurs voix se répartiront entre les trois candidats officiels, a indiqué la cheffe du groupe Tiana Moser.

     

    La semaine dernière, le groupe UDC avait pour sa part indiqué être derrière la candidature du Tessinois Ignazio Cassis. Après les auditions, il s'est prononcé par 45 voix en sa faveur, contre 11 pour Isabelle Moret et 1 voix pour Pierre Maudet.

  • "Nuit des longs couteaux"

    Suivi en direct sur la RTS

    Après les réponses de nos journalistes à vos questions sur notre page Facebook à 20h05, Infrarouge prend le relais à 22h35 sur RTS Un. Egalement en direct de Berne, l'émission vous permettra de suivre les dernières tractations en coulisses.

    Succession de Burkhalter: Esther Mamarbachi couvre l'événement
    19h30 - Publié le 19 septembre 2017
     

     

    >> Nos envoyés spéciaux à Berne:

     

  • Faire primer la provenance ou le genre?

    La longue attente du Tessin

    La campagne pour la succession de Didier Burkhalter a été marquée par la question de la provenance cantonale des candidats, qui favorise Ignazio Cassis. Les Tessinois estiment que leur tour est à nouveau venu, après avoir attendu 19 ans sans représentant au Conseil fédéral. Sur les 116 élus au gouvernement, 73 étaient alémaniques, 35 romands, 7 italophones et 1 romanche.

     

    Autre enjeu: le genre. Les femmes, qui n'ont plus que deux élues au gouvernement, sont sous-représentées. Depuis 1971 - les femmes n'étaient pas éligibles au niveau fédéral auparavant -, elles ne sont que sept à avoir siégé au Conseil fédéral. Une statistique qui plaide en faveur d'Isabelle Moret.

    >> Les conseillers fédéraux selon leur provenance:

  • Le ticket officiel du PLR

    Portraits des trois candidats

    Le PLR propose à l'Assemblée fédérale trois candidats pour succéder à Didier Burkhalter: le Tessinois Ignazio Cassis, la Vaudoise Isabelle Moret et le Genevois Pierre Maudet. Qui sont-ils?

    >> Lire: Les CV des trois candidats PLR au Conseil fédéral sous la loupe

     

    >> Cliquer sur les candidats pour voir leurs portraits:

     

  • Départ de Didier Burkhalter

    Le Neuchâtelois salué

    Elu en 2009, le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a annoncé sa démission en juin à la surprise générale.

    >> Retour sur l'annonce surprise de Didier Burkhalter: Didier Burkhalter: "J'avais besoin de retrouver plus de liberté privée"

     

    Pour sa dernière visite à l'ONU en tant que conseiller fédéral, Didier Burkhalter a multiplié les rencontres diplomatiques. Le Neuchâtelois a reçu les bons voeux de ses homologues russe Sergeï Lavrov et iranien Mohammad Javad Zarif.

    >> Lire: De Lavrov à Zarif, on rend hommage au travail de Didier Burkhalter