Modifié le 05 septembre 2017

Les cas de coqueluche se multiplient, même sur des personnes vaccinées

Coqueluche: neuf malades sur dix sont pourtant vaccinés
Les cas de coqueluche se multiplient, même sur des personnes vaccinées 19h30 / 2 min. / le 04 septembre 2017
La coqueluche reste une maladie fréquente en Suisse. Plus de 8000 cas ont en effet été enregistrés en 2016. Fait étonnant: une majorité de malades sont des personnes qui s’étaient fait vacciner.

Alors que le nombre de cas de coqueluche est à nouveau en augmentation depuis 2015 (voir le tableau ci-dessous), des chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) montrent qu'environ 90% des malades âgés de 16 à 20 ans étaient vaccinés conformément aux recommandations.

 

Ces chiffres paradoxaux peuvent s'expliquer par l’efficacité limitée du vaccin contre la coqueluche:

"L’efficacité du vaccin contre la coqueluche est estimée entre 75 et 90%. Elle chute ensuite rapidement. Dans certains cas elle peut tomber à 10% au bout de 3 ans à peine", explique dans le 19h30 le Dr Pierre-Alex Crisinel, infectiologue et pédiatre au CHUV. Il n’y a donc aucune immunité à vie pour la coqueluche, que l’on soit vaccinés ou que l’on contracte la maladie.

L'efficacité du vaccin chute très rapidement

Dr Pierre-Alex Crisinel

L'efficacité des autres vaccins que l’on donne aux enfants se monte à plus de 90% et diminue beaucoup moins avec le temps, précise encore le médecin.

Protéger les nourrissons

Jusqu'en 1996, le vaccin employé contre la coqueluche en Suisse était à "germe entier", plus efficace. Il a été abandonné en raison de ses importants effets secondaires, comme des convulsions fébriles. Depuis, le vaccin est "acellulaire". Son efficacité est moindre mais il est mieux accepté.

Malgré cette situation peu satisfaisante, la communauté d'experts n'a aucun doute: il faut continuer à vacciner. "Le but de la vaccination de la coqueluche est d’éviter les cas sévères, qui peuvent être potentiellement mortels, chez les bébés, et notamment les nourrissons de moins de 2 mois, c'est-à-dire avant la première dose de vaccin", précise encore le Dr Pierre-Alex Crisinel.

Selon les experts, le meilleur moyen de protéger les bébés est de conserver un taux de vaccination élevé dans la population et également de vacciner les femmes enceintes. Cette nouvelle stratégie fait partie du plan de vaccination suisse depuis cette année.

Pour le reste de la population, cette maladie très contagieuse reste bénigne.

Cinq décès depuis 20 ans

Ces 20 dernières années, 5 décès dus à la coqueluche (tous des bébés) ont été enregistrés, notamment un aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG) en 2015.

>> Lire: La coqueluche, une maladie qui tue encore en Suisse

Plus d’une cinquantaine d’hospitalisations par an ont également été constatées, pour la plupart des cas de bébés de moins d’un an.

Martine Clerc/lan

Publié le 04 septembre 2017 - Modifié le 05 septembre 2017

Les symptômes de la coqueluche

La coqueluche est une maladie qui se manifeste par des quintes de toux, des difficultés à respirer et des vomissements déclenchés par la toux.

Cette maladie respiratoire est causée par une bactérie. Elle est très contagieuse et se transmet par les gouttelettes.

La coqueluche peut être mortelle pour les tout-petits, spécialement les nourrissons jusqu’à 2 mois car elle bloque la respiration et provoque de graves crises d’étouffement.

Son nom provient du bruit semblable à un chant du coq que feraient les malades pour retrouver leur respiration.

Le plan de vaccination suisse pour la coqueluche

Les vaccins contre la coqueluche sont prévus à:
- 2 mois
- 4 mois
- 6 mois
- 15-24 mois
- 4-7 ans
- 11-15 ans

Désormais, il est fortement recommandé aux femmes enceintes de se faire vacciner pour protéger leur futur nouveau-né. Même chose pour la famille et l’entourage proche du bébé à venir.