Modifié le 21 juin 2017

La Tessinoise Laura Sadis intéressée par le poste de Didier Burkhalter

La Tessinoise Laura Sadis (ici en 2013).
La Tessinoise Laura Sadis intéressée par le poste de Didier Burkhalter Forum / 3 min. / le 20 juin 2017
La PLR tessinoise Laura Sadis a confié mardi à la RTS son intérêt pour la fonction de conseillère fédérale. L'ancienne conseillère nationale et conseillère d'Etat fait partie des papables, même si elle s'est retirée de la vie politique.

Le Conseil fédéral n’a plus connu de représentante libérale-radicale depuis la démission d’Elisabeth Kopp en 1989 et n'a plus connu de représentant transalpin depuis le départ de Flavio Cotti il y a 18 ans.

Laura Sadis réunit ces deux qualités. Et si elle n'est pas encore officiellement candidate et reste très prudente, elle se dit intéressée par la fonction. Elle y voit effectivement l’opportunité de porter une voix féminine et tessinoise au sein du gouvernement.

Contactée par la RTS, elle explique avoir beaucoup de respect pour la fonction de conseiller fédéral mais souligne que ce n’est pas une décision à prendre à la légère et que son éventuelle candidature sera discutée en fonction des intérêts du PLR.

Une politicienne aguerrie

Ancienne conseillère nationale à Berne, de 2003 à 2007, Laura Sadis était entrée la même année au gouvernement tessinois - qu’elle a quitté brusquement en 2015. Elle disait alors ne plus se sentir à l’aise dans le climat politique tessinois, avec notamment les attaques répétées de la Lega.

Laura Sadis avait déjà été citée parmi les papables dans la course à la succession de Pascal Couchepin qui avait conduit à l'élection de Didier Burkhalter en 2009.

>> Ecouter aussi le regard croisé de deux correspondants de la RTS sur les chances de la Tessinoise à succéder à Didier Burkhalter:

Laura Sadis, ancienne conseillère d'Etat tessinoise.
Forum - Publié le 21 juin 2017
 

Pietro Bugnon/oang

Publié le 20 juin 2017 - Modifié le 21 juin 2017

Le PLR vaudois n'exclut pas une candidature

Le président du PLR vaudois Frédéric Borloz ne ferme aucune porte quant à une ou plusieurs candidatures dans ses rangs, même s'il estime que le Tessin devra un trouver sa place au sein du Conseil fédéral de temps à autre.

"Le canton de Vaud est un grand canton, la section PLR vaudoise est une grand section. Légitimement, la section pourrait dire qu’elle peut peut-être revendiquer un siège au Conseil fédéral", explique-t-il mardi dans l’émission Forum.

"Mais c’est encore un peu tôt pour choisir notre stratégie, on la choisira fin juillet", ajoute-t-il. Car s’il estime qu’il ne manque pas de potentielles bonnes candidatures féminines ou masculines, "envoyer un candidat et être sûr qu’il n’a pas de chance, ce n’est pas une bonne stratégie ni pour le candidat ni pour la section."

Le fait qu’il y ait déjà un représentant vaudois au sein du gouvernement, en la personne de l’UDC Guy Parmelin, ne paraît pas être un obstacle pour Frédéric Borloz: "Cela est déjà arrivé avec des Zurichois plusieurs fois, c’est maintenant le cas des Bernois. Encore une fois, nous sommes dans le plus grand canton de Suisse romande, ce n’est pas éliminatoire dès le départ."

>> L’interview de Frédéric Borloz dans Forum: