Modifié lundi à 18:17

La police des transports teste des mini-caméras à Lausanne et Zurich

Des caméras équipent déjà divers corps de police en Europe.
Des caméras équipent déjà divers corps de police en Europe. [METROPOLITAN POLICE - AFP]
Depuis lundi, la police des transports teste l'utilisation de caméras de corps à Lausanne et à Zurich. L'expérience va durer jusqu'à la fin de l'année afin de déterminer si ces "bodycams" sont utiles.

Deux caméras sont mises en service à Lausanne et deux à Zurich. Les agents s'en serviront en gare et lorsqu'ils patrouillent dans les trains de la région. Les appareils sont fixés sur l'épaule des agents, et sont signalés par l'indication "police vidéo".

Point important: les voyageurs doivent savoir quand la caméra filme. "Avant d'enregistrer, les agents sont tenus d'avertir les voyageurs. C'était l'une des conditions du préposé fédéral à la protection des données", a expliqué Frédéric Revaz, porte-parole des CFF.

Face aux menaces

Les mini-caméras ne filmeront pas en permanence. Les agents décideront quand ils souhaitent s'en servir, notamment lorsque l'agent fait l'objet de menaces ou lors qu'il est témoin d'un délit, a précisé Frédéric Revaz.

Depuis début février, un test similaire est en cours auprès de la police municipale de Zurich. La Ville a édicté une base légale qui règle les conditions de cet essai pilote, dont la durée reste ouverte.

ats/vtom

Publié lundi à 17:33 - Modifié lundi à 18:17

Réticences dans les cantons de Vaud et Genève

Ces mini-caméras sont de plus en plus souvent utilisées, notamment à l'étranger. Mais elles suscitent parfois des réticences. En 2015, le Grand Conseil vaudois avait refusé d'étudier la possibilité d'en équiper la police. Une motion a été rejetée l'an dernier à Genève.