Modifié le 17 février 2017

"La Suisse ne doit pas copier les systèmes fiscaux désastreux de l'UE"

Roger Köppel.
Roger Köppel, conseiller national UDC zurichois, et rédacteur en chef de la Weltwoche L'Invité de la rédaction / 21 min. / le 17 février 2017
Alors qu'il avait appelé à voter oui à la RIE III, le rédacteur en chef de la Weltwoche Roger Köppel a fait son mea culpa jeudi dans son éditorial. Invité du Journal du Matin, il a indiqué vouloir à présent une réforme "plus sage".

"Je l’avoue, je me suis trompé, je suis un piètre augure". Dans son dernier éditorial, Roger Köppel salue le rejet par le peuple de la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III). Or ce message est surprenant puisqu'il avait précédemment lancé un appel vibrant à voter oui.

Près d'une semaine après le vote, celui qui est également conseiller national UDC appelle à réfléchir à une nouvelle réforme, "plus sage" et s'affranchissant le plus possible des contraintes extérieures.

"Nous avons un système fiscal très compétitif et l'étranger est contre. Ce qui est dangereux, c'est la pression de l'Union européenne et de l'OCDE. On ne doit pas copier les pays de l'Union européenne qui ont des systèmes fiscaux désastreux", a-t-il expliqué dans le Journal du Matin.

"Je n'ai pas assez pensé au peuple"

Le retournement de veste de Roger Köppel constitue-t-il une habile récupération politique? Le Zurichois s'en défend: "Non, je reconnais simplement que j'ai fait une erreur. Je ne sais pas tout et je suis honnête".

Et Roger Köppel de poursuivre: "La réforme était bonne, avec l'idée de baisser les impôts. Mais j'ai fait une grande erreur, je n'ai pas assez pensé au peuple, à sa perception des élites politiques et économiques. Il y a une déconnexion avec les gens".

>> Lire aussi: "Avec la RIE III, la droite n'a pas compris la crise du pouvoir d'achat en Suisse"

kg

Publié le 17 février 2017 - Modifié le 17 février 2017