Modifié le 14 juillet 2016

Les cours d'eau suisses sont encore trop pollués, avertit l'OFEV

La Montue, une rivière qui se jette dans le lac de Neuchâtel à proximité d'Yvonand.
Les cours d'eau suisses sont encore trop pollués, avertit l'OFEV Le 12h30 / 2 min. / le 14 juillet 2016
Bien que les cours d'eau contiennent moins de phosphore et de nitrate qu'auparavant, plus de 230 micropolluants nuisant à la diversité biologique y ont été détectés, a indiqué jeudi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Lors de la présentation à la presse des résultats de l'Observation nationale de la qualité des eaux de surfaces (NAWA) pour les années 2011 à 2014, l'OFEV a affirmé que les petits et moyens cours d'eau étaient encore trop pollués.

De grandes quantités d'eaux usées traitées y sont déversées, auxquelles s'ajoutent de nombreux nutriments provenant de l'agriculture. Si des concentrations excessives s'amassent, les lacs et rivières peuvent asphyxier et les organismes aquatiques se retrouvent menacés, a averti l'OFEV.

Plus de 230 micropolluants détectés

Plus de 230 micropolluants différents ont été détectés en 2012 lors d'une analyse systématique de cinq cours d'eau moyens représentatifs du Plateau.

Le plus souvent, les dépassements des critères de qualité étaient dus aux résidus de pesticides utilisés par l'agriculture et de médicaments provenant des stations d'épuration, selon les résultats NAWA.

Inoffensives pour les humains, les concentrations les plus élevées peuvent néanmoins entraîner des déficits au niveau de la diversité biologique.

ats/ptur

Publié le 14 juillet 2016 - Modifié le 14 juillet 2016

Seul un tiers des cours d'eau offrent un habitat de qualité pour les poissons

Les relevés effectués entre 2011 et 2014 dans 111 stations révèlent que la qualité des écosystèmes aquatiques est sérieusement dégradée dans près d'un tiers d'entre elles. Dans les deux autres tiers, la composition et la densité des invertébrés et des plantes aquatiques indiquent un état bon, voire très bon, des eaux.

Les résultats sont encore plus mauvais concernant les poissons, dit l'OFEV. La faune piscicole a des besoins très spécifiques en matière de qualité d'habitat, et seul un tiers des stations de mesure présente une eau qualifiée de bonne à très bonne. Deux tiers enregistraient un état dégradé.

Nécessité d'agir

Pour le directeur de l'OFEV Marc Chardonnens, ces résultats confirment qu'il est nécessaire d'agir pour améliorer l'état des cours d'eau.

En novembre dernier, le Parlement a donné son feu vert pour que les micropolluants soient mieux éliminés des eaux usées dans certaines STEP. Celles-ci seront équipées d'une étape de traitement supplémentaire.

L'Office fédéral de l'agriculture élabore quant à lui des mesures en vue de réduire les apports de produits phytosanitaires rejetés par l'agriculture. Son plan d'action a été envoyé en audition le 5 juillet.

Enfin, les eaux doivent retrouver leur état naturel, dit encore l'OFEV. La loi sur la protection des eaux prévoit que les cantons, avec le soutien de la Confédération, régénèrent 4000 des 15'000 kilomètres de cours d'eau en mauvais état d'ici à la fin du siècle.