La traque aux ghostwriters pour étudiants

En phase de test, un logiciel créé par des Romands parviendrait à détecter les tricheurs qui engagent des prête-plumes pour écrire leurs travaux académiques, révèle mercredi la RTS. Démonstration avec "l'étudiant" Nicolas Sarkozy.

Scroll

Une start-up romande à la chasse aux écrivains fantômes

Après les logiciels anti-plagiat, l'arsenal des universités contre les tricheurs pourrait s'étoffer. L'algorithme de la société OrphAnalytics, basée à Martigny, détecterait les étudiants qui recourent à des prête-plumes pour rédiger leurs mémoires et autres travaux académiques.

Inspiré de la recherche sur le génome, le programme découpe le texte en plusieurs séquences de taille identique. Il cherche alors "toutes les différences possibles pour attribuer une identité à chaque segment", explique son concepteur, Claude-Alain Roten. Effets de style, fréquences et longueurs des mots, constructions des phrases: toutes les "coquetteries" stylistiques sont analysées statistiquement.

Selon le scientifique, "chaque individu a un style d'écriture homogène". Cela permettrait notamment de signifier si un travail a été écrit par plusieurs personnes. Ou, en comparant avec d'anciens travaux de l'étudiant, d'examiner si le style correspond. Le logiciel fonctionnerait dans toutes les branches académiques, du français médiéval à la finance, et dans "toutes les langues testées".

Projet-pilote à la HES SO

Le logiciel est testé depuis le début de l'année sur des textes d'étudiants de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES SO), confirme Yves Rey, vice-recteur de la HES SO. Celui-ci qualifie les tests de prometteurs.

Selon Yves Rey, "il est nécessaire de disposer d'outils de détection de plagiat, compte tenu des différentes formes qu'il peut prendre". Et d'ajouter: "Ce qui est encore plus important, c'est de former et sensibiliser nos étudiants à l'intégrité académique."

>> Le point avec Yves Rey, vice-recteur de la HES SO

Des étudiants dans le grand auditoire de l'Université de Saint-Gall.
Forum - Publié le 24 février 2016
 

Plusieurs empreintes stylistiques chez Nicolas Sarkozy

La démonstration du logiciel: Nicolas Sarkozy vs François Bayrou

Pour comprendre comment fonctionne le logiciel anti-ghostwriters, nous avons demandé à ses concepteurs de le tester sur des ouvrages des Français Nicolas Sarkozy et François Bayrou, comme les politiciens sont régulièrement soupçonnés de recourir à des prête-plumes.

Résultats: "l'étudiant" Bayrou (en vert ci-dessous) sort indemne du test. L'analyse de cinq ouvrages montre une homogénéité dans son écriture. La même personne semble avoir écrit les cinq livres. En revanche, le logiciel repère au moins trois empreintes distinctes dans les six ouvrages de "l'étudiant" Sarkozy (en rouge ci-dessous).

Chaque point représente l'identité d'un segment de texte. En théorie, l'empreinte d'une personne devrait former un seul nuage de points. Les axes représentent des valeurs statistiques utilisées par le logiciel

 

L'analyse des ouvrages de Nicolas Sarkozy (en rouge) et François Bayrou (en vert).
L'analyse des ouvrages de Nicolas Sarkozy (en rouge) et François Bayrou (en vert). [RTS]
 

Notre logiciel ne donne pas une preuve irréfutable de ghostwriting, il met en avant les textes suspects

Claude-Alain Roten

Le dernier ouvrage de Nicolas Sarkozy "La France pour la vie" se trouve dans le nuage du centre. En haut à droite figurent les segments composant "George Mandel", une biographie parue en 1994 pour laquelle l'ancien président français a été accusé de plagiat. En bas à droite, une autre empreinte se dessine pour "Les Lettres de mon château", des écrits parodiques publiés en 1995. Selon le logiciel, ces textes n'ont probablement pas été écrits par le même auteur. S'il s'agissait de véritables étudiants, le travail de Nicolas Sarkozy aurait été soupçonné de tricherie.

"Notre logiciel ne donne pas une preuve irréfutable de ghostwriting, il met en avant les textes suspects", indique Claude-Alain Roten. Dans un cas comme celui de Nicolas Sarkozy, il conseillerait à l'université de procéder à une analyse supplémentaire des passages concernés et de questionner l'étudiant sur ces parties lors de l'oral.

>> L'interview de Claude-Alain Roten, inventeur du logiciel

Claude-Alain Roten.
Le Journal du matin - Publié le 24 février 2016

La preuve par les quatre Millenium

Autre exemple, OrphAnalytics a analysé la célèbre série de romans suédois Millenium. Les trois premiers ouvrages ont été écrits par Stieg Larsson, décédé en 2004, alors que le quatrième, publié en 2015, est signé David Lagercrantz.

L'analyse des livres confirme que les trois premiers textes (en rouge, orange et jaune) se recoupent dans la même empreinte stylistique, alors que celle du dernier est très distincte. Bien qu'ils traitent de thèmes totalement différents, en l'occurrence du mathématicien Alan Turing et de l'Everest, d'autres livres de David Lagercrantz (en bleu et violet) voient leur empreinte rejoindre celle du dernier Millenium.

La série Millenium analysée.
La série Millenium analysée. [RTS]
 

"Nous avons de nombreux clients en Suisse, en Belgique, au Liban et au Canada"

Chez les écrivains fantômes

Plusieurs centaines d'étudiants ont acheté leur travail académique l'année dernière en Suisse, a révélé dernièrement une enquête de SRF.

Comment fonctionne ce marché des écrivains fantômes pour étudiants paresseux? Suffit-il de sortir sa carte de crédit afin d'obtenir un mémoire? Pas tout à fait.

Pour découvrir le processus en détails, la RTS a contacté un site "expert en rédaction de mémoires", autoproclamé leader français depuis 2007. Très discret, son responsable a refusé de nous répondre. Nous l'avons donc contacté en nous faisant passer pour un étudiant.

Il est absolument nécessaire que vous vous appropriez le manuscrit, que vous vous imprégniez du document

Le gérant d'un site proposant des ghostwriters

Première étape, vérifier la faisabilité du mémoire. Dans notre cas fictif, il s'agit d'un travail de Master en histoire. A ce stade, le gérant du site demande de lui envoyer le cahier des charges de l'Université, avec les normes imposées, les sources (références bibliographiques) ainsi que la problématique.

"Ensuite, un rédacteur professionnel proposera un plan détaillé et, dès que ce plan sera validé par votre directeur de mémoire, on commencera à rédiger. Il vous enverra au fur et à mesure les parties que vous ferez valider par votre tuteur", explique le gérant du site.

Le service est-il disponible pour les étudiants romands? "Nous avons des clients en Suisse, en Belgique, au Liban et au Canada", assure-t-il, ajoutant que les rédacteurs s'adaptent aux normes de l'Université en question. Avant d'être envoyé à l'étudiant, le mémoire serait même analysé par un logiciel anti-plagiat pour garantir son originalité.

Entre 1500 et 2000 francs le mémoire

Une fois le mémoire rédigé, celui-ci doit être défendu lors d'un oral. Cette étape incombe évidemment à l'étudiant. "Il est absolument nécessaire que vous vous appropriez le manuscrit, que vous vous imprégniez du document", précise le gérant. Ce dernier rassure: "Dans 99% des cas, il n'y a aucun soucis".

Arrive la question du prix. Dans notre scénario, soit un mémoire d'environ 80 pages, le site facture "à la page". A quelque 20 euros la page, le total s'élèverait à 1600 euros (1750 francs).

Les prix pratiqués par le site contacté.
Les prix pratiqués par le site contacté. [Capture d'écran - RTS]
 

"Deux mois"

Le tout pourrait se faire "en deux mois", selon le gérant, alors que l'université compte au moins six mois de travail. Reste que, même si l'étudiant arrive à déjouer la vigilance de son directeur de mémoire, il n'est pas à l'abri d'une fuite, d'un chantage ou d'un contrôle à posteriori.

>> Mise au Point sur le business des ghostwriters

Triche à l’uni
Mise au Point - Publié le 21 février 2016

La signature de Ludovic Rocchi: La triche académique devient un marché de niche

Ludovic Rocchi.
Signature - Publié le 26 février 2016
 

Crédits

Journaliste radio: Ludovic Rocchi

Journaliste web: Valentin Tombez