Publié le 23 février 2016 - Modifié le 23 février 2016

Consulter des soignants au lieu d'un médecin, un nouveau modèle de soins

A terme, le campus regroupera plus de 1500 étudiants répartis dans cinq filières de formation HES.
Consulter un infirmier au lieu d’un médecin, un nouveau modèle de soin Le Journal du matin / 1 min. / le 23 février 2016
Et si infirmiers et infirmières reprenaient certaines compétences jusqu'ici aux mains des médecins? L'idée fait son chemin, surtout en Suisse alémanique où plusieurs projets pilote ont vu le jour.

Le but de ce modèle est notamment de pallier la pénurie de médecins de premier recours. A Winterthour (ZH), un projet pilote se met en place au sein d'un réseau de médecins de famille. Dans ces consultations, les soignants ne posent néanmoins pas de diagnostic.

Maladies chroniques

"Ces experts en soins travaillent le plus souvent avec des patients souffrant de maladies chroniques ou qui sont malades sur une longue période", explique Romy Mahrer, responsable de formation à la Haute école des sciences appliquées de Zurich. "Pour ce type de patients, ce personnel est tout à fait bien qualifié."

Avec ce nouveau modèle se pose la question de la tarification. Il n'existe en effet pas encore de facturation propre aux gestes médicaux assurés par le personnel soignant.

L'enjeu de la responsabilité

Se pose également la question de la responsabilité: "Cet enjeu de l'interprofessionnalité ne doit pas nous empêcher d'aller de l'avant et de trouver de nouvelles options, notamment pour les patients chroniques qui ont besoin de soins complémentaires", estime Jacques Cornuz, directeur de la Polyclinique médicale universitaire de Lausanne.

>> Ce nouveau modèle désacralise-t-il la figure du médecin? La réponse de François Héritier, vice-président de l’association Médecins de famille Suisse:

François Héritier, vice-président de l’association Médecins de famille Suisse.
Le Journal du matin - Publié le 23 février 2016
 

Rouven Gueissaz/kkub