Modifié le 19 février 2016

Le président tunisien place par erreur la Suisse dans l'UE

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi intègre par erreur la Suisse dans l’UE
Le président tunisien Béji Caïd Essebsi intègre par erreur la Suisse dans l’UE 19h30 / 1 min. / le 18 février 2016
En visite d'Etat en Suisse, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a commis un léger impair jeudi en plaçant la Confédération dans l'Union européenne (UE) lors d'un discours prononcé à Berne.

"Je sais que la Suisse a rejoint l'Union européenne assez tardivement mais elle occupe une place importante", a affirmé Béji Caïd Essebsi lors d'un discours dans la salle des pas perdus du Palais fédéral.

>> Le tweet de notre correspondante à Berne:

 

Une visite de deux jours

Initialement agendée en novembre 2015, cette visite avait été annulée après un attentat contre la garde présidentielle. Saluant le premier voyage d’Etat d’un président tunisien en Suisse, le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann a congratulé son pays pour avoir "traversé les nombreux écueils du Printemps arabe avec beaucoup de maturité et de sagesse".

Mentionnant l'aide déjà apportée par la Suisse, par exemple pour la rédaction de la Constitution tunisienne, Béji Caïd Essebsi a lui reconnu la nécessité de la poursuite du soutien, alors que "le choix démocratique doit encore être ancré dans la réalité".

La transition démocratique et les relations économiques bilatérales sont au centre des discussions de cette visite officielle de deux jours. La question des avoirs de l'ancien président Ben Ali et de son entourage gelés en Suisse doit également être abordée.

>> Lire aussi: Des honneurs militaires au millimètre pour le président tunisien en Suisse

kg

Publié le 18 février 2016 - Modifié le 19 février 2016