Modifié le 21 janvier 2016

Les risques sanitaires avancés par des opposants au 2e tube au Gothard

Le deuxième portail thermique à l'entrée nord du tunnel routier du Gothard.
Le passage accru de camions au Gothard augmenterait le risque d'affections cardio-vasculaires, selon la MfE [Urs Flueeler - Keystone]
L'organisation Médecins en faveur de l’Environnement met en garde jeudi contre le risque accru d'affections cardio-vasculaires et des voies respiratoires si un deuxième tube était construit au Gothard.

Des scientifiques de l'Institut Tropical et de Santé Publique Suisse à Bâle, ont confirmé les observations des médecins sur place. La valeur de tolérance pour la suie cancérigène "a été dépassée 10 fois à Erstfeld (UR) et même 19 fois à Moleno (TI)", ont-il expliqué. La pollution de l'air au NO2 ou à la suie le long de l'autoroute du Gothard fluctue parallèlement à l'apparition du trafic lourd, "parce que les camions émettent davantage de polluants".

Trois milliards pour les agglomérations

Malgré le soutien du canton au projet de deuxième tube, le référendum avait été largement signé au Tessin, où l'argument de la pollution, dans une région déjà très touchée par ce fléau, avait fait mouche.

En outre, les 3 milliards pour un second tunnel au Gothard feront défaut dans les agglomérations où le trafic pendulaire massif doit être organisé urgemment de manière plus durable, selon Médecins en faveur de l'Environnement, qui recommande de voter non le 28 février.

jvia avec ats

Publié le 21 janvier 2016 - Modifié le 21 janvier 2016

Une deuxième galerie qui divise

Le tunnel du Gothard, ouvert en 1980, doit être renové. Le Conseil fédéral et le Parlement ont opté pour la construction d'un second tube afin de mener les travaux tout en laissant les voitures circuler sur cet axe.

Pour le comité interpartis en faveur de ce projet, il s'agit d'une question de sécurité, car les 17km de voies bidirectionnelles du Gothard ne répondent plus aux normes actuelles. L'argument de la cohésion nationale est également mis en avant: la fermeture du tunnel pendant les travaux isolerait le Tessin du reste de la Suisse.

Les opposants à la construction d'une deuxième galerie, dont font notamment partie le PS, les Verts et les Vert'libéraux, craignent en revanche que dès que les quatre pistes seront opérationnelles, elles seront ouvertes au trafic, et que le Tessin devienne un corridor de transit infernal à l'image du Brenner.