Modifié le 15 juin 2015

La révision de la loi radio-TV acceptée d'un cheveu grâce aux Romands

La modification de la nouvelle loi radio-TV entraînera une baisse de la redevance pour les foyers privés.
La modification de la nouvelle loi radio-TV entraînera une baisse de la redevance pour les foyers privés. [ - ]
Au bout d'un long suspense, le peuple a accepté dimanche la révision de la loi radio-TV, avec moins de 4000 suffrages d'écart (50,08% des voix). Ce sont les oui en Suisse romande qui ont fait pencher la balance.

Avec la révision de la loi, l'assujettissement à la redevance ne sera plus lié à la possession d'un appareil de réception. La promesse d'une baisse de la taxe de 451 à 400 francs par an et par ménage a fait mouche.

Malgré une campagne menée tambour battant par la droite, surtout en Suisse alémanique, la ministre de la communication Doris Leuthard a réussi à convaincre: l'enjeu n'est ni la définition du service public, ni le montant de la taxe. Mais il s'en est fallu de moins de 4000 voix: 1,1128 million de votants ont glissé un oui dans l'urne.

Les résultats par commune en Suisse romande:

 

Plusieurs clivages

La barrière de rösti, mais aussi un clivage villes/campagnes, a marqué le scrutin. Mis à part le Valais (53,5% de "non"), tous les cantons romands ont accepté la révision de loi. Le plus fort soutien est venu de Vaud (62,5%), suivi de Genève (61,9%), Neuchâtel (59,6%), du Jura (58,6%) et de Fribourg (55%).

Le Tessin, pourtant bien doté en moyens par la SSR, a rejeté la révision de loi par 52%.

Côté alémanique, seul Bâle-Ville a dit "oui" de justesse (51,2%) tout comme les Grisons, canton trilingue, (50,9%). Le plus fort rejet est venu de Suisse centrale et orientale: 59,7% à Schwyz, 59,6% en Appenzell Rhodes-Intérieures et 59% à Obwald.

Les résultats étaient parfois beaucoup plus serrés ailleurs. Le refus lucernois n'était que de 50,2%. Berne a dit "non" à 50,7%.

>> Retrouvez le minute par minute de la journée des votations: La LRTV acceptée par quelques milliers de voix, le suivi en direct

ats/nr

Publié le 14 juin 2015 - Modifié le 15 juin 2015

Jean-François Rime ne pense pas faire recours

"Je ne me rappelle pas d'un résultat aussi serré", a réagi dimanche à chaud Jean-François Rime, chef de file des opposants à la révision de la loi radio-TV, qui ne "pense pas faire recours". "Il faut maintenant mener une discussion de fond sur le rôle du service public."

Ce débat aurait déjà dû avoir lieu, "plutôt que de mettre la charrue avant les boeufs comme cela a été le cas ici", a répété à l'ats le président de l'Union suisse des arts et métiers (usam) et conseiller national (UDC/FR).

Les radios régionales romandes soulagées

Les Radios régionales romandes (RRR) poussent un "ouf" de soulagement après l'acceptation de la révision de la loi radio/TV. Elles bénéficieront notamment d'un soutien "essentiel" pour réaliser la transition technologique numérique, souligne leur président Philippe Zahno.

"Les investissements dans le domaine seront couverts à hauteur de 80%, contre 30% actuellement." Grâce au vote de dimanche, "les radios locales recevront environ 4,5 millions de francs tirés des réserves de l'Office fédéral de la communication pour faire la promotion du nouveau système DAB+", a-t-il détaillé auprès de l'ats.