Publié le 11 décembre 2014 - Modifié le 11 décembre 2014

L'essai clinique du vaccin expérimental contre Ebola suspendu à Genève

L'essai clinique sur le vaccin contre Ebola mené par les HUG a été suspendu
L'essai clinique sur le vaccin contre Ebola mené par les HUG a été suspendu 19h30 / 1 min. / le 11 décembre 2014
A la suite de douleurs articulaires apparues chez quatre volontaires participant aux tests sur le vaccin contre le virus Ebola aux Hôpitaux universitaires de Genève, ceux-ci ont été suspendus.

Les vaccinations contre le virus Ebola en test aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sont suspendues. Des douleurs articulaires apparues chez quatre volontaires ont incité l'équipe médicale à interrompre les injections par mesure de précaution.

Les vaccinations devraient reprendre le 5 janvier.

Les légères douleurs de type rhumatismal dans les mains et les pieds sont survenues entre 10 et 15 jours après l'injection, ont indiqué jeudi les HUG. Elles ont duré quelques jours.

Evaluer la fréquence des douleurs

L'étude est suspendue afin d'évaluer chez un plus grand nombre de patients la fréquence de ces douleurs.

"C'est inattendu, mais pas vraiment nouveau, dans le cas d'infections virales", a expliqué la doctoresse Marie-Paule Kieny, directrice générale adjointe à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

ats/sbad

Pas d'observations similaires dans les autres centres de test

L'équipe médicale doit désormais réunir toutes les informations et les partager avec les autres centres testant le même vaccin expérimental, soit aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne et au Gabon.

Pour l'instant, ces centres n'ont pas observé de symptômes inflammatoires parmi leurs volontaires, notent les HUG.

L'équipe genevoise a toutefois choisi de se donner du temps pour comprendre ce qui se passe et de s'assurer que ces symptômes étaient bénins et transitoires.

Plan d'action de l'OMS dans les pays touchés

L'OMS et ses partenaires ont adopté jeudi à Genève un plan d'action pour renforcer les systèmes de santé en Afrique de l'Ouest. Déjà très insuffisants, ils ont encore été affaiblis par l'épidémie d'Ebola qui a fait plus de 6300 morts en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

La Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont discuté à Genève mercredi et jeudi avec les pays touchés et les donateurs d'un plan d'action à moyen et long terme pour renforcer les structures de santé. Mais seul un cadre général a été approuvé à ce stade.

Présent à Genève, le ministre de la Santé de Guinée Remy Lamah a évoqué un plan sur cinq ans avec un budget de 300 millions de dollars. La directrice des services médicaux du Libéria Bernice Dahn a pour sa part avancé le chiffre de 56 millions de dollars pour les six premiers mois.

Vaccin canadien en test sur 59 volontaires

Les HUG testent le vaccin canadien VSV-ZEBOV depuis le 10 novembre. Jusqu'à présent 59 volontaires ont été impliqués dans cet essai clinique.

Ils vont tous bien et sont très régulièrement suivis par l'équipe menant l'étude.

Le vaccin testé au CHUV "bien toléré"

Le vaccin contre le virus Ebola en test au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne est "plutôt bien toléré" par les 120 volontaires, a indiqué pour sa part jeudi l'institution.

A ce stade, et dans l'ensemble, les sujets ont des réactions locales similaires à celles observées après des vaccinations de routine.

Le vaccin testé par le CHUV et la policlinique médicale universitaire à Lausanne diffère de celui expérimenté aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG) au niveau du vecteur viral.

"A Genève, c'est un virus bovin qui est utilisé. A Lausanne, un virus chimpanzé", a expliqué Blaise Genton, médecin-chef au service des maladies infectieuses du CHUV.

Les premiers résultats d'immunogénicité seront disponibles avant la fin du mois de décembre.