Modifié le 10 décembre 2014

Pas de prison pour le premier djihadiste suisse de retour de Syrie

Le premier djihadiste suisse de retour de Syrie n'ira pas en prison
Le premier djihadiste suisse de retour de Syrie n'ira pas en prison 19h30 / 2 min. / le 10 décembre 2014
Le Vaudois de 30 ans parti en Syrie aux côtés du groupe Etat islamique n'ira pas en prison. Il devra effectuer 600 heures de travaux d'intérêt général avec sursis, a décidé le Ministère public de la Confédération.

Le Ministère public de la Confédération vient de rendre son jugement sur la première affaire de voyageur du djihad, a appris la RTS mercredi.

Le jeune Vaudois de 30 ans parti 3 mois en Syrie aux côtés du groupe Etat islamique devra effectuer 600 heures de travaux d'intérêt général avec sursis. Il devra également être suivi par un psychiatre.

Trois mois en Syrie

Converti, ce jeune homme était parti combattre en Syrie en décembre 2013 et était rentré en Suisse 3 mois plus tard. Dans un reportage de Temps Présent (voir ci-contre), il expliquait avoir été endoctriné sur internet via une filière française de recrutement. Il serait resté 2 semaines dans les camps d'entraînement du groupe terroriste, avant de vouloir tout quitter.

Mais rentrer, c'est trahir. Le Vaudois a été emprisonné par ces camarades de l'Etat islamique, avant de pouvoir rentrer en Suisse.

Première en Suisse

Cette décision de justice est unique en Suisse. C'est la première fois qu'un ex-djihadiste de retour de Syrie passe devant la justice helvétique. La décision est tombée via une ordonnance pénale qui est entrée en force cette semaine. Cette décision se base sur deux articles de loi: l'article 260 du code pénal, pour participation à une organisation criminelle, ainsi que le code pénal militaire, pour service militaire dans une autre force armée.

Le Vaudois a depuis le début de l'enquête collaboré avec les autorités. Il dit également avoir coupé tout contact avec ses anciens camarades de l'Etat islamique.

François Rüchti/boi

Publié le 10 décembre 2014 - Modifié le 10 décembre 2014

Peine plus lourde en France

En comparaison européenne, la peine infligée est très faible.

Le 17 octobre dernier, un jeune Français, également de retour de Syrie, a écopé de 7 ans de prison ferme au tribunal de Paris.

Tout comme le Vaudois, il dit n'avoir pas participé au combat.

Contrairement à la Suisse, la France a renforcé son arsenal juridique ces derniers mois pour lutter contre les voyageurs du djihad.