Publié le 19 novembre 2014 - Modifié le 20 novembre 2014

Le oui à l'initiative Ecopop se renforce légèrement à 39%, selon le 2e sondage SSR

Les résultats du 2e sondage sur l'initiative Ecopop.
Les résultats du 2e sondage sur l'initiative Ecopop. [ - ]
Le dernier sondage SSR publié mercredi confirme la tendance d'un triple non le 30 novembre. Le oui à Ecopop passe à 39% alors que le soutien aux textes sur l'or et le forfaits fiscaux recule.

L'initiative Ecopop appuyée par la base UDC:

L'initiative Ecopop séduit 39% des sondés alors que 56% s'y opposent, selon le dernier sondage SSR mené par l'institut gfs.bern publié mercredi. Lors de la précédente enquête, le oui se situait à 36% et le non à 58%.

Les sympathisants de l'UDC se retrouvent largement isolés, avec 63% d'intentions de vote positives, alors que le rejet dans les autres partis oscille entre 71% (PS) et 81% (Verts).

 

Le statut social joue un rôle au moment de se déterminer: les personnes disposant d'un salaire mensuel de moins 5000 francs étant plus enclines à approuver le texte "Halte à la surpopulation".

Avec 56% des sondés convaincus, la Suisse italienne est la région où le oui a le plus de probabilité de l'emporter, en Suisse allemande ce chiffre passe à 42%, contre moins de 30% en Suisse romande.

Le soutien à l'abolition des forfaits fiscaux s'effrite:

L'initiative "Halte aux privilèges fiscaux des millionnaires" pour l'abolition des forfaits fiscaux recule, 42% des sondés assurent qu'ils glisseront un oui dans les urnes, contre 48% lors du précédent sondage SSR. C'est surtout le camp du non qui se renforce de 10 points, passant de 36% à 46%. Les indécis représentent encore 12% des sondés.

La division droite/gauche est claire, les sympathisants socialistes et verts approuvant en majorité le texte, alors que les partisans du PLR mènent l'opposition, devant ceux de l'UDC et du PDC, partis où une poche de sympathisants penche toutefois pour le "oui", respectivement à 32 et 41%.

 

Selon gfs.bern, les cantons de résidence sont une variable importante, les sondés étant sensibles à l'impact du résultat sur leur région. Comme pour Ecopop, l'institut note l'impact du statut social: le rejet de l'initiative étant plus marqué à mesure que s'élève la classe salariale et le niveau de formation. Le soutien de la classe moyenne s'est par ailleurs effrité depuis le dernier sondage.

Vers un non à l'initiative sur l'or:

"Sauvez l'or de la Suisse", initiative lancée par l'UDC, ne récolte plus que l'adhésion de 36% des sondés (contre 44% lors du précédent sondage). Le camp du non s'est quant à lui renforcé de 8 points et représente désormais 47% de sondés. Les indécis restent toutefois nombreux (15%).

Les sondés se sentant proches des idées de l'UDC sont les plus convaincus par le texte, avec 62% de oui. De l'autre côté de l'échiquier politique, les sympathisants verts - qui étaient encore 32% à douter lors du précédent sondage - sont désormais convaincus par le non, à 64%.

L'institut gfs.bern estime que l'initiative sur l'or ne devrait a priori pas passer la rampe le 30 novembre.

 

mre/tyf
 

La méthode

Le sondage de l'institut gfs.bern a été effectué par téléphone auprès de 1412 habitants ayant le droit de vote répartis dans toute la Suisse, entre le 7 et le 15 octobre.

Gfs.bern mentionne une marge d'erreur de plus ou moins 2,7%.